background preloader

Homo œconomicus

Facebook Twitter

Selfie. Pauvres de nous - Documentaire ARTE. Guerre économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme de guerre économique[note 1] renvoie à un concept polysémique invoquant plusieurs définitions : La guerre économique chez les mercantilistes[modifier | modifier le code] Le concept de « guerre économique » reste relativement flou et ne peut être attribué à tel ou tel courant de pensée sans en négliger certaines subtilités. Bien que quelques mercantilistes admettent les bienfaits du commerce extérieur, le concept de guerre économique trouve ses fondements dans cette pensée qui domina l’économie du XVIe au XVIIIe siècles.

On désigne, le plus souvent de façon péjorative, du terme « néo-mercantilistes » les personnes prônant que le commerce international relève d’une « guerre économique ». C'est dans ce contexte de guerre commerciale que le juriste néerlandais Hugo Grotius fonda le droit international[6]. L’économie au service de la guerre[modifier | modifier le code] La guerre au service de l’économie[modifier | modifier le code] Mode (habillement) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La mode concerne non seulement le vêtement mais aussi les accessoires, le maquillage, le parfum et même les modifications corporelles. Les facteurs déterminant la mode sont parfois une recherche esthétique (notamment pour les grands créateurs).

Néanmoins, la mode est aussi déterminée par d'autres facteurs, pour ceux qui la suivent : un moyen d'affirmer son rang social, son groupe social, son pouvoir d'achat et sa personnalité ; ou bien pour les créateurs qui imitent, un moyen commode de gagner de l'argent et du succès. L'une de ses caractéristiques vient de son changement incessant, incitant par là-même à renouveler le vêtement avant que celui-ci ne soit usé ou inadapté.

Mode vestimentaire en France et en Allemagne entre 1804 et 1830. La notion de mode ne saurait être appréhendée sous un angle utilitariste. Au début du XIXe siècle, les premiers magasins de vêtements à prix réduit voient le jour. De jeunes londoniens dans les années 60. Homo œconomicus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Homo œconomicus (homme économique en latin, par imitation des dénominations employées en paléoanthropologie) est une représentation théorique du comportement de l'être humain, qui est à la base du modèle néo-classique en économie. Il est rationnel. L'origine de cette expression est incertaine. On la trouve chez Pareto en 1906 lorsqu'il distingue action logique et action non logique, mais elle a peut-être été employée auparavant.

Caractéristiques attribuées à l'homme économique[modifier | modifier le code] L'Homo œconomicus est considéré comme rationnel. En micro-économie ces trois termes s'assimilent respectivement aux axiomes de transitivité, complétude, non satiété (ce dernier n'étant pas cité ci-dessous). Relativisation et critiques de ce modèle par rapport à la réalité factuelle[modifier | modifier le code] Critique psychosociologique[modifier | modifier le code] Bourdieu écrit par exemple : Critique économique[modifier | modifier le code] Conformisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Emprunté de l’anglais « conformist », le mot est dérivé du français, « conforme » et fait référence, au XVIIe siècle, à la personne qui menait une conduite traditionaliste et qui était en accord avec le contexte et le milieu où elle vivait, celui qui professait la religion officielle [1].

Ce processus très largement étudié en psychologie sociale correspond à un changement d'opinion, de comportement ou même de perception des individus, que l'on observe dans des situations de pression sociale ou d'influence sociale. Il existe différentes formes de conformisme, qui impliquent les individus de manière plus ou moins forte[2]. Celui-ci a des implications dans plusieurs secteurs comme dans la consommation, les goûts musicaux, la mode, l'économie, ...

Enfin, ce phénomène reste important pour le fonctionnement de la société car sans lui, elle ne pourrait fonctionner[3]. Terminologie[modifier | modifier le code] Le conformisme par complaisance Antonyme : Économie comportementale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'économie comportementale est un champ de la science économique qui étudie le comportement des êtres humains dans les situations économiques.

L'un des principaux objectifs de l'économie comportementale est notamment de décrire et d'expliquer pourquoi, dans certaines situations, les êtres humains adoptent un comportement qui peut sembler paradoxal ou non-rationnel, c'est-à-dire contraire à ce que prédirait la théorie de l'Homo œconomicus. Ce courant de recherche s'appuie donc beaucoup sur l'expérimentation en laboratoire (économie expérimentale) ou le recueil de données réelles et se trouve donc à l'interface avec la psychologie. L'économie expérimentale est une discipline qui s'est beaucoup développée depuis la fin du XXe siècle, Daniel Kahneman a d'ailleurs reçu, en 2002, le « prix Nobel » d'économie pour ses travaux pionniers dans ce domaine.

Les bases conceptuelles[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Concours de beauté de Keynes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En économie, l'image du concours de beauté est une métaphore utilisée par l'économiste John Maynard Keynes pour illustrer le fonctionnement du marché boursier, au chapitre 12 de sa Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936).

Le cas des cours de bourse[modifier | modifier le code] De ce fait, la meilleure stratégie pour l'investisseur consiste à deviner ce que les autres pensent. Le prix d'un titre est ainsi déterminé par un mécanisme auto-référent fondé sur ce que chacun pense que les autres pensent que les autres pensent ad infinitum. L'analogie du concours de beauté[modifier | modifier le code] Pour illustrer ce mécanisme, Keynes le rapproche des concours de beauté organisés par un journal londonien de l'époque, consistant à élire les plus belles jeunes femmes parmi une centaine de photographies publiées. Description mathématique[modifier | modifier le code] Test expérimental[modifier | modifier le code] Anticipation rationnelle.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le principe d’un comportement rationnel des agents économiques est plus ancien ; il a été introduit en ce qui concerne les anticipations des agents par John Muth en 1961[1], mais il a surtout été développé par Robert E. Lucas. C'est le principe fondateur de la Nouvelle économie classique.

Lucas a reçu pour ses travaux le « prix Nobel » d'économie en 1995. Si l'on étend la représentation de l'économie de sorte à admettre que les agents maximisent leur utilité espérée, c'est-à-dire à considérer le monde comme probabiliste, il est nécessaire pour décrire convenablement le fonctionnement d'une économie de marché d'intégrer la façon dont les agents forment leur évaluation des grandeurs économiques futures (l’inflation, les taux d'interêt, le niveau de leur revenus futurs, etc.). Recherches antérieures[modifier | modifier le code] Diverses solutions ont été proposées. D'autres ont proposé des sophistications de cette première approche. Maarten C. Rationalité économique.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie économique orthodoxe fait l'hypothèse de rationalité économique, qui serait le fait de l'« homo œconomicus ». Selon cette hypothèse, les individus cherchent à satisfaire leurs besoins au mieux : on dit qu'ils sont maximisateurs. Cette hypothèse va légèrement plus loin que celle de la simple satisfaction des besoins, puisqu'elle implique que les individus sont capables de classer leur choix par ordre de préférence (voir à ce sujet la notion de coût d'opportunité). La rationalité dans la théorie néoclassique[modifier | modifier le code] Être rationnel, selon la théorie économique standard, c’est être capable de résoudre un programme individuel et de s'y conformer. Très souvent pour simplifier, on dit qu'il s'agit pour le consommateur de maximiser son utilité personnelle sous contrainte budgétaire, et pour le producteur de minimiser ses coûts pour une production donnée ou de maximiser son profit sous contrainte de production. . .

Si et.