background preloader

Fibre

Facebook Twitter

SFR : la fibre* progresse, le nombre de clients et le chiffre d'affaires régressent. Altice et SFR ont présenté simultanément leurs résultats financiers pour le premier trimestre 2016.

SFR : la fibre* progresse, le nombre de clients et le chiffre d'affaires régressent

L'opérateur au carré rouge signe de faibles pertes nettes tandis que sa maison mère a vu son chiffre d'affaires légèrement reculer par rapport à l'an passé. C'est désormais au tour de SFR et d'Altice de présenter leurs résultats pour le premier trimestre. Commençons par SFR pour qui les trois premiers mois de l'année ont été certainement un peu plus difficiles que prévu, l'opérateur invoquant « l'impact d'agressives promotions » sur le marché, dont il est un des instigateurs. Revenus et rentabilité en recul chez SFR Si la marque au carré rouge tient tout de même à se féliciter de sa « dynamique commerciale » tout n'est pas rose pour autant. Son EBITDA, est lui aussi en baisse, à 851 millions d'euros au lieu de 935 millions un an plus tôt. Toujours plus de clients « fibre », mais moins d'abonnés mobiles SFR investit dans son réseau Altice ça glisse. En tête des recrutements mobiles, Free revendique plus de 200 000 abonnés FTTH. Iliad, la maison mère de Free vient de publier ses résultats annuels.

En tête des recrutements mobiles, Free revendique plus de 200 000 abonnés FTTH

Le trublion des télécoms a connu une année faste et se porte mieux que jamais. Son chiffre d'affaires et ses bénéfices ont en effet connu des hausses significatives par rapport à l'an dernier. Tout va pour le mieux pour Xavier Niel en ce moment. Désormais passé devant son rival Patrick Drahi au classement des plus grandes fortunes publié par Forbes, le PDG d'Iliad peut également savourer les derniers résultats annuels publiés par son entreprise. Free, en croissance, partout Iliad, la maison mère de Free et de Free Mobile a en effet réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 4,41 milliards d'euros, en hausse de 6 % sur un an.

Son EBITDA s'élève quant à lui à 1,49 milliard d'euros, c'est 16,1 % de mieux que l'an passé. Des recrutements toujours soutenus, mais en recul Autre indicateur important, le nombre de clients revendiqués par l'opérateur. Qu'est ce que le Plan France Très Haut Débit ? 20 milliards d'euros pour déployer des réseaux d'accès à Internet à très haut débit sur l'ensemble du territoire d'ici 2022 Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022, c'est-à-dire proposer un accès à Internet performant à l'ensemble des logements, des entreprises et des administrations.

Qu'est ce que le Plan France Très Haut Débit ?

Pour atteindre cet objectif, il mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’État. Pour assurer que la couverture du territoire sera intégrale en 2022 et éviter le déploiement de plusieurs réseaux en parallèle, le Plan divise le territoire en deux zones: Dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de département, les opérateurs privés déploient des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH). Une priorité accordée au déploiement de réseaux de fibres optiques. ARCEP : près de 4 millions d'abonnés très haut débit, dont 1,25 million en FTTH.

Le très haut débit se rapproche doucement des 4 millions d'abonnés, alors que plus de 14 millions de lignes sont éligibles.

ARCEP : près de 4 millions d'abonnés très haut débit, dont 1,25 million en FTTH

Les déploiements, eux, se poursuivent, avant tout en VDSL sur le réseau téléphonique... Cela alors que les investissements dans les réseaux publics en fibre sont encore incertains. L'ARCEP vient de publier son observatoire des marchés de l'Internet fixe pour le troisième trimestre, à la fois des abonnements et des déploiements. À fin septembre, la France compte 26,5 millions d'abonnés à l'Internet fixe, en haut et très haut débit, soit 200 000 de plus en un trimestre.

Parmi eux, 22,7 millions d'abonnements sont en haut débit (moins de 30 Mb/s en téléchargement), un chiffre qui se stabilise sur le trimestre mais chute de 500 000 en un an. Encore une fois, la vraie progression est à chercher du côté du très haut débit, qui confirme sa santé commerciale. Une université danoise transfère 43 Tbps sur une seule fibre. Le laboratoire HSOC du département Fotonic de la Danmarks Tekniske Universitet (DTU) a utilisé une fibre développée par le Japonais NTT.

Une université danoise transfère 43 Tbps sur une seule fibre

(crédit : D.R.) Record battu pour l'Université Technique du Danemark qui a réussi à transférer des données sur une fibre unique à la vitesse de 43 térabits par seconde (Tbps). C'est 11 Tbps de plus que l'ancien record détenu par une université allemande. En utilisant une fibre optique modifiée, l'Université Technique du Danemark a établi un nouveau record de transmission de données sur un canal unique à 43 térabits par seconde. C'est le laboratoire High-Speed Optical Communications (HSOC) du département d'ingénierie photonique de l'université qui a réalisé cet exploit, battant ainsi de 11Tbps l'ancien record détenu jusque-là par l'Institut de technologie de Karlsruhe, en Allemagne. Un nouveau type de fibre développé par NTT.