background preloader

Conjoncture, socio-éco orienté numérique, dév

Facebook Twitter

TRIBUNE. Comment la France s'est vendue aux Gafam. Pourquoi la plate-forme est l'avenir de l'entreprise. Entreprise plateforme, et si c'était l'avenir ? Pour redynamiser notre économie, nous devons conquérir notre souveraineté numérique. #socialmedia quelles appli utilisent les ados ? Les adolescents sont accros à leur téléphone portable : ils passent leur journée à appeler leurs amis, envoyer des textos, écouter de la musique, regarder et télécharger des vidéos, interagir sur les réseaux sociaux. Avec la multiplication des applications pour smartphones, voyons lesquelles sont plébiscitées par les ados. [sur le même sujet : parlez-vous réseaux sociaux ?] Discuter entre amis Sans surprise, Facebook est le réseau social le plus plébiscité : en 2013, 55% des adolescents l’utilisaient régulièrement. On peut y partager des statuts, des photos, des vidéos, commenter les posts de ses amis ou encore envoyer des messages privés.

Whatsapp, entrée dans le giron de Facebook en février 2014, est une application qui permet d’échanger messages, vidéos, et photos. Les adolescents adorent prendre des photos avec leur téléphone portable. 2 applications, Instagram et Snapchat, leur permettent de les publier en ligne. rester branché comment protéger la vie privée de votre ado ? Le personal branding, une menace pour l’équilibre mental ?

Le est une tendance sociomarketing de plus en plus présente dans le tissu médiatique. Elle entre en résonance avec la notion de « recrutement 2.0 », c’est-à-dire un mode de recrutement à distance dégageant la promesse d’accélérer les rencontres entre employeurs et candidats. L’affirmation répétée de la face de l’individu engendre la perte de soi L’intention d’un candidat s’inscrivant dans une démarche de personal branding serait ainsi de faire bonne impression auprès d’un public d’employeurs, lui signifiant par-là comment l’identifier de manière favorable.

Via son profil et son travail de « face » avec ses interactants (Erving Goffman), l’internaute candidat essaie effectivement de constituer une « présentation de soi fine ». Cependant, la fonction a priori cosmétique et superficielle du personal branding peut révéler des risques quant à la présentation de l’individu sur le Web. Derrière les injonctions visant à se différencier, les mêmes techniques de mise en scène Partager ! Augmenter notre intelligence émotionnelle. Comprendre notre intelligence émotionnelle, c'est ce à quoi s'attache Rosalind Picard directrice du Groupe de recherche sur l'informatique affective au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et cofondatrice d'Affectiva, une start-up spécialisée dans les technologies de mesure de l'émotion. Et ce n'est pas si simple, comme en a rendu compte Sally Adee pour le NewScientist... Lors de son interview avec Rosalind Picard, la journaliste du New Scientist a été invitée à chausser un prototype de paire de lunettes mise au point par Affectiva.

Cette paire de lunettes a pour fonction d'aider celui qui la porte à décoder les émotions de la personne avec qui il discute (voir le schéma du New Scientist). Les lunettes sont équipées d'une petite caméra qui surveille 24 points du visage de son interlocuteur et leurs mouvements pour le décrypter. Image : la technologie d'Affectiva. "Les yeux de Rosalind Picard étaient grands ouverts. Améliorer notre compréhension des émotions de nos interlocuteurs. Personal branding : êtes-vous à la hauteur du fantasme que vous voulez générer ? Quand un buzzword commence à prendre un coup dans l’aile, il revient d’entre les presque-morts affublé d’un très pratique « 2.0 » signalant sa renaissance et, forcément, son intérêt renouvelé.

Le personal branding, c’est un peu ce genre de zombie : puisque plus personne n’ose sortir de chez lui sans son blog, comment requalifier une pratique toujours très en vogue qui prend des formes multiples ? Alors même que le moindre tweet doit, en une formule bien claquée, positionner son auteur pour être la star du prochain dîner mondain. En 2012, chacun est entouré d’un halo, sorte de brouillard de légende personnelle aux paramètres tricotés sur les réseaux sociaux.

D’un côté, la présence liquide des digital natives, virevoltant de pages en pages au fil de leur instinct en html5. De l’autre, les grands patrons dont la présence en ligne est gérée par assistant voire agence interposés. Le personal branding est holistique Tout est personal branding, tout est mise en scène de soi, tout est pose. Bientôt des lunettes pour tout savoir des gens que vous croisez ? Lorsque l'on voit à quelle vitesse l'évolution technologique balaye des siècles de protection de la vie privée de millions de citoyens, on ne peut s'empêcher de mesurer à quel point le gouvernement est à mille lieux des priorités qui devraient être les siennes lorsqu'il accorde à la CNIL un budget à peine supérieur à celui de l'Hadopi... En voici encore un exemple, avec les travaux à la fois très excitants et effrayants de chercheurs de l'Université d'Aalto, en Finlande. Les étudiants de cette toute récente Université - née en 2010 de la fusion de l'Ecole d'Economie, l'Université des Technologie, et l'Université des Arts et du Design d'Helsinki -, travaillent sur un projet baptisé UI-ART, de réalité augmentée.

Le but est de fournir à l'utilisateur des informations pertinentes sur son environnement, par un système automatisé de reconnaissance des objets qui l'entourent, et de récupération des données à afficher. La fin prochaine du e-commerce tel que nous le connaissons ? par Pascal Podvin - Chronique e-Business. Depuis les déclarations en février 2012 du PDG de Sainsbury’s, Justin King, appelant le petit commerce à simplement accepter son destin et se résigner à disparaître, la « mort du commerce de proximité » est à nouveau un sujet brûlant dans les médias. Le e-commerce a été considéré comme l’un des responsables des déboires des commerces « bricks and mortar ». Mais c’est un jugement biaisé, qui suggère une cannibalisation des canaux commerciaux entre eux, alors que la véritable tendance est, au contraire, celle d’une complémentarité dont le potentiel est quasiment illimité.Si les consommateurs ne se restreignent plus à faire leurs achats dans les magasins traditionnels, ils ne souhaitent pas non plus faire leur shopping exclusivement en ligne.

En réalité, les consommateurs veulent les deux. Et même plus : ils veulent aussi pouvoir faire leurs achats par téléphone, sur catalogues ou sur leur Smartphone. Le magasin éphémère ne proposait que les articles présents sur le catalogue en ligne. Www.fevad.com/uploads/files/DocArticle/etude/fevad2011__malineaecommerce2020.pdf. Science Is Fun Home Experiments. L’économie du bonheur, c’est quoi ? L’économie du bonheur est une branche récente de l’économie qui se trouve être en plein essor depuis les années 1990-2000.

Véritable discipline académique, elle s’évertue à observer et analyser les déterminants économiques du bien-être subjectif des individus tel qu’il est déclaré dans les enquêtes. L’économie du bonheur s’inscrit dans une longue tradition initiée au 19ème siècle par des économistes (comme l’anglais Francis Edgeworth) qui considéraient alors qu’il était possible de mesurer directement le bien-être des individus. Cette tradition a néanmoins été cantonnée aux seconds rôles au 20ème siècle, durant lequel l’obsession des économistes était de modéliser les comportements rationnels des individus plutôt que d’évaluer et comprendre la satisfaction que les individus tiraient de leurs comportements réels, qu’ils soient rationnels ou non.

Le Top 100 des Start-up 2017 : un dynamisme confirmé. Ces « barbares » du numérique qui changent la France - Les Echos. Politique Loi Macron : Valls contraint au "49.3" pour éviter un "échec" + VIDEOS Incertains de leur majorité, Hollande et Valls ont eu recours au 49-3. « Je ne pouvais pas me permettre un échec », a déclaré le Premier... Loi Macron : les trois jours qui ont fait basculer l’issue du vote Le nombre de députés socialistes abstentionnistes a dissuadé le gouvernement de prendre le risque d’un vote. Le 49.3 : un article décrié mais très utilisé L’article 49-3 de la Constitution a été utilisé 82 fois depuis 1958, mais n’a jamais fait tomber un gouvernement. Les start-up développant des solutions pour les professionnels ont la cote à San Francisco.

Acceleprise, un accélérateur de start-up dédié au monde de l'entreprise, fondé à Washington en 2012, vient d'ouvrir un bureau à San Francisco. Huit start-up participent à son programme de 4 mois et nombre d'entre elles s'attellent à donner des outils digitaux à des industries traditionnelles comme le retail ou la construction. Des start-up focalisées sur des industries spécifiques Michael Cardamone, le dirigeant d'Acceleprise San Francisco et ancien employé de Box, souhaite que les start-up du programme construisent des applications pour des industries spécifiques. L'accélérateur investit 30 000 dollars dans ces start-up, en échange de 5% de capitaux propres. Parmi les huit start-up qui démarrent leur programme à San Francisco (Flipcause, BridgeCrestMedical, Allbound, Vianza, ZenPurchase, PocketSuite, RedHotMayo, et Gobbler) certaines sortent déjà du lot. l'entreprise a le vent en poupe La Silicon Valley au chevet des start-up Acceleprise n'est pas le seul à avoir saisi cette opportunité.

Www.credoc.fr/pdf/Rapp/R297.pdf. Planningness 2011. Online Engagement Grows Across France. – March 20, 2012Posted in: Engagement, Europe In February 2012, 47.6 million unique visitors in France went online for an average of 24.7 hours over the course of the month. While the total internet audience increased by 1 percent over the past year, average engagement saw higher growth at 5 percent.

Google Sites continues to rank as the top online property, attracting 43.9 million visitors for an average of nearly 3 hours per user in the month. Microsoft Sites followed with nearly 38.2 million users who spent an average of 2.6 hours per user on the site. Lettre ouverte à Monsieur Claude Guéant, Ministre français de l'Intérieur par Jean-David Chamboredon - Chronique e-Business.

Comment les services de l'immigration professionnelle du Ministère de l'Intérieur ne comprennent-ils pas le marché de l'emploi et peuvent ainsi nuire gravement aux plus prometteuses de nos start-ups ? Monsieur le Ministre, En tant que Président d'ISAI , "le" fonds des entrepreneurs internet, il m'arrive régulièrement de déclarer que le secteur du web est l'un des rares secteurs de l'économie française à connaître un "chômage négatif".

L'explication de ce phénomène est extrêmement simple: - ce secteur n'a qu'une petite quinzaine d'année existence et il a connu, après l'éclatement de la bulle internet en 2000/2001, une période "glaciaire" de 3/4 ans, suivie depuis 2004 par un formidable essor ; - les "techniciens du web" ayant plus de 7 ans d'expérience sont donc extrêmement rares au regard des besoins et le secteur embauche ainsi un très grand nombre de jeunes gens faiblement expérimentés encadrés par quelques "dinosaures" ayant survécu à ladite période "glaciaire".

Les e-commerçants français classés par chiffre d'affaires. Quel est le chiffre d'affaires des 50 premiers e-marchands français ? Le JDN a analysé le Top 300 Europe d'Internet Retailer. De son Top 300 des plus gros e-commerçants d'Europe en chiffre d'affaires, "Internet Retailer" extrait le classement des acteurs français, que nous reproduisons ici. La publication américaine estime que les acteurs français de l'e-commerce totalisent 10,972 millions d'euros de ventes en ligne en 2010 contre 9,703 millions en 2009, en croissance de 13,07 %.

Parmi les grands absents de ce classement, notons d'abord Pixmania, propriété du groupe britannique de distribution DSG. D'après nos estimations, le chiffre d'affaires de Pixmania en Europe s'élève en 2010 à 1,02 milliard d'euros. Il convient également de relever quelques erreurs. De plus, nos estimations divergent assez nettement de celles d' "Internet Retailer" pour un certain nombre d'e-commerçants.

Internet pourrait créer plus de 300.000 emplois en France. Les entreprises qui ont pris le virage du numérique, plus performantes en tous points. Globalement, le nombre de sociétés ayant intégré le digital à leurs processus n'est pas encore important. Mais les bons résultats qu'elles affichent devraient créer l'émulation. Dans l'interview accordée à L'Atelier à l'occasion de l'événement Mobile, Social & Big Data à l'EBG, Patrick Ferraris, de Capgemini Consulting, revenait sur les résultats de l'étude publiée par le cabinet, avec le MIT Center for Digital Business. Selon lui, le nombre des entreprises ayant amorcé leur transformation digitale n'est pas encore élevé.

Dommage, car celles qui se sont lancées enregistreraient d'ores et déjà de véritables bénéfices, en termes de profitabilité et de compétitivité. Plus profitables et compétitives Les analystes ont constaté que globalement, les deux premières catégories font respectivement 9 et 6% de chiffre d'affaires de plus que les autres. Partager une vision Cela, en faisant partager une vision avant une technologie. L’effet de l’économie numérique sur l’emploi. Le digital a bouleversé notre monde. Et l’utilisation de Facebook n’est que la pointe visible de l’iceberg. Ben Horrowitz , capital-risqueur chez Andreessen Horowitz nous rappelait dans un débat avec Steve Blank, entrepreneur aguerri (8 startups crées), auteur et enseignant à Berkeley et Columbia, que les coûts de développement d’application ont diminué par 100, que la productivité a été multipliée par 10 et que le marché de l’économie numérique est 50 fois plus large que pendant les années 2000.

Mais surtout, il montre que : les médias, la distribution de musique, la radio, les films d’animation, le marketing direct, les RH, les process commerciaux, la TV et bientôt les hydrocarbures, la finance et le commerce de proximité). Ce n’est pas vraiment discutable, le digital a bouleversé notre monde. Mais ce n’est pas la question. 1. Nous avons tous en tête l’étude McKinsey , commanditée par Google, publiée l’année passée (en mars 2011). En 3 minutes ça donne ça : Ce qu’on retient : </b>*} 2. 3. Blog Archive » Les entreprises française et Internet. Mar 26, 2012Posted in Marketing by fredo Une étude de l’INSEE sur l’équipement des PME Française en informatique et en Web : 44 % des sociétés d’au moins 10 personnes sont dotées d’un intranet et 30 % d’un extranet Un site web ou une page d’accueil pour neuf sociétés d’au moins 250 personnes sur dix Début 2011, 60 % des sociétés s’affichent sur l’internet via un site web ou une page d’accueil.

Cette présence sur le web est d’autant plus forte que la société est de taille importante. Part des sociétés possédant un site web ou une page d’accueil Téléchargez nos Guides Gratuits : Les Etats de la France - accueil. Les professions réglementées à nouveau dans le viseur. French: The Most Productive People In The World. Pour l'OMC, le commerce mondial va ralentir en 2011 - Monde - Actualité Challenges.fr.

Le poids économique d'Internet dans le monde a presque doublé en un an. Intelligence économique et Monde Libre. Jan Muehlfeit : « Ce siècle n’appartient pas à l’Occident. » » Article » OWNI, Digital Journalism. Www.igf.finances.gouv.fr/webdav/site/igf/shared/Nos_Rapports/documents/2012/2011-M-060-02.pdf. Rapport CES 2011. Www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/speeches/2012/speech616.pdf. Www.cci.fr/c/document_library/get_file?uuid=428ebf1c-f4dc-4e9b-ad36-76d1c06b7608&groupId=10988. Debt crisis threatens to break up Europe. L'e-commerce d'Europe de l'Ouest à la loupe, de 2010 à 2016. Vincent Mangematin | L'Innovation en questions. L’Ecosystème des Médias Sociaux. Nouveaux médias: 8 tendances à South by South West 2012.

Internet n'est pas qu'un média. E-mails commerciaux : la France, premier pays européen.