background preloader

Lire ?

Facebook Twitter

La presse menacée par la crise de sa distribution. A mission for journalism in a time of crisis. ‘No former period, in the history of our Country, has been marked by the agitation of questions of a more important character than those which are now claiming the attention of the public.” So began the announcement, nearly 200 years ago, of a brand-new newspaper to be published in Manchester, England, which proclaimed that “the spirited discussion of political questions” and “the accurate detail of facts” were “particularly important at this juncture”.

Now we are living through another extraordinary period in history: one defined by dazzling political shocks and the disruptive impact of new technologies in every part of our lives. The public sphere has changed more radically in the past two decades than in the previous two centuries – and news organisations, including this one, have worked hard to adjust. But the turbulence of our time may demand that we do more than adapt. After working at the Guardian for two decades, I feel I know instinctively why it exists. Jürgen Habermas: How to save the quality press? Three weeks ago the business desk of Die Zeit newspaper startled readers with the headline "Will the fourth power come under the hammer? " The article was prompted by the alarming news that the fate of the Süddeutsche Zeitung is up in the air because a majority of stockholders want to sell their shares. If it should come to a sale, one of the two best national newspapers in the Federal Republic could fall into the hands of financial investors, listed companies or media giants.

Some will say: business as usual, what's so alarming about shareholders making use of their right to sell their shares, for whatever reason? Like other newspapers, the Süddeutsche Zeitung has now overcome the crisis triggered at the start of 2002 by the collapse in the advertising market. Profits have risen, despite digital competition and changing readership habits. The Boston Globe, for instance, one of the few left-liberal papers in the country, has had to cut all its foreign correspondents. Translation: jab. The rise of the reader: journalism in the age of the open web. I'd like to begin with a true story. I was recently conducting a job interview for a Guardian role, and I asked the interviewee, who had worked only in print journalism, how he thought he'd cope working in digital news.

In reply he said, "Well, I've got a computer. I've been using computers for years. " His answer was funny, but also revealing: clearly he believed that digital is just a technological development; just a new kind of word processing. In fact, digital is a huge conceptual change, a sociological change, a cluster bomb blowing apart who we are and how our world is ordered, how we see ourselves, how we live. It's a change we're in the middle of, so close up that sometimes it's hard to see. I'd like to talk about what this change is doing to journalism, and the opportunities that are possible if you are truly open to the web. Information: from fixed to free-flowing A newspaper is complete. Medieval, Greek or prehistoric: take your pick. Your readers often know more than you. Behind closed doors: The new social media. 2016 will be the year that news organizations realize that messaging and chat apps are not just another channel to leverage, but are representative of a significant change in what “social media” is.

This is a change that will create dramatic challenges to the distribution strategies and business models that have been built upon an understanding of social media that no longer holds. This may be a year where we learn that, once again, the sands of the Internet have shifted beneath our feet. By now, everyone is at least peripherally aware of the recent rise of messaging apps, most notably Snapchat, WeChat, Facebook Messenger, and Slack (more on what ties these all together in a moment). Thus far, they’ve been treated as peripheral to the core social media strategies for news organizations, which are largely built around Facebook and Twitter. But what if that’s incorrect?

Looking forward, there are likely to be two outcomes. Interview de Joshua Topolsky, l’homme qui prédit la fin de Twitter. Entretien avec le co-fondateur de The Verge et ancien directeur de Bloomberg Digital, qui vient de publier un article prédisant la chute du réseau social. Depuis la création de The Verge et notre entretien avec lui, alors qu’il était encore à la tête du magazine, Joshua Topolsky a fait bien du chemin. Après avoir contribué à la fondation de Vox Media et au succès de son magazine phare, Topolsky a quitté la barque en août 2014 pour prendre la tête de Bloomberg Digital. Un an après sa nomination et la refonte du site Bloomberg.com, il a abandonné son poste après que Michael Bloomberg a émis l’hypothèse qu’il n’avait peut-être pas besoin d’un site.

Le sarcasme avec lequel Topolsky a accueilli l’idée a mis l’entrepreneur hors de lui, et les deux hommes ont convenu qu’il valait mieux que Tolpolsky s’en aille. Depuis, Joshua Topolsky est un cœur à prendre. Depuis sa publication, Topolsky fait les frais des mêmes attaques qu’il dénonce dans l’article, ce dont l’ironie ne lui a pas échappé. Le journalisme sacrifié sur l’autel du clic ? L’exigence de l’information en continu, la course au buzz, les nouvelles règles d’écriture imposées par Google sont autant d’éléments qui modifient en profondeur le travail du journaliste.

Un bouleversement fondamental que Lauren Malka nous fait vivre de l’intérieur dans son essai : Les journalistes se slashent pour mourir. L’auteur, elle-même en proie à de multiples questionnements, plonge ses lecteurs dans un milieu parfois opaque. Elle analyse avec nuance cette conversion numérique et les changements qui en découlent. Empreint d’optimisme et de lucidité, l’essai expose avec habilité les tensions entre logiques d’audience et maintien de la qualité du contenu au sein des rédactions.

L’efficacité du livre tient aussi à la forme adoptée, originale et ludique. Dans votre essai Les journalistes se slashent pour mourir, vous sondez le métier de journaliste à l’heure du numérique, mais surtout son image et sa représentation dans la société. Dans mon livre, plusieurs personnages dialoguent. Shorter isn’t better, photos aren’t always alluring and deep digging pays off. After two years work analyzing more than 400,000 stories, the American Press Institute is beginning to find general patterns in what works to attract and hold the attention of digital readers.

The findings are collected in a recent paper by API executive director Tom Rosenstiel for the Brookings Institution — and a number are counter-intuitive. For instance: Long stories do fine and are read thoroughly, as much so on phones as any other device. In the API sample, stories longer than 1,200 words, got 23 percent more engagement, 45 percent more social referrals and 11 percent more pageviews.The received wisdom about keeping digital posts short, Rosenstiel said, may have applied to desktop browsing at work, but so much reading has shifted to smartphones.

Readers see the phone as their device and their time to use as they wish. Overall, photos (or audio or video clips) boost engagement by 19 percent — but the effect is selective. How does this then get used in the newsroom? Editors and editorial board quit top linguistics journal to protest subscription fees. All six editors and all 31 editorial board members of Lingua, one of the top journals in linguistics, last week resigned to protest Elsevier's policies on pricing and its refusal to convert the journal to an open-access publication that would be free online. As soon as January, when the departing editors' noncompete contracts expire, they plan to start a new open-access journal to be called Glossa. The editors and editorial board members quit, they say, after telling Elsevier of the frustrations of libraries reporting that they could not afford to subscribe to the journal and in some cases couldn't even figure out what it would cost to subscribe.

Prices quoted on the Elsevier website suggest that an academic library in the United States with a total student and faculty full-time equivalent number of around 10,000 would pay $2,211 for shared online access, and $1,966 for a print copy. Rooryck expects to earn nothing when Glossa launches -- and he's fine with that.

Trou noir

Blendle. Newspaper extinction timeline. Non, on ne mémorise pas moins bien sur Kindle que sur papier ! La question de savoir si la lecture numérique est différente de la lecture papier agite depuis de nombreuses années chercheurs et commentateurs. Aux cris d'orfraie des Cassandre répondent ceux de leurs contempteurs, comme le soulignait déjà le dossier que je consacrais au sujet en 2009. Récemment, une étude a fait le tour de la presse internationale (Guardian, New York Times, Rue89...) et j'étais un peu énervé de la synthèse qui en était faite, qui semblait un nouveau pavé dans la mare du sempiternel débat autour de l'électronique et du papier... En fait, le constat qu'on mémorise moins bien au format numérique qu'au format papier me semble si éloigné de la réalité des pratiques et des constats des experts ("Quand on observe de près les effets des écrans sur le cerveau, on constate que le support informatique ne change pas grand-chose à la lecture" dit Stanislas Dehaene), que j'ai voulu en savoir plus.

Qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce grave docteur ? Hubert Guillaud Share and Enjoy. «Les journalistes ont un rapport ambivalent au clic» Chartbeat, Visual revenue, XiTi… Peu connus du grand public, ces logiciels de mesure d’audience sur Internet ont pris ces dernières années une place prépondérante dans les rédactions des sites d’info. La sociologue française Angèle Christin en a fait le sujet de sa thèse au titre un brin provocateur, Clicks or Pulitzers ? , qu’elle a soutenue cet été à Princeton et à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Vous vous êtes concentrée sur deux sites anonymisés, l’un à Paris, l’autre à New York.

Comment les avez-vous choisis ? Au départ, je voulais voir comment deux pays qui ont des cultures journalistiques aussi différentes réagissaient à ce choc technologique sans précédent qu’est Internet. En quoi était-ce étonnant ? La plupart des études sociologiques classiques de la presse papier montrent que les journalistes, justement, s’intéressent relativement peu aux préférences de leur public.

Regarder comment une page d’accueil est gérée, c’est passionnant ! Oui. Oui, bien sûr. Repères. Quand le numérique a sa version papier. Le monde numérique, son langage et ses usages sont une source d’inspiration pour les auteurs. De la littérature de genre au roman initiatique, en passant par le manuel de survie en milieu digital, tour d’horizon des écritures, styles et propos influencés par le web 2.0. Bonne lecture sur la plage.

Celle où le surf se pratique vraiment et non virtuellement. Softlove, Eric Sadin, éditions Galaade, 14€, 128p Dans un monde ultra connecté, un assistant numérique personnel veille jour et nuit sur une femme : une mission à durée déterminée « pour assurer à tout instant 1 / son absolue sécurité 2 / son meilleur intérêt 3 / son intense bien-être ». Avec maman, Alban Orsini, Hugo & Cie, 12,95€, 385p Tout a commencé en février 2013, sur Tumblr et Facebook autour d’échanges fictifs de sms quotidiens entre un fils et sa mère. Peut-on vivre sans Smartphone ? Ce manuel répond à la question de l’addiction numérique en 25 chapitres enlevés. Le Financial Times a réussi sa mutation à marche forcée vers le numérique. Report: Bot traffic is up to 61.5% of all website traffic | Incapsula.com.

Last March we published a study that showed the majority of website traffic (51%) was generated by non-human entities, 60% of which were clearly malicious. As we soon learned, these facts came as a surprise to many Internet users, for whom they served as a rare glimpse of “in between the lines” of Google Analytics. Since then we were approached with numerous requests for an updated report. We were excited about the idea, but had to wait; first, to allow a significant interval between the data, and then for the implementation of new Client Classification features. With all the pieces in place, we went on to collect the data for the 2013 report, which we’re presenting here today. Research Methodology For the purpose of this report we observed 1.45 Billion visits, which occurred over a 90 day period.

Report Highlights Bot Traffic is up by 21% Compared to the previous report from 2012, we see a 21% growth in total bot traffic, which now represents 61.5% of website visitors. « Il faut passer du web du clic au web de l’attention » Quel problème pose ce que vous appelez « le Web du clic » ? Le défi est double : vendre des affichages de publicité sur des pages, comme le font aujourd’hui les médias, ne monétise pas du contenu mais des clics sur des liens qui mènent à du contenu. Une fois que j’ai cliqué, la monétisation a lieu, peu importe que j’aie lu le contenu ou que je l’aie aimé. Cela pose un problème pour le bon contenu : pour vendre beaucoup d’impressions publicitaires, je ne veux pas que les gens lisent le contenu mais qu’ils cliquent dessus. Pour les annonceurs, cela veut dire qu’ils ne payent pas pour gagner l’attention des gens mais pour de simples clics. Quel est le second défi ?

Avec le Web du clic, l’inventaire est infini. Vous proposez de mesurer le temps de lecture des internautes, quel serait l’intérêt ? Il s’agit du temps comme mesure de l’attention de quelqu’un en train de réellement regarder un contenu ou une publicité. Comment mesurez-vous le temps de lecture ? En fait non. Pas forcément. Time Warner se recentre sur ses activités de contenus multimédia. Exit la presse magazine en perte de vitesse. En se séparant, via une introduction en bourse lundi 9 juin de Time Inc., qui édite notamment Time et Sports Illustrated, Time Warner se recentre sur des activités de télévision, de cinéma et de Web au potentiel jugé plus porteur. Le groupe Time Warner est déjà présent sur le marché de la production vidéo à différents échelons, de CNN à Warner Bros., de HBO au réseau de télévision nationale chilien Chilevisión. Time Warner pourrait prochainement s'offrir une nouvelle pépite : Vice Media, groupe devenu en deux décennies un géant de la vidéo et du journalisme web, présent dans 35 pays et valorisé à 1,4 milliards de dollars (1 milliard d'euros).

Lire aussi : Time Warner intéressé par Vice Media Issu de la fusion de Time Inc. En 1996, Time Warner joue à fond la carte de la télévision avec l'acquisition de Turner Broadcasting System, propriétaire à l'époque des les chaines CNN, HLN et Cartoon Network. Elian Peltier. Presse écrite : 38 % des lecteurs lisent sur support numérique.

La presse écrite n’a pas atteint le point où elle compte plus de lecteurs sur support numérique que sur papier. Mais elle s’en approche : en moyenne 38 % des lecteurs de 71 grands titres de presse visionnent leur contenu sur ordinateur ou smartphone, en 2013, selon l’étude One Global publiée mercredi 9 avril. Selon ces chiffres, 57 % des lecteurs de presse écrite lisent sur support papier uniquement ; 22 % consultent uniquement le site Internet, 4 % uniquement les versions mobiles. Point important : 17 % en moyenne sont des «dupliquants», qui lisent sur au moins deux supports, selon One global. Pour certains titres, le taux de numérisation dépasse 50 % Une étude qui « fusionne » trois outils de mesure Auparavant, Audipresse interrogeait les sondés sur leurs habitudes de lectures numériques mais seuls étaient concernés les lecteurs réguliers, explique Gilbert Saint Joanis, directeur des études d’Audipresse.

Les tablettes pas encore prises en compte « La théorie du multi-reading » News Industry Data and Trends. Une nouvelle façon de monétiser la presse en ligne. Journalisme et Data. Why The New York Times Hired A Biology Researcher As Its Chief Data Scientist. Interviewing the algorithm: How reporting and reverse engineering could build a beat to understand the code that influences us. Presse 3.0. Aides à la presse écrite. Schedule | sxsw.com. About.

Libéfractions

Ce que lire veut dire - RDL 10. LIRE : Etymologie de LIRE. LIER : Etymologie de LIER. The People Formerly Known as the Audience. La convergence : des médias aux systèmes. L'éducation au numérique, l'objectif 2014 de la CNIL. Le papier contre l’électronique (1/4) : Nouveau support, nouvelle culture. Le papier contre l’électronique (2/4) : Lequel nous rend plus intelligent. Le papier contre l’électronique (3/4) : Vers de nouvelles manières de lire. Le papier contre l’électronique (4/4) : Qu’est-ce que lire. The Future of Reading - Literacy Debate - Online, R U Really Reading? - Series.