background preloader

Ressource arte

Facebook Twitter

Les Inconnus - La Révolution. 4H3 essentiel. Tres de mayo. Tres de mayo (nom complet en espagnol : El tres de mayo de 1808 en Madrid, soit « Le trois mai 1808 à Madrid ») est un tableau renommé du peintre espagnol Francisco de Goya.

Tres de mayo

Peinte en 1814 et conservée au musée du Prado à Madrid, cette toile est également connue sous le nom Les Fusillades du 3 mai ou en espagnol sous le nom de Los fusilamientos de la montaña del Príncipe Pío[2]. Ce tableau est la suite directe des événements décrits par Dos de mayo. Dans la nuit du 2 au 3 mai 1808 les soldats français — en représailles à la révolte du 2 mai — exécutent les combattants espagnols faits prisonniers au cours de la bataille.

Les toiles Dos de mayo et Tres de mayo ont toutes deux été commissionnées par le gouvernement provisoire espagnol sur suggestion de Goya. Le sujet de la toile, sa présentation ainsi que l'émotion qu'elle dégage font de cette toile l'une des représentations les plus connues de la dénonciation des horreurs liées à la guerre. Contexte[modifier | modifier le code] El Tres de mayo de Goya - love-arts-plastiques.overblog.com. Ce tableau est une RUPTURE avec le néo-classicisme.

El Tres de mayo de Goya - love-arts-plastiques.overblog.com

Les héros ne sont ni tirés de la mythologie, ni célèbres : ils sont anonymes et désarmés. Goya annonce, par la manière de peindre et son thème, le romantisme ( qui donne une grande importance aux sentiments et à leur représentation). Goya Il veut susciter des émotions chez le spectateur, pour cela, il utilise les contrastes (clair/obscur, violence/calme). Un peintre engagé : Goya se place du côté des martyrs, il veut faire ressentir l'injustice de la répression. par son tableau, il montre le massacre et l'oppression exercée par la France.

L'art de Goya en guerre. Qu’on se rassure : cette exposition se penche bien moins sur la Guerre d’Indépendance que sur le génial artiste espagnol.

L'art de Goya en guerre

La réalité historique sert davantage de prétexte à un hommage rendu à Francisco de Goya, l’un des artistes de référence du musée du Prado, qui organise là l’exposition la plus ambitieuse sur le peintre aragonais depuis 1996. Goya en temps de guerre, ce sont quelque 200 œuvres (peintures, dessins, gravures) réalisées au cours des soubresauts historiques dont l’artiste est témoin pendant un quart de siècle, entre 1794 et 1820 : Révolution française, Terreur, invasion napoléonienne de l’Espagne, révolte populaire à Madrid contre José Bonaparte et restauration par le roi Fernando VII. L’initiative du Prado est opportune : au même titre que d’autres expositions venant de s’ouvrir à Madrid, elle commémore le bicentenaire du soulèvement madrilène contre les forces d’occupation française du 2 mai 1808.

R lui. Tres de mayo de Goya avec un effet relief. Images actives 1.0. 4H3.7. 4° - De 1792 à 1794. La Marseillaise : hymne national - Histoire. La Marseillaise de Rouget de Lisle. A l'origine chant de guerre révolutionnaire et hymne à la liberté, la Marseillaise s'est imposée progressivement comme un hymne national.

La Marseillaise de Rouget de Lisle

Elle accompagne aujourd'hui la plupart des manifestations officielles. Claude Joseph Rouget de Lisle chantant la marseillaisePaul Adolphe Rajon (XIXème siècle), BnF En 1792, à la suite de la déclaration de guerre du Roi à l'Autriche, un officier français en poste à Strasbourg, Rouget de Lisle compose, dans la nuit du 25 au 26 avril, chez Dietrich, le maire de la ville, le "Chant de guerre pour l'armée du Rhin". Ce chant est repris par les fédérés de Marseille participant à l'insurrection des Tuileries le 10 août 1792. Son succès est tel qu'il est déclaré chant national le 14 juillet 1795. 4H3.4. 20180906162837061. 20180906162711022. 20180906163317436. 20180906162535768. 4° - Année 1789. 4H3.1. 4H3 : La Révolution française et l'Empire. 4ème - Hist - Les temps forts de la Révolution française et de l'Empire (1789-1815) 4H3 Plan de travail. 1. La Révolution et l'Empire en France (1789-1815)

Les causes de la révolution française

Décolonisations (1/3) - L'apprentissage. Comment synthétiser, en moins de trois heures, cent cinquante ans d'une histoire planétaire dont les non-dits, comme les dénis, réactivent au présent fractures et polémiques ?

Décolonisations (1/3) - L'apprentissage

Pour retracer ce passé occulté qui continue de concerner intimement chacun d'entre nous, les auteurs ont choisi de tisser chronologiquement grande et petites histoires, continents et événements, avec des partis pris percutants. D'abord, en racontant l'histoire du point de vue des colonisés, ils prennent le contre-pied d'un récit historique qui jusque-là, si critique puisse-t-il être envers les crimes de la colonisation, reflète d'abord le regard de l'Europe colonisatrice.

Ensuite, parce qu’embrasser l'essentiel des faits intervenus sur près de deux siècles dans des pays aussi différents, par exemple, que l'Inde et le Congo relève de l'impossible, ils ont préféré braquer le projecteur sur une série de destins et de combats emblématiques, certains célèbres, d'autres méconnus. 1.