background preloader

Vilnius

Facebook Twitter

Vilnius. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vilnius

Vilnius (en lituanien : Vilnius Écouter ; allemand, Wilna ; polonais, Wilno ; russe, Вильнюс/Wilnjus, Вильна/Wilna ; biélorusse, Вільня/Wilnja ; yiddish, ווילנע/Wilne), anciennement Vilna, est la capitale de la Lituanie. Avec plus de 500 000 habitants, c'est la ville la plus peuplée du pays. Elle a été fondée par Gediminas. D'un point de vue architectural, le centre historique de Vilnius est particulièrement bien conservé. Vilnius est entrée depuis plusieurs années dans l'ère du capitalisme. Étymologie[modifier | modifier le code] Vilnius provient du nom de la rivière qui traverse la ville, la Vilnia. Histoire de Vilnius[modifier | modifier le code] Début[modifier | modifier le code] Vilnius vu par le satellite SPOT Vilnius a été fondée sous le règne de Gediminas, Grand-Prince depuis 1316. Telle est la légende. Union polono-lituanienne[modifier | modifier le code] Le ghetto de Wilno. Cette semaine, notre invité est Gilles Rozier, écrivain et directeur à la Maison de la culture yiddish à Paris pour parler du livre d’Avrom Sustkever qu’il a traduit du yiddish et qui vient de paraître aux éditions Denoël.

Le ghetto de Wilno

Le 27 février 1945, Avrom Sutzkever témoignait devant le tribunal de Nuremberg des atrocités commises par les nazis dans le ghetto de Wilno. Son témoignage, capital, entrera dans l’histoire, tant la parole des victimes fut rare lors du procès. C’est dire l’importance que revêt le récit qu’il a laissé de sa vie quotidienne entre 1941 et 1944. Jeune poète, il décrit dans ce texte l’horreur et la mort comme faisant partie de l’ordinaire, avec la volonté de restituer la sincérité du témoin tout en gardant le recul d’un observateur neutre. Avrom Sutzkever (1913-2010) s’est installé en Israël en 1947. Traduit du yiddish par Gilles Rozier Préface d’Annette Wieviorka Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah Like this: J'aime chargement…

Ghetto de Vilnius. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ghetto de Vilnius

Ghettos de la Pologne occupée. Lituanie au nord-est Le ghetto de Vilnius était un ghetto juif mis en place par le Troisième Reich allemand dans la ville de Vilnius, en Lituanie, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ses occupants vécurent deux ans de tortures, de sous-alimentation, de maladie, ainsi que de déportations dans des camps de concentrations et d'extermination, ce qui aboutit à la mort de la quasi-totalité des 40 000 habitants du ghetto, exécutés pour la plupart à Poneriai après un passage dans la prison de Lukiszki[1].

Des communautés juives d'Europe, celle de Lituanie fut la plus touchée par la Shoah. Mise en place[modifier | modifier le code] Policier lituanien avec des prisonniers juifs en juillet 1941 La Wehrmacht entra dans Vilnius le 26 juin 1941, suivie par des unités de l'Einsatzgruppen A. Le 6 septembre 1941, les autorités allemandes prirent la décision d'ouvrir deux ghettos dans la ville. Le ghetto aujourd'hui. Vilnius Ghetto 2009 with English Subtitles Play with VLC. Abba Kovner. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abba Kovner

Pour les articles homonymes, voir Kovner. Abba Kovner (14 mars 1918 - 25 septembre 1987) était un poète, écrivain et partisan juif d'origine lituanienne. Jeunesse[modifier | modifier le code] Abba Kovner est né à Sébastopol en Ukraine mais sa famille immigra peu de temps après à Vilnius en Lituanie, où il grandit et étudia à l'académie hébraïque de Vilna et à l'école des arts. Pendant ses études, il rejoint et devint un membre actif du mouvement de jeunesse socialiste sioniste Hachomer Hatzaïr.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code] En juin 1941, les Nazis envahissent la Lituanie et bâtissent le ghetto de Vilnius. Vengeance[modifier | modifier le code] Il survécut à l'Holocauste et après la libération par les Russes en 1945, il fonda le mouvement Berihah chargé dans un premier temps d'organiser l'immigration des Juifs vers le futur État d'Israël, puis dans un second temps de se venger des responsables de l'Holocauste.