background preloader

Vie Quotidienne - A Classer

Facebook Twitter

Boisson

Fonctionnaires. Medecine. Métiers. Papyrus. L’Apithérapie & l’Egypte Ancienne. Technique de la multiplication en Égypte antique. La technique de multiplication en Égypte antique reposait sur la décomposition d’un des nombres (généralement le plus grand) en une somme de puissances de deux et la création d’une table de puissance pour le second nombre.

Technique de la multiplication en Égypte antique

Cette technique est notamment connue grâce au papyrus Rhind, papyrus hiératique écris au XVIIe siècle avant notre ère ( 1650 av. J. Numération égyptienne. Les Égyptiens utilisaient un système de numération décimal.

Numération égyptienne

Chaque décimale possèdait un signe répété le nombre de fois nécessaire. C’est donc un système additionnel. Les deux derniers signes du têtard et du dieu Heh peuvent également être utilisés pour signifier "un grand nombre" sans notion quantitative spécifique [2]. L’écriture des nombres Quand les nombres sont écrits en hiéroglyphes — c’est le cas par exemple lorsqu’ils sont gravés sur les parois des temples ou monuments — les nombres se notent donc par la répétition de signes figurant les différentes puissances de 10 nécessaires qui se regroupent par ordres de grandeur (unités, dizaines, centaines, etc.). Par exemple, le nombre 1 523 se note : Le jardinage dans la civilisation Égyptienne. Les pharaons sont probablement les premiers à ordonner la réalisation de jardins.

Le jardinage dans la civilisation Égyptienne

Ils ramènent aussi des plantes exotiques de leurs campagnes, qu’ils cultivent ensuite dans les jardins de leurs temples et palais. Cela devient même une rage. Le Harem. De tout temps, les pharaons Egyptiens ont possédé un harem.

Le Harem

Des centaines de femmes de toutes origines et de toutes conditions y ont vécus. Epouses secondaires ou simples concubines du souverain, elles ne pouvaient rivaliser avec la reine, la Grande Epouse Royale. Toutes les femmes d’Egypte sont les épouses de Pharaon Le roi d’Egypte possède toute la terre, qu’il alloue en usufruit à ses sujets. Participant de la même philosophie, la coutume veut que, bien qu’il ait ses propres épouses, toutes les Egyptiennes soient considérées comme siennes.

Serviteurs dans la Place de Vérité. La coiffure. Comme le rapporte ce poème égyptien : La bien-aimée connaît très bien l’usage du lasso.

La coiffure

De ses cheveux, elle lance contre moi ses rets, de ses yeux, elle me rend captive…, la chevelure joue un grand rôle dans la séduction chez les femmes égyptiennes. Les cheveux des femmes, qui étaient souvent portés très long, étaient l’objet des plus grandes attentions. Le vin. Le vin était considéré par les Egyptiens comme un véritable nectar d’origine divine.

Le vin

Son goût dans l’antiquité n’avait sans doute pas grand chose à voir avec les grands crus actuels. Le vin nécessitait une attention et un environnement de qualité pour son élaboration. Le droit Antique. L’histoire de l’Égypte est connue à peu près sans interruption depuis le début du IIIe millénaire avant notre ère.

Le droit Antique

Durant cette longue période, l’Égypte a connu des périodes de monarchie puissante et centralisatrice, d’autres au contraire d’affaiblissement du pouvoir royal, parfois de dynasties parallèles et de morcellement de l’autorité dans une sorte de féodalité. L’activité économique et les structures sociales, parfois même familiales, ont subi les contrecoups de ces alternances politiques. À partir du VIIe siècle avant J.

-C., l’Égypte passe sous la domination successive des Assyriens (671-663), des Perses (525-332), d’Alexandre (322-323). Elle retrouve son indépendance, mais sous l’autorité de princes d’origine grecque, avec la monarchie des Ptolémées (305-31), pour être finalement incorporée à l’Empire romain (bataille d’Actium, 31 av. La chimie des fards dans l'Egypte antique. Témoignages de la vie quotidienne de l’époque, les très nombreux objets découverts dans les tombes égyptiennes de l’antiquité continuent de révéler leurs secrets.

La chimie des fards dans l'Egypte antique

Certains de ces sites archéologiques contenaient de véritables coffrets de maquillage, avec miroirs, épingles à cheveux et récipients comprenant encore parfois des produits cosmétiques. Ces produits de maquillage, blanc, vert, gris ou noir, étaient essentiellement formulés avec des composés de plomb. Une équipe associant le Laboratoire de recherche des musées de France (CNRS-ministère de la Culture et de la Communication) et L’Oréal Recherche, en collaboration avec l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF) à Grenoble, vient d’étudier 49 flacons conservés par le Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

La porteuse d’Auge (statue en bois polychrome) Moyen Empire, XIIème dynastie (Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes) Radiographie aux rayons X de différents flacons à fard. Les Mathématiques dans la Préhistoire, en Egypte et en Mésopotamie. Les tablettes mathématiques les plus anciennes qui soient parvenues jusqu’à nous datent de 3300 ans avant Jésus-Christ (apparition des premiers chiffres à Sumer et en Elam et de la première numération écrite).

Les Mathématiques dans la Préhistoire, en Egypte et en Mésopotamie

Mais, nous savons que les grandes civilisations du passé : sumérienne, babylonienne, égyptienne, hébraïque, maya, chinoise, arabe, indienne, ont dû, dans l’exercice de leurs activités quotidiennes, pour assurer la gestion des biens indispensables à leur croissance et à leur défense, créer et utiliser de nombreux procédés de calcul arithmétique et de mesure des grandeurs. Les Egyptiens et les Mésopotamiens ont inventé les premiers systèmes de numération structurés. En Mésopotamie, on a choisi 60 comme base ( le nombre qui sert à former les autres) probablement parce que le nombre 60 possède plusieurs diviseurs. La sexualité. Contrairement à la Grèce ou à la Rome antique, l’Egypte ancienne n’a pas jugé utile de multiplier les objets ouvertement érotiques, voire pornographiques.

La sexualité

Cela a longtemps conduit les égyptologues à estimer que les Egyptiens anciens étaient prudes à l’extrême. Les études récentes dans ce domaine tendent à démontrer le contraire. L'érotisme. Les documents relevant du domaine de l’éros dans l’Egypte ancienne sont d’une extrême rareté. Il est vrai qu’ils ont quelque peu souffert de la pruderie affichée au XIXe siècle, mais le corpus des représentations n’est en aucune manière comparable à ce qu’ont pu léguer à notre époque la Grèce ou Rome. A lire les Maximes d’Ankhchéchanq, l’homme serait encore plus enclin aux relations sexuelles que l’âne, de sorte que seuls ses moyens financiers brident ses instincts. Ces allusions ont naturellement trait à une forme d’amour vénal. Cependant, la pornographie est un genre attesté en Egypte nonobstant une idée fortement répandue en vertu de laquelle les Egyptiens n’auraient eu aucun penchant pour ce type de licence.

Les mathématiques. On a beaucoup glosé sur la connaissance avancée que les anciens égyptiens auraient eu des mathématiques. S’il faut se rappeler que les Grecs pour qui l’Egypte était la mère de toute sagesse, lui doivent beaucoup en ce domaine, il faut convenir du fait que, tout comme celle de l’écriture, l’approche que l’égyptien a pu avoir des mathématiques demeure, durant la quasi-totalité de l’histoire égyptienne, d’ordre pragmatique et, de ce fait même, limité.

Dés l’abord, la rareté même des sources traitant directement de cette matière doit inciter à la prudence ; ce qui suit doit rester à l’esprit du lecteur comme une suite de considérations générales tirées de ce qui ne peut être vraisemblablement qu’une petit groupe de cas particuliers riches d’enseignements. En effet, la documentation accessible comporte quatre papyri (ceux de Berlin, Moscou, Kahoun et surtout le fameux Papyrus Rhind du British Muséum), le rouleau de cuir de Berlin et deux tablettes de bois. L'astronomie. Les Egyptiens ont toujours considéré le ciel comme un des éléments primordiaux du cosmos fini, au même titre que la terre, l’eau et l’air. Très tôt, il leur semble nécessaire de comprendre l’organisation du ciel et de la fixer pour organiser aussi bien temporellement que spatialement la création humaine. Les grands mythes et surtout la théologie royale mettent souvent en jeu les éléments de la géographie céleste, qu’il s’agisse du soleil, de la lune ou des étoiles.

Cette conscience d’un espace céleste englobant le monde fini a deux aboutissements logiques. D’une part, le développement d’un appareil mythique explicitant les grands phénomènes cosmiques, d’autre part, la mise en place d’une approche quasi scientifique de ces mêmes phénomènes pour en tirer des applications pratiques mais néanmoins fortement attachées au domaine symbolique. Le scribe. En Egypte l’écriture a toujours revêtu une importance fondamentale. Qui pouvait en être plus conscient que le scribe lui-même. De tous temps, il a cherché à montrer, profitant de sa toute-puissance sur les lettres, la supériorité de son métier. Mesures. Le fonctionnement de la société égyptienne repose sur un contrôle rigoureux de la production étayé par une organisation étatisée. Morale. Les porteuses d'offrandes. L'esclavage. Mariage, polygamie, polyandrie, divorce, adultère. Il est préférable, avant d’évoquer le mariage lui-même, de parler des documents juridiques et des usages s’y rapportant.

Petit lexique des mots de tous les jours. Les Sandales. Les Egyptiens ont pu, tout au long de leur histoire, s’habiller avec un minimum d’effet grâce notamment au climat chaud typique des zones arides. La tenue la plus courante resta longtemps pour les hommes un simple pagne et pour les femmes une tunique quand ils n’allaient pas tout simplement nus. Le chat, animal divin. Animal sacré et familier, le chat était considéré comme le protecteur des récoltes, l’animal favori des puissants, le fidèle compagnon des humbles, l’incarnation des dieux. Vivant comme mort, il est traité avec les plus grands égards et est souvent momifié après sa mort. La grande fête d'Opet. Le système éducatif égyptien. Le travail du bois. Les ouvriers de Pharaon. Le blanchisseur. La mesure du temps. Le mobilier de la haute société égyptienne. Le costume féminin. Le costume masculin. La monnaie. La crue du Nil. La fiancée du Nil. L'or. Le lin. Les ressources minières de l'Egypte. Le Sport. Urbanisme de l'Egypte antique.

L'espionnage. L'Urbanisation. Astrologie égyptienne. Le zodiaque égyptien. Le Jeu de l'oie. La prostitution. La prostitution. La Police. Symbolique des couleurs dans l'Égypte antique. Sacrifice humain. Citoyenneté dans l'Égypte antique. Jeux et jouets dans l'Egypte Antique. L'éducation des princes de sang. L'inceste royal : pour transmettre le sang divin. Hittites peuple Egypte ancienne antique. SPORT. POLICE. NOMES. SCRIBES. MATHEMATIQUES. AGRICULTURE. PAPYRUS. SEXE. MOMIFICATION.

MORT. SAGESSE. DATATION. NIL. FEMMES. Egypte Ancienne. Les vêtements égyptien. La toilette égyptienne. Le palais royal égyptien. Les Habitations égyptienne. Echelle sociale dans l’Égypte antique. L'alimentation égyptienne. NOURRITURE. Les céréales en Égypte ancienne. Une boisson destinée aux élites : le vin en Égypte ancienne. Grève : en Égypte ancienne. Face aux temps qui passe : en Égypte ancienne. Le premier tour de magie : en Égypte ancienne. L'Homme derrière le demi-dieu, pharaon : en Égypte ancienne. Au temps des pharaons – Vie quotidienne des Egyptiens. Chasse dans les marais. La Vie quotidienne au temps des pyramides - CERIMES. "Femme" en Egypte Ancienne. L'Or des Pharaons.

Mes Parfums d'Egypte. LA MUSIQUE AU PAYS DES PHARAONS par Bernard BECQUART. Egypte ancienne. La "Lumière de lune tissée", la magie du lin et la civilisation du linge (1) en Égypte ancienne. La "Lumière de lune tissée", dans cette civilisation du linge, y avait-il une mode masculine ?... (2) en Égypte ancienne. La "Lumière de lune tissée" dans cette civilisation du linge et la garde-robe des plus riches... (3) en Égypte antique.