background preloader

Verrouillage

Facebook Twitter

« Les vieux partis feront tout pour verrouiller le jeu politique jusqu’en 2017 » Par Alexandre Jardin, écrivain Le citoyen engagé que je suis le hurle.

« Les vieux partis feront tout pour verrouiller le jeu politique jusqu’en 2017 »

Les petits partis − j’entends le Parti socialiste (PS) et Les Républicains, qui, ensemble, réunissent moins de membres actifs que la Fédération française de pétanque ou celle de canoë-kayak – n’en finissent pas de verrouiller un jeu politique déconsidéré, que le pays rejette élection après élection. Soixante-dix-huit pour cent des Français se disent prêts à voter pour un candidat qui ne serait ni issu d’un parti politique ni soutenu par lui ? Présidentielle : les nouvelles règles sur le temps de parole adoptées. A un an de la présidentielle, les députés ont adopté définitivement ce mardi une réforme des règles de l’élection suprême, principalement du système des parrainages et du temps de parole des candidats.

Présidentielle : les nouvelles règles sur le temps de parole adoptées

Une réforme vivement contestée par les « petits partis » . L’Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, a procédé à la lecture définitive de ces deux textes, le Sénat, où la droite est majoritaire, l’ayant à chaque fois profondément modifié contre l’avis du gouvernement. L’une des deux propositions de loi étant organique, c’est-à-dire portant sur l’organisation des pouvoirs publics, elle devait recueillir la majorité absolue des membres de l’Assemblée qui est actuellement fixée à 287 voix. Elle a obtenu 299 voix. Si 266 députés PS ont voté pour, elle n’a pu être adoptée que grâce à l’appui de 22 députés LR, alors que leur groupe avait appelé à l’abstention.

SCANDALEUX ! Les règles qui pourraient changer pour l'élection présidentielle : « C’est aux Français de choisir leur président » Par un collectif Cramponnée au pouvoir qu’elle confisque depuis des décennies et confrontée à la menace grandissante d’un peuple en quête de renouveau, la classe politique a décidé de piétiner un peu plus ce principe pourtant inscrit noir sur blanc dans l’article 2 de la Constitution et qui donne en onze mots la raison d’être de notre République, « Le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

« C’est aux Français de choisir leur président »

À un an de l’élection présidentielle, alors que 78 % des Français se disent prêts à voter à pour un candidat qui ne serait ni issu, ni soutenu par un parti politique, onze députés, missionnés pour préserver les intérêts de leur caste, ont voté en catimini le 24 mars le changement des règles d’accès à l’élection présidentielle. Nous croyons au contraire que le temps est venu de rendre au peuple sa souveraineté, c’est-à-dire sa capacité à reprendre le pouvoir à des gens qui ne lui ressemblent pas et qui finalement ne le représentent plus.

Temps de parole : vers une présidentielle plus inégalitaire ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gary Dagorn Les règles d’égalité de traitement médiatique entre les candidats à l’élection présidentielle pourraient changer prochainement.

Temps de parole : vers une présidentielle plus inégalitaire ?

Une proposition de loi, déposée en novembre 2015 par Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas (nommé depuis ministre de la justice en remplacement de Christiane Taubira), adoptée le 24 mars en seconde lecture par les députés avant un nouvel examen au Sénat, prévoit d’assouplir l’égalité stricte du temps de parole dans les médias audiovisuels (télévision et radio) entre les candidats. Présidentielle : les nouvelles règles suscitent l’ire des «petits» candidats, Politique. Un « tripatouillage », un « rapt » voire même un « attentat »....

Présidentielle : les nouvelles règles suscitent l’ire des «petits» candidats, Politique

La double proposition de loi, organique et ordinaire , visant à réformer certaines modalités de l’élection présidentielle, qui devrait être adoptée définitivement ce mardi par l’Assemblée nationale, a suscité des critiques virulentes. Elles émanent des « petits » candidats, qui considèrent que ces nouvelles dispositions les empêcheront de concourir de façon équitable contre ceux des « grands » partis – comprendre « le PS, Les Républicains et le Front national », qui, eux, voient dans ce double projet de loi une modernisation des règles. Deux modifications suscitent tout particulièrement la colère des petits candidats : la première est relative à la publicité intégrale de l’identité des 500 parrains, et ce au fur et à mesure de la collecte des signatures. Equité plutôt qu'égalité stricte La seconde proposition contestée vise le temps de parole dans les médias audiovisuels.