background preloader

Travail

Facebook Twitter

La SNCF veut supprimer près de 2.100 postes en 2019. La SNCF prévoit de supprimer 2.086 emplois en 2019, selon le projet de budget présenté mercredi par la direction aux syndicats lors d'une réunion du comité central du groupe public ferroviaire, a-t-on appris de sources syndicales.

La SNCF veut supprimer près de 2.100 postes en 2019

Projet rejeté "à l'unanimité" par les syndicats. Ce projet de budget a été rejeté "à l'unanimité" par les organisations syndicales, dont l'avis est consultatif, a-t-on ajouté de mêmes sources. Engagée dans une vaste réforme depuis l'adoption en juin de la loi du "nouveau pacte ferroviaire", la SNCF poursuit ainsi ses réductions d'effectifs annuelles, après déjà quelque 2.000 postes supprimés en 2018 et le même nombre en 2017.

La branche SNCF Mobilités essentiellement concernée. Sur quelque 142.000 postes au total, le groupe veut en supprimer 2.095 dans sa branche SNCF Mobilités (TGV, TER...) et 162 dans la holding de tête du groupe. La Relève et La Peste. Des employés d’Elior Services vivent un cauchemar judiciaire.

La Relève et La Peste

Alors qu’ils avaient obtenu en justice des primes de leur employeur, 183 agents ont vu la décision annulée par la Cour de Cassation et doivent maintenant rembourser 10 à 30 000€ chacun, pour un total de 2,8 millions d’euros. L’alerte a été donnée par la journaliste Delphine Tanguy du journal La Provence. Elior Services réclame de 10 à 30 000€ à 183 de ses employés : femmes et hommes de ménage marseillais travaillant généralement à temps partiel dans des hôpitaux et cliniques, et payés au Smic. Ces personnes, déjà exploitées et vivant le plus souvent dans des conditions précaires, doivent ainsi rendre l’argent qu’elles avaient obtenu suite à une décision de justice en leur faveur. Elior Services (chiffre d’affaires de presque 400 millions d’euros en 2016) veut ainsi récupérer 13 années de sommes versées à des individus qui touchent 1300€/mois, d’autres beaucoup moins à la retraite ou en situation d’invalidité. Carnets de prud'hommes. "Elle a caché cet arrêt de travail pour continuer à être payée" Karima travaille à la chaîne.

Carnets de prud'hommes

Très vite, ses arrêts de travail se multiplient. Déclarée inapte, elle est licenciée avec de faibles indemnités moins d'un an après son embauche. Sa maladie étant professionnelle, elle réclame 12 mois de salaire aux prud'hommes. "Si tu veux t'occuper de ton enfant handicapé, tu démissionnes" Laëtitia, salariée d'une agence bancaire, demande un aménagement d'horaires pour s'occuper de son enfant handicapé, mais il lui est refusé. Article 700, départage, référé... "Je vous accorde 2 500 euros au titre de l'article 700", "je demande 10 000 euros à titre infiniment subsidiaire"... Six "dames pipi" réclament 15 000 euros aux prud'hommes. « Désocialiser », et puis quoi encore ? par Michel Soudais. La « désocialisation » est le dernier objectif avancé le 6 février, dans un Facebook live, par le chef de l’exécutif, en l’occurrence Édouard Philippe, Premier ministre et voix de son maître Emmanuel Macron, qui lors de la campagne se serait engagé, selon son factotum havrais, à « désocialiser » les heures supplémentaires.

« Désocialiser », et puis quoi encore ? par Michel Soudais

L’ancien maire du Havre n’a donc rien inventé. L’innovation sémantique revient une fois encore ­– on se souvient de « l’illibéralisme » – à notre Président prétendument « philosophe ». Le mot sonnera doux aux oreilles de droite, qui ont toujours rêvé d’extirper le venin du socialisme inoculé par la Révolution de 1789 sans jamais tout à fait y parvenir. Nicolas Sarkozy ne se contentait-il pas de « défiscaliser » les heures supplémentaires ? Le licenciement automatique bientôt inscrit dans la loi ? - Régression sociale. L’accord national interprofessionnel, conclu le 11 janvier, cela vous dit quelque chose ?

Le licenciement automatique bientôt inscrit dans la loi ? - Régression sociale

Signé par le Medef et trois organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC), il est censé apporter « plus de souplesse pour les entreprises et plus de protection pour les salariés ». Ses dispositions doivent désormais être inscrites dans la loi. Il a été qualifié de compromis « historique » dans plusieurs médias. S’il est retranscrit tel quel par les parlementaires, cet accord pourra effectivement être qualifié d’ « historique ». Historique, dans le sens où il marquera une régression sociale jamais égalée depuis un demi-siècle.

Fonctionnaires: vers une refonte de leurs rémunérations? Les différentes catégories de fonctionnaires (A,B,C) vont-elles disparaître?

Fonctionnaires: vers une refonte de leurs rémunérations?

Le rapport sur "l'évolution de la fonction publique dans les années à venir", remis au gouvernement ce lundi 4 novembre, et rédigé par le conseiller d'Etat Bernard Pêcheur, propose de les remplacer par six "niveaux de fonction". Ces "niveaux" seraient définis selon le diplôme de l'agent, mais aussi les missions exercées et les responsabilités. Le but serait d'étaler davantage le niveau des rémunérations des agents publics. Bruno Le Maire : "En France, on distribue des chèques plutôt que de créer des emplois" Comment les entreprises veulent supprimer le code du travail. L’association Entreprise et Progrès veut en finir avec « le tabou du temps de travail qui paralyse le dialogue social ».

Comment les entreprises veulent supprimer le code du travail