background preloader

Sandra Bertin

Facebook Twitter

Nice: la policière qui accuse Cazeneuve serait une proche d'Estrosi. Nice: la policière qui accuse l'Intérieur va révéler l'identité de la personne qui l'aurait harcelée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Nice: la policière qui accuse l'Intérieur va révéler l'identité de la personne qui l'aurait harcelée

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Replay Emissions beau temps Vent : 25km/h - UV : 2 Clôture veille : 4510.39 Ouverture : 4544.09 Replay Emissions. Attentat de Nice: une policière mise sous pression par le ministère de l'Intérieur? La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l'Intérieur. Paru dans leJDD Sandra Bertin à la mairie de Nice, vendredi.

La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l'Intérieur

(Eric Dessons/JDD) Depuis quelques jours, la polémique enfle autour de la présence de la police nationale à Nice le soir du 14-Juillet. Dimanche, dans un entretien exclusif au JDD, Sandra Bertin, la chef du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice, accuse le ministère de l'Intérieur de l'avoir mise sous pression. Quand le camion de Mohamed Laouhaiej-Bouhlel entre sur la Promenade des Anglais, ce 14 juillet, que voyez-vous sur vos écrans? La sous-direction anti-terroriste vous a demandé, le 20 juillet "l’effacement complet des enregistrements de vidéosurveillance" sur la Promenade pour cette nuit du 14 juillet afin d’éviter les fuites.

Pour retrouver la longue interview que Sandra Bertin a accordée au JDD en kiosques, cliquez ici. Camille Neveux - Le Journal du Dimanche. Attentat de Nice: le mail qui contredit les accusations de Sandra Bertin. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Attentat de Nice: le mail qui contredit les accusations de Sandra Bertin

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Replay Emissions beau temps Vent : 25km/h - UV : 2 Clôture veille : 4510.39 Ouverture : 4544.09 Replay Emissions Alors que Sandra Bertin, la policière municipale en charge de la vidéosurveillance à Nice, explique avoir eu affaire à deux personnes présentées comme liées à l'Intérieur, un document contredit cette hypothèse. Nouveau rebondissement dans l'affaire qui oppose le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à Sandra Bertin, la policière municipale en charge de la vidéosurveillance à Nice.

Le mail ne contient aucune adresse liée à l'Intérieur Son avocat n'exclut pas qu'une des deux personnes ait menti Par Charlie Vandekerkhove avec AFP 3.0k. Attentat de Nice : Sandra Bertin, une policière orientée ? Son témoignage a créé la suspicion et relancé la polémique sur la sécurité au soir de l'attentat de Nice.

Attentat de Nice : Sandra Bertin, une policière orientée ?

Dans une interview au Journal du Dimanche, une policière municipale niçoise, Sandra Bertin, chef du service pilotant la vidéosurveillance, a accusé le ministère de l'Intérieur d'avoir fait pression pour modifier son rapport sur le dispositif de sécurité. "J'ai alors eu affaire à une personne pressée qui m'a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l'on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité. Attentat de Nice : la policière Sandra Bertin sera jugée pour diffamation. La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l'Intérieur. Nice : une policière municipale dit avoir subi des pressions de l'Intérieur - le Parisien. Voici un nouvel élément dans une polémique qui dure depuis plusieurs jours.

Nice : une policière municipale dit avoir subi des pressions de l'Intérieur - le Parisien

Nice : Sandra Bertin, une policière très engagée - le Parisien. Elle a fait sortir de ses gonds Bernard Cazeneuve, mis en émoi le gouvernement et créé une fracassante polémique sur les « mensonges » de la Place Beauvau.

Nice : Sandra Bertin, une policière très engagée - le Parisien

Sandra Bertin, la policière municipale qui dirige le centre de vidéosurveillance de Nice, a en effet accusé le cabinet du ministre d'avoir fait pression sur elle pour modifier un rapport sur la sécurité du 14 Juillet à Nice. Dans le cadre de ses fonctions, cette employée de la ville de Nice utilise un autre nom que Bertin. C'est sous celui de Sandra Tardeil qu'elle exerce en tant que chef de service de police municipale. Sous ce patronyme, sur ses comptes Twitter et Facebook, la jeune femme affiche sa sympathie pour son président de région, Christian Estrosi (les Républicains), et n'hésite pas à critiquer fréquemment la « pseudo-politique socialo » quand elle ne raille pas la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem.

Le ParisienA.D. Sans titre. Affaire Sandra Bertin : des témoignages confirment la version de la policière municipale. La policière municipale Sandra Bertin, a accusé le ministère de l'Intérieur d'avoir exercé des pressions pour qu'elle modifie son rapport après l'attentat du 14 juillet.

Affaire Sandra Bertin : des témoignages confirment la version de la policière municipale

Des témoignages publiés par Le Monde semblent corroborer sa version des faits. «Le 15 juillet vers 15h30, je me trouvais en salle vidéo avec notre responsable, Sandra Bertin, lorsque son adjoint vient la chercher en salle vidéo, en lui disant qu’un commissaire de police venait la voir et qu’il était envoyé par le cabinet du ministère de l’intérieur», aurait témoigné un membre de l'équipe du centre opérationnel de commandement de Nice.

Polémique sur la sécurité à Nice : quatre plaintes contre X déposées. Une enquête préliminaire pour « abus d’autorité » a par ailleurs été ouverte après le signalement d’une policière municipale sur le dispositif sécuritaire le soir du 14 juillet.

Polémique sur la sécurité à Nice : quatre plaintes contre X déposées

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Julia Pascual Le contentieux judiciaire autour de l’attentat de Nice du 14 juillet continue d’enfler. Alors que les résultats d’une enquête de l’inspection générale de la police nationale sur le dispositif de sécurité du 14 juillet sont attendus fin juillet, le parquet de Nice a fait savoir, mardi 26 juillet, qu’il avait enregistré quatre plaintes contre X. Ces plaintes désignent des manquements à la sécurité sur la promenade des Anglais, où 84 personnes ont été tuées le soir de la fête nationale. Samedi 16 juillet, M. Attentat de Nice : les déclarations de la policière corroborées par des témoignages. Des attestations crédibilisent la version de Sandra Bertin, qui a révélé avoir subi des pressions pour modifier son rapport sur le dispositif sécuritaire le 14 juillet.

Attentat de Nice : les déclarations de la policière corroborées par des témoignages

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Julia Pascual Le parquet de Nice a ouvert, mardi 26 juillet, une enquête préliminaire pour abus d’autorité, sur la base des déclarations de Sandra Bertin, la policière municipale qui dit avoir subi des pressions du ministère de l’intérieur pour changer son rapport sur la nuit du 14 juillet. Le Monde a pu consulter des attestations transmises à la justice qui corroborent la version de Mme Bertin. « Je l’ai entendue dire “je ne mettrai pas ce que je n’ai pas vu aux écrans” », atteste ainsi une personne en fonction au centre opérationnel de commandement (COC) de Nice, qui héberge les écrans de vidéosurveillance du centre de sécurité urbaine. « Divergence d’opinion » Attentat de Nice : dans le centre-ville, la parole raciste se libère - Le Parisien.

Il est 8 heures, jeudi matin, quand un jeune quadra à vélo hurle sur la promenade des Anglais bouclée aux voitures et encore désertée par les badauds : « La France aux Français, la France aux Français !

Attentat de Nice : dans le centre-ville, la parole raciste se libère - Le Parisien

» Un message attisant la haine qui était partagé au lendemain du carnage par des milliers d'utilisateurs de Twitter, à travers le hashtag « Islam hors d'Europe ». Mais aussi par plus d'un Niçois, dans une région où, à chaque élection, le Front national réalise des scores élevés. Gérard, par exemple, retraité de 67 ans, est sur cette même longueur d'onde extrémiste. Il ne s'en cache pas, il vient d'ailleurs spontanément nous interpeller pour « vider [son] sac ». « Moi, je suis raciste à mort, je suis FN et je le dis », lâche-t-il en exhibant sa carte d'adhésion 2016 affichant le visage de Marine Le Pen.

Il l'annonce même haut et fort devant des habitants issus de la diversité. « Nice commençait à être chaud pour le FN et là, ça va chauffer sévère », pronostique-t-il. QUESTION DU JOUR. Polémique entre une policière niçoise et le gouvernement : le mail qui jette le trouble sur la version de Sandra Bertin. Le rapport de la discorde. Dans son entretien au JDD, publié dimanche 24 juillet, Sandra Bertin affirme avoir été "harcelée pendant une heure" au lendemain de l'attentat de Nice.