background preloader

Saint-Etienne-du-Rouvray 26-07-2016

Facebook Twitter

Marc Trévidic: "Avec Kermiche, j'ai vite compris que la discussion était impossible" Un prêtre égorgé en pleine messe en son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, un paroissien grièvement blessé...

Marc Trévidic: "Avec Kermiche, j'ai vite compris que la discussion était impossible"

Et au moins un des deux tueurs qui était connu de la justice antiterroriste. Adel Kermiche était sous contrôle judiciaire et équipé d'un bracelet électronique. Il était autorisé à quitter le domicile familial entre 8h30 et 12h30. Quand il pénètre dans le lieu de culte mardi, il est 9h25... Prêtre assassiné. Les religieuses prises en otages témoignent. À 9 h 30, mardi matin, le Père Jacques Hamel officiait la messe en petit comité (trois religieuses et un couple de paroissiens).

Prêtre assassiné. Les religieuses prises en otages témoignent

Alors que la messe n'était pas encore finie, un jeune homme fait irruption pour demander des renseignements. « Je lui ai dit de repasser dans dix minutes » explique Sœur Huguette. Mais quand le jeune homme revient, il est accompagné d'un ami. « Ils avaient le style des terroristes qu’on voit à la télé. L’un portait un calot noir sur la tête et la barbe bien fournie. J’ai tout de suite compris », se souvient sœur Hélène. « Arrêtez qu’est ce que vous faites ? Les tueurs jettent tout ce qui se trouve sur l'autel et mettent une caméra entre les mains d'un des fidèles. « Jacques leur a crié : « Arrêtez qu’est ce que vous faites ? Saint-Etienne-du-Rouvray : le déroulé de l'attaque de l'église, minute par minute. Jacques Hamel, un prêtre de 86 ans, a été tué mardi 26 juillet à l'arme blanche alors qu'il célébrait une messe dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime.

Saint-Etienne-du-Rouvray : le déroulé de l'attaque de l'église, minute par minute

L'attaque a été perpétrée par deux hommes ensuite abattus par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) sur le parvis de l'église Saint-Etienne. Un paroissien a été grièvement blessé au thorax. Retour sur le déroulé des faits. 9h25. Prêtre égorgé : "Il ne faut pas céder à la haine" Le soleil dégouline sur les épaules cuivrées des touristes.

Prêtre égorgé : "Il ne faut pas céder à la haine"

Il est 16 h et ils sont des centaines à gravir les interminables marches qui mènent à Notre-Dame-de-la-Garde, sur les hauteurs de Marseille (7e). Sur le parvis de la basilique, rien ne permet de savoir que, quelques heures plus tôt près de Rouen, l'Église a été terriblement meurtrie. Les touristes s'enfoncent sous la nef et font courir leur regard sur les mosaïques. Mais quelques mots susurrés, plus bas, dans le silence imposé de la crypte, sont lourds de sens. "On est en guerre, lâche un agent de sécurité. Prêtre égorgé : Adel Kermiche, l'un des assaillants, avait tenté de rejoindre la Syrie - Le Parisien.

L'un des deux auteurs de la prise d'otages ce mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen, au cours de laquelle un prêtre a été égorgé, a été formellement identifié.

Prêtre égorgé : Adel Kermiche, l'un des assaillants, avait tenté de rejoindre la Syrie - Le Parisien

Cet individu, Adel Kermiche, 19 ans, avait tenté deux fois de rallier la Syrie en 2015, selon les informations du Nouvel Observateur. Une première fois, en mars alors qu'il était mineur, il a entamé un voyage vite interrompu : il a été arrêté à Munich en Allemagne, renvoyé en France puis placé sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents à Saint-Etienne-du-Rouvray. En mai 2015, une fois majeur, il entame un nouveau périple, accompagné d'un ami d'enfance. Ils passent par la Suisse. EN DIRECT. Un prêtre égorgé dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Prêtre égorgé : "Adel Kermiche, c'est moi qui l'ai mis en examen" (Marc Trévidic) sur Orange Actualités. Attaque dans une église: une vidéo montre les assaillants prêter allégeance à l'EI. Au lendemain de l'attentat terroriste qui a visé une église de la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray près de Rouen, une messe a été donnée mercredi soir à la cathédrale Notre-Dame de Paris en hommage à Jacques Hamel, le prêtre tué par deux djihadistes.

Attaque dans une église: une vidéo montre les assaillants prêter allégeance à l'EI

VIDEO >> Pour le pape François, "le monde est en guerre" - Faut-il anonymiser les terroristes? Le débat a fait rage ce mercredi. Plusieurs médias ont anoncé qu'ils ne diffuseraient plus leurs photos, voire ne prononceraient plus leur nom à la radio, pour éviter qu'ils ne soient "glorifiés". «On déclare la guerre au terrorisme sans la faire» D'après le général Vincent Desportes, au lieu de rester sur la défensive, le gouvernement devrait envoyer des soldats au sol combattre l'Etat islamique et imposer le respect des principes républicains à tous, musulmans compris.

«On déclare la guerre au terrorisme sans la faire»

Ayrault, Hollande et Valls au Centre interministériel d'aide aux victimes. La France sans les juifs. Sipa.

La France sans les juifs

Numéro de reportage : AP21844560_000001. Pas d’amalgame, surtout. Le sang juif ne doit pas figurer, honteux mélange, avec le sang français répandu par les carnages opérés par les djihadistes français. L’oubli du nom juif sonne comme un tonnerre dans la déclaration signée par les 41 signataires musulmans intitulée « Nous Français et musulmans sommes prêts à assumer nos responsabilités » que l’on peut lire dans Le Journal du Dimanche. « Après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes et d’hommes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant une messe … l’horreur et la volonté très claire de dresser les Français les uns contre les autres.

L’élimination du nom Juif est un vieux rêve, Pétain dans sa tombe s’est peut-être retourné de plaisir en lisant cet appel à la « Concorde nationale » enfin judenrein. L’extraordinaire résilience des Français face au terrorisme. Malgré les prévisions des prophètes de malheur prédisant des pogroms antimusulmans, le peuple français n’a pas bougé.

L’extraordinaire résilience des Français face au terrorisme

Où sont les attaques de mosquées, les attaques à la voiture bélier, les ratonnades dans les quartiers, les émeutes, les voitures brûlées ? Nice, juillet 2016. Sipa. Numéro de reportage : 00764645_000023. Après les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, les autorités politiques et religieuses ont lancé avec insistance des appels pressants au calme et à la dignité. Saint-Etienne-du-Rouvray: la défaite de la justice. Adel Kermiche et Abd-el-Malik Petitjean.

Saint-Etienne-du-Rouvray: la défaite de la justice

Sipa. Numéro de reportage : REX40441584_000004. Faut-il rouvrir le procès récurent de la justice, parce qu’un juge d’instruction avait remis en liberté l’un des assassins du Père Jacques Hamel, quelques semaines avant qu’il ne commette son crime ? Sans le dire explicitement, le Premier ministre n’a pas hésité en tout cas à montrer du doigt les juges pour leur manque de perspicacité. L’ « échec judiciaire » est venu à point nommé faire diversion, quand les critiques s’adressaient jusque là aux services de police et de renseignement. Antiterrorisme: Le piège grossier de l’unité nationale. La Haine. Le gouvernement croit avoir trouvé d’imparables éléments de langage dans sa lutte acharnée non pas contre le terrorisme islamiste, mais pour la maîtrise de l’opinion. L’usage immodéré de l’euphémisme Daech, alors que même Le Monde se met à utiliser le sigle EI, plus parlant, vise à désigner un ennemi lointain, forcément extérieur et qui sera anéanti à force de frappes aériennes en Syrie.

On a une base juridique pour interdire le salafisme en France. Ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense, professeur à Sciences Po et auteur du « Guide du petit djihadiste », Pierre Conesa revient sur les failles de la politique antiterroriste largement accentuées par la « veulerie » du débat politique français. Sipa. Numéro de reportage : 00717050_000022. Régis Soubrouillard. La France vient de vivre deux semaines stupéfiantes, avec un chef de l’Etat qui annonce la fin de l’état d’urgence lors de son discours du 14 juillet, les attaques de Nice le soir même -les attentats en Allemagne- et à Saint-Etienne-du Rouvray où un individu arrêté, en Allemagne, à Genève, à Istanbul, porteur d’un bracelet électronique a commis un attentat. L’exécutif ne cesse de marteler que « nous sommes en guerre » mais semble complètement dépassé par les événements.

Tant d’amour et de paix, ça laisse muet… Miliciens de l'Etat islamique, Falloujah, Irak. Sipa. Numéro de reportage : AP21800159_000007. Je ne parlerai pas des martyrs de Charlie. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour. Je ne disserterai pas sur les massacres du Bataclan et d’ailleurs. Je n’évoquerai pas les tueries de Boko Haram, de l’AQMI, d’Al-Qaïda, d’Al-Nosra et d’une foule d’autres groupes d’assassins organisés, en Syrie et ailleurs, au nom du Prophète, sur lui la paix et la lumière. Je ne dirai rien des près de 300 morts tués dans un attentat à Bagdad le 3 juillet, ni des 15 autres tués dans la même ville le 25, ni… Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Et j’ai eu tort de parler ici-même des infidèles tués au musée du Bardo l’année dernière. Comment Saint-Etienne-du-Rouvray est devenu un ghetto islamiste. En exclusivité pour Causeur, Florence M., enseignante à quelques kilomètres du lieu de l'attentat, livre un témoignage édifiant sur l'évolution de Saint-Etienne-du-Rouvray, passé en quelques années de paisible banlieue ouvrière de Rouen à ghetto islamisé. Saint-Etienne-du-Rouvray, juillet 2016. Sipa. Numéro de reportage : AP21927272_000023 .

Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray: on connaît les coupables! Le problème aujourd’hui, c’est l’islam radical, pas la droite nationale. Saint-Etienne-du-Rouvray: Miscellanées guerrières, chapitre deux. Quelques réflexions en vrac, dans un ordre vaguement chronologique, depuis hier onze heures jusqu’à ce matin, même heure. Tout d’abord, la radio m’apprend qu’il y aurait « une prise d’otages dans le village de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie ». À chaque fois, ou presque, qu’il se passe quelque chose dans une ville provinciale de moins de 100 000 habitants, le confrère de service décrète spontanément qu’il s’agit d’« un village », alors qu’en fait, là, c’est une ville de 30 000 habitants dans l’agglo de Rouen.

Les égorgeurs et les fines bouches. Ennemi intérieur, la preuve par Saint-Etienne-du-Rouvray. Face au terrorisme, la démocratie comme combat. Appel à la “radicalité” républicaine. (Photo : SIPA.00649140_000004) L’horreur succédant à l’horreur, on aimerait savoir de toute urgence à quoi vont ressembler les fameux centres de « déradicalisation » promis par les pouvoirs publics, et attendus comme s’ils étaient la panacée face au mal protéiforme qui ronge notre société : à des cellules de dégrisement où les ivrognes ramassés sur la voie publique reprennent peu à peu leurs esprits sous surveillance médicale et policière ? L’islamisme radical n’ayant guère défrayé la chronique pour son apologie de l’ivresse extatique célébrée par les poètes soufis (Hafez de Chiraz, Omar Khayyam), c’est plutôt aux centres de désintoxication qu’on pense spontanément, ouverts aux drogués que leur dépendance aux stupéfiants rend inaptes à toute vie sociale.

Aucun toxicomane n’ayant cependant à ce jour commis de carnage collectif, la comparaison se révèle tout aussi inadéquate même si le conditionnement idéologique qui les fait passer à l’acte peut être assimilé à une drogue. L'homme révolté. Saint-Étienne-du-Rouvray: un prêtre égorgé lors d’une prise d’otages. (Photo : Google Map / Street View / août 2008) Article publié ce mardi 26 juillet à 11h50. Il est réactualisé en continu en fonction des dernières informations.