background preloader

S'Aimer - Dossiers

Facebook Twitter

Apprendre à m'aimer (Sortir de la dépendance affective) C- Parvenir à m'aimer Ce titre me déplaît car il n'est pas juste de dire qu'on apprend à s'aimer.

Apprendre à m'aimer (Sortir de la dépendance affective)

S'aimer veut dire qu'on a de l'estime pour soi et qu'on se veut du bien. L'estime de soi, comme celle qu'on porte aux autres, repose sur une évaluation. S'aimer - Comment s'aimer soi-même ? - Dossier. S'aimer pour aimer les autres. Si Dieu devait dicter ses commandements à Moïse aujourd’hui, il ajouterait certainement aux dix existants : « Tu t’aimeras toi-même, autant sinon plus que ton prochain, tu prendras soin de toi, tu veilleras à ton bien-être, etc. » !

S'aimer pour aimer les autres

A l’ère de l’individualisme triomphant, de la valorisation tous azimuts du "moi" et de ses formidables potentialités, l’amour de soi prend figure de devoir. Il apparaît même, pour 69 % des Français, comme la condition sine qua non de l’amour d’autrui (in “Francoscopie”, G. Cet indispensable amour de soi : S'aimer et s'adapter aux autres. S’aimer soi-même implique une capacité à ne pas se soucier que de soi et à ne pas se déresponsabiliser face à autrui en s’appuyant sur des considérations du style : « On me prend intégralement comme je suis ou bien adieu. » C’est même l’inverse.

Cet indispensable amour de soi : S'aimer et s'adapter aux autres

L’amour de soi suppose une bonne dose de conscience, de connaissance de ses fonctionnements mentaux. Il va de pair avec la capacité de s’adapter aux besoins d’autrui, sans toutefois s’y aliéner, et avec l’aptitude à se transformer quand c’est nécessaire. Cet indispensable amour de soi : Quand l'amour de soi fait défaut. Sommaire A découvrir A lire Papa, maman, j’y arriverai jamais !

Cet indispensable amour de soi : Quand l'amour de soi fait défaut

Trouver les chemins qui mènent à moi. Certains, l’adolescence à peine envolée, s’embarquent sur les chemins de l’existence avec cette tranquillité que donne la conscience d’être un humain aimable.

Trouver les chemins qui mènent à moi

Quoi qu’il en soit des aléas de la vie, pour eux, c’est une évidence : ce n’est qu’en s’aimant soi-même que l’on peut aimer les autres et espérer palper le cœur réel et profond du monde. D’autres, plus tourmentés, ont du mal à recoller les bouts de cette personnalité complexe dont ils héritent à l’âge adulte. Alors, ils avancent masqués par simple méconnaissance de qui ils sont vraiment. Or, on ne peut s’aimer, jouir de ce beau sang qui circule dans nos veines, que si l’on se connaît. Etre beau pour s'aimer ? © Jupiter « Je ne connais ni la disgrâce ni la beauté » explique Maurice Mimoun, professeur et chirurgien plastique. « Agir sur le physique par la chirurgie n’exclut pas d’emprunter le chemin de l’intériorité pour s’accommoder de son image. » Entretien.

Etre beau pour s'aimer ?

Agnès Rogelet Chef du service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique à l’hôpital Rothschild, à Paris, Maurice Mimoun est l’auteur de L’Impossible Limite, carnets d’un chirurgien (Albin Michel). Notre corps ne serait-il pas seulement dans notre tête ? Etre beau pour s'aimer ? : Le corps-écran. Psychologies : Les abonnés à la chirurgie seront-ils un jour satisfaits ?

Etre beau pour s'aimer ? : Le corps-écran

Maurice Mimoun : Non. Il s’agit là de patients qui ont un œil tellement pointu qu’ils voient des détails infinitésimaux. On peut d’ailleurs se demander si ce qui se cache derrière cette quête absolue ne relève pas de ce que j’appelle le « corps-écran ». Etre beau pour s'aimer ? : Disgrâce physique ? Psychologies : A la lueur de votre expérience, diriez-vous qu’on peut toujours accepter ses disgrâces sans faire appel à la chirurgie esthétique ?

Etre beau pour s'aimer ? : Disgrâce physique ?

Maurice Mimoun : Je ne sais pas ce qu’est la disgrâce physique ! Je ne sais pas ce qu’est la beauté ! Certains n’aiment pas leurs traits, mais n’en changeraient pour rien au monde. D’autres sont indifférents à leur physique. Enfants : apprenez-leur le narcissisme ! © Jupiter « Comment être aimé si l’on ne se pense pas “aimable” ?

Enfants : apprenez-leur le narcissisme !

» interroge Claude Halmos, psychanalyste. Enfants : apprenez-leur le narcissisme ! : Cette phase, Freud la nomme "narcissisme primaire".

Enfants : apprenez-leur le narcissisme ! :

Elle est pour tout être humain un moment fondateur, et toute distorsion à ce niveau entraîne des troubles psychiques très graves. Cette étape du "narcissisme primaire" ne dure cependant que peu de temps, car le nourrisson grandissant et sa mère répondant moins immédiatement à ses demandes, il réalise progressivement qu’elle n’est pas un morceau de lui, qu’elle a une existence propre ; qu’il y a donc à l’extérieur de lui une réalité sur laquelle sa pensée n’a pas de prise. Cette découverte, qui permet au "principe de réalité" de se mettre en place, a des conséquences très importantes. Elle rend en effet l’enfant capable d’agir sur la réalité extérieure, mais également d’y choisir des objets d’amour. C’est l’époque où il commence à s’attacher à des personnes, à des objets, etc.

Enfants : apprenez-leur le narcissisme ! : L’identification aux parents. A tout cela, il faut ajouter ce qui relève pour l’enfant de l’identification à ses parents. Ce que sont ses parents et, surtout, ce qu’ils pensent d’eux-mêmes est, en effet, essentiel à la construction qu’il fait du sentiment de sa valeur. Il est difficile de penser que l’on est un enfant "bien" si l’on a des parents qui se pensent "pas bien"… Le narcissisme a donc, on le voit, des racines bien plus profondes qu’il n’y paraît. S'aimer pour aimer les autres - interview de Jacques Salomé. Besoin d’aimer à tout prix, dévotion ou dévalorisation... Le manque d’amour de soi empoisonne toute relation de couple, explique Jacques Salomé, psychosociologue. Flavia Accorsi Danièle Luc Sommaire Amour de soi et rapport amoureux Psychologies : Comment se manifeste le manque d’amour de soi dans notre relation aux autres et dans le rapport amoureux ?

Jacques Salomé : Comment aimer sans s’aimer ? : L'amour de l'autre. Psychologies : L’amour de l’autre peut-il suppléer au manque d’amour de soi ? Jacques Salomé : C’est, je crois, l’un de nos désirs les plus absurdes. C’est une utopie. L’amour de l’autre peut donner l’impression de combler ce manque, en soi, de ne pas savoir s’aimer, en recouvrant l’angoisse d’un voile de tendresse et de sécurité très aléatoires, mais c’est une illusion aussi dangereuse que vaine. L'estime de soi à l'américaine. © Jupiter Depuis trente ans, les Américains apprennent la “self-esteem” dans les livres, lors de stages et même à l’école où des élèves suivent des cours de “Je m’aime”. Mais le mouvement des “anti” s’amorce. Claudine Mulard. I love me ! : Les "anti self-esteem" Mais la self-esteem a ses critiques. Dans cette école du Colorado, on lui consacrait trois heures par semaine, jusqu’au jour où la direction a constaté que seulement 12 % des élèves en âge de lire savaient le faire.

Le programme fut annulé, les profs, forcés de revenir à l’enseignement fondamental, virent les notes grimper et 64 % des élèves passèrent le test de lecture. « Du coup, les enfants se sentent vraiment mieux », explique une enseignante, Rhonda Holcomb, convaincue que de bons résultats contribuent à l’image qu’un élève a de lui. Le président de la National Association of Self-Esteem dénonce, de son côté, les programmes irresponsables qui prétendent encourager à se "sentir bien" des élèves qui ne savent ni lire ni écrire.

La self-esteem a aussi été critiquée comme une incitation trop systématique à l’égoïsme ou au narcissisme. Est-ce que trop de compliments peuvent miner la confiance que quelqu’un a en lui ?