background preloader

Rome

Facebook Twitter

Rome - Pearltrees

Rome - A Classer. Rome Antique. Vidéos Rome. Portail:Monde byzantin. Le règne de Justinien fut marqué par l'ambitieux projet de « restauration de l'empire », partiellement accompli.

Portail:Monde byzantin

Son héritage eut encore plus de résonance sous l'aspect de l'uniformisation du droit romain, le Corpus iuris civilis, qui est encore la base du droit civil dans de nombreux États modernes. De ce fait, il est généralement considéré que le règne de Justinien coïncide avec l'apogée de l'Empire. Sa politique fut fortement critiquée par Procope de Césarée, dont les œuvres représentent les sources les plus importantes de l'époque de Justinien. Les auteurs Jean Malalas, Agathias et Ménandre le Protecteur fournissent des sources complémentaires sur le règne de Justinien. Il est considéré comme saint par l'Église orthodoxe et fêté le 2 août ou les 14 et 15 novembre avec son épouse Théodora Lire l’article Autres articles sélectionnés au sein du portail Monde byzantin.

Guerre d’Espagne. Cn.

Guerre d’Espagne

Pompée cherche des appuis (villes, argent, troupes) en Espagne ultérieure[modifier] (1) Pharnace étant vaincu et l'Afrique reconquise, ceux qui avaient échappé à ces combats se retirèrent dans l'Espagne ultérieure avec le jeune Cn. Pompée. Tandis que César était occupé à distribuer des récompenses en Italie, Pompée tâcha d'attirer les villes à son parti, pour être plus en état de résister. (2) Il eut ainsi, moitié par les prières, moitié par la force, une armée assez considérable avec laquelle il se mit à ravager la province. (3) Dans ces circonstances, quelques villes le secondaient volontiers ; d'autres lui fermaient leurs portes. (4) Si, dans les places qu'il prenait par force, il se trouvait quelque citoyen qui fût riche, alors même qu'il eût rendu service à Cn. Pompée, on imaginait un prétexte pour le perdre, et lui enlever son bien, qu'on donnait à des brigands. César entre dans la province et rejoint ses lieutenants[modifier] Guerre d’Afrique.

Préparatifs en Sicile.

Guerre d’Afrique

Départ pour l'Afrique[modifier] 1[modifier] (1) César, sans forcer sa marche ni s'arrêter un seul jour, arriva à Lilybée le quatorze des calendes de janvier. Il montra aussitôt combien il avait hâte de s'embarquer, quoiqu'il n'eût alors qu'une légion de nouvelle levée et à peine six cents chevaux : car il fit dresser sa tente si près de la mer, que les flots venaient presque battre au pied. (2) Son intention était que personne n'espérât de retard, et que chacun fût prêt tous les jours et à toute heure. (3) Le temps était alors contraire et la saison peu propre pour courir la mer ; néanmoins, il retint à bord les matelots et les soldats, afin de ne laisser échapper aucune occasion de partir ; (4) d'autant plus que les habitants ne parlaient que des grandes forces de l'ennemi.

Guerre d’Alexandrie. 1.

Guerre d’Alexandrie

Évènements d’Égypte[modifier] Préparatifs militaires des Romains et des Alexandrins[modifier] La Guerre civile/Livre III. (1) Ayant, en qualité de dictateur, fait assembler les comices, César est élu consul avec P.

La Guerre civile/Livre III

. (1) Après avoir employé onze jours tant à ces arrangements qu’à la célébration des Féries, Latines et à la tenue des comices, il se démet de la dictature, part de Rome et se rend à Brindes. (2) Il avait ordonné à douze légions et à toute la cavalerie de se réunir dans cette ville ; mais il trouva si peu de vaisseaux, qu’il put à peine embarquer quinze mille fantassins et cinq cents chevaux. Cela seul (le manque de vaisseaux ) l’empêcha de finir la guerre promptement. (3) D’ailleurs ces troupes même étaient fort affaiblies, tant par leurs guerres dans la Gaule que par leurs longues marches depuis l’Espagne ; et l’automne malsain qu’elles avaient passé dans l’Apulie et aux environs de Brindes, en sortant de la Gaule et de l’Espagne, dont le climat est des plus salubres, avait causé des maladies dans toute l’armée.

Départ de Brindes et débarquement en Épire[modifier] (1) On a vu que L. Les pertes. La Guerre civile/Livre II. (1)Tandis que ces événements se passent en Espagne, C.

La Guerre civile/Livre II

Trébonius, lieutenant de César, que celui-ci avait laissé au siège de Marseille, dresse contre la ville les mantelets et les tours, et forme deux attaques, (2) l’une dans le voisinage du port et de l’arsenal des vaisseaux, l’autre du côté qui mène de la Gaule et de l’Espagne à cette partie de la mer qui touche à l’embouchure du Rhône. (3) En effet, Marseille est baignée par la mer presque de trois côtés ; il n’y a qu’un seul côté où l’on ait accès par terre : encore la partie qui touche à la citadelle est-elle très forte et par sa position et par une vallée profonde qui en rendent l’attaque longue et difficile. (4) Pour exécuter ces travaux, C. Trébonius fait venir de toute la province un grand nombre d’hommes et de chevaux, et se fait apporter des matériaux et des fascines avec lesquels il élève une terrasse de quatre-vingts pieds de haut.

La Guerre civile/Livre I. Situation politique au début de 49 ; séances et discussions au Sénat[modifier] (1) Les lettres de C.

La Guerre civile/Livre I

César ayant été remises par Fabius aux consuls, ce ne fut qu’avec beaucoup de peine et sur les vives instances des tribuns du peuple qu’on obtint d’eux qu’il en fût fait lecture dans le sénat ; mais, quand il fut proposé que le sénat délibérât sur le contenu de ces lettres, on ne put l’obtenir. (2) Les consuls ne parlent que du danger de la république. Le consul L.