background preloader

Le Sel

Facebook Twitter

Le glutamate de sodium, définition et danger. Qu’est-ce que le Glutamate de sodium ?

Le glutamate de sodium, définition et danger

Il règne une grande confusion à propos du Glutamate (ou glutamate monosodique ou GMS, -MSG en anglais-). C’est avant tout un acide aminé présent naturellement dans le corps et utilisé surtout par le système nerveux. Il ne faut pas le confondre avec la glutamate déshydrogénase qui est une enzyme mitochondriale ayant une action hyperglycémiante dans le métabolisme des sucres. On le trouve à l’état naturel dans les aliments protéinés (végétaux ou animaux). Depuis plus de 50 ans, le glutamate de sodium fabriqué industriellement, est utilisé dans l’industrie alimentaire comme exhausteur de goût. Les Japonais le considèrent même comme la 7ème saveur : Umami (saveur prononcée et attirante du type bouillons de viande, fromages, champignons…).

Toutefois, cette 7ème saveur ne possède pas de récepteur sur la langue et de ce fait serait plutôt une « sensation », ou comme on dit familièrement un « goût de revenez-y » ! Qu’en est-il de sa toxicité ? Ben voyons ! Les dangers du glutamate. Le glutamate ou E621 est un exhausteur de goût qui est très largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire.

Les dangers du glutamate

Pourtant, il présente de vrais inconvénients qu’il faut connaître. Réagissez : Partagez : Le glutamate monosodique. Vous ne connaissez peut être pas son nom mais vous l’avez forcément déjà croisé, et plus d’une fois. Le glutamate se cache sous le nom de code E 621 et est un exhausteur de goût qui est très largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire. Avez-vous déjà eu la sensation de ne pas pouvoir vous arrêter de grignoter ces chips là, devant la télé ? Les dangers du glutamate. Le glutamate ou E621 est un exhausteur de goût qui est très largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire.

Les dangers du glutamate

Pourtant, il présente de vrais inconvénients qu’il faut connaître. Le glutamate monosodique. Vous ne connaissez peut être pas son nom mais vous l’avez forcément déjà croisé, et plus d’une fois. Le glutamate est un acide aminé naturellement présent dans le corps. Sa « version chimique » a été découverte en 1907, pour en faire un additif alimentaire. Le glutamate se cache sous le nom de code E 621 et est un exhausteur de goût qui est très largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire. A quoi sert le glutamate ? Avez-vous déjà eu la sensation de ne pas pouvoir vous arrêter de grignoter ces chips là, devant la télé ? La faute au glutamate. Le glutamate opère comme le ferait n’importe quelle drogue sur le cerveau.

. © CC, Ragesoss En France il peut être utilisé sous conditions. Où trouve-t-on le glutamate On a trouvé des glutamates … POURQUOI LE SEL EST NOTRE ENNEMI. Comme la fumée de cigarette, nous savons que le sel nuit à notre corps, et pourtant la plupart d’entre nous en consommons toujours.

POURQUOI LE SEL EST NOTRE ENNEMI

Comme c’est le cas de nombreux poisons qui entrent dans notre organisme (nourriture, pollution, produits de beauté, produits d’entretien…) le sel ne nous tue pas instantanément. En revanche, nous en devenons dépendant, ce qui affaibli notre organisme : en plus d’être esclave de cette substance addictive nuisible, nous en réclamons de plus en plus. Nous croyons que le sel est essentiel à l’organisme mais ce dont nous avons réellement besoin ce sont de ses deux composants : le sodium et le chlorure.

Le sodium stabilise l’équilibre hydrique de notre corps, il a un rôle complexe dans notre système nerveux, et c’est un composant de plusieurs produits chimiques de notre corps comme nos liquides gastriques. Les animaux sauvages ne consomment pas de sel. Il amoindrit notre capacité à apprécier le sucré, l’acide et l’amer. Comment obtenir le goût salé autrement? Surmortalité due au sel : "des preuves abondantes" SEL.

Surmortalité due au sel : "des preuves abondantes"

Le sel serait responsable d’1,6 million de morts prématurées chaque année. L’annonce a fait grand bruit. Et pour cause, c’est l’une des conclusions d’une vaste étude parue dans le prestigieux New England Journal of Medicine le mercredi 13 août. "Ces 1,65 million de morts représentent près de 10% de tous les décès dus à des maladies cardiovasculaires et aucun pays et peu de régions du globe sont épargnés", souligne le Dr Mozaffarian premier auteur de l’étude.

Contacté par Sciences et Avenir, le Pr Hervé Douard, responsable de l’Unité de maladie coronarienne et réadaptation au CHU de Bordeaux estime qu’avant toute objection sur l’étude, il faut rappeler que "les preuves d’une relation entre la surconsommation de sel et l’augmentation de la tension artérielle sont abondantes. " Une étude à prendre avec précaution Quoi qu'il en soit, il est clair qu'une "réduction de la consommation de sel est efficace" pour diminuer les risques cardiovasculaires.