background preloader

La Langue

Facebook Twitter

La langue égyptienne, l'écriture, la numération. L'origine égyptienne ancienne de la langue Bamiléké. Auteur : P.

L'origine égyptienne ancienne de la langue Bamiléké

Mandjudja Nguegang Introduction Les égyptiens anciens en appelant leur langue le Medu Neter voulant dire « langue des Dieux ou la langue, parole sacrée, et en la rendant éternelle à travers des hiéroglyphes ont été inspirés par le Créateur (le grand architecte du monde). Ils ont fait usage de leur don de prescience, en anticipant qu'a une époque lointaine, elle permettrait à leurs descendants perturbés et désorientés par les affres et avatars de l'histoire humaine de retrouver et de s'inspirer de leur grandeur.

Le Medu Neter a survécu au fil des siècles, contrairement à toutes les autres langues humaines et a gardé et conservé son sens et ses racines profondes à travers la langue bamiléké, le « Medu MBa » (Medumba) qui est la langue mère de toutes les langues bamilékés. Le Medu Neter a survécu comme pour faire un pied de nez à l'histoire et témoigner de la grandeur et du génie du peuple originel de l'histoire de l'humanité : les africains. L'Egypte antique. Le mot scribe vient du latin "scribere" qui signifie "écrire".

L'Egypte antique

Le scribe c'est donc celui qui sait lire et écrire les hiéroglyphes. Comme l'écriture est connue en Egypte dès la fin du IVème millénaire av JC, le scribe apparaît donc quasiment au tout début de la civilisation pharaonique. L'importance de l'écriture On sait le rôle joué par l'écriture dans l'organisation du pays et la pérennité de la civilisation égyptienne. L'Egypte est une civilisation de l'écrit : dès les premières dynasties, les documents attestent de la volonté de mettre en mémoire les données ressenties comme indispensables à la bonne marche de l'Etat.

Sans l'écrit, il aurait été impossible au pharaon d'imposer son autorité sur un pays aussi étendu du Nord au Sud. L'importance des fonctionnaires Les scribes, compte tenu de l'importance de l'écriture, occupaient une place de choix dans l'administration du pays. L'Egypte antique. I- L’oubli et ses raisons.

L'Egypte antique

Les textes égyptiens didactiques relatifs à l’écriture hiéroglyphique sont rarissimes. Le « papyrus de Tanis », document de loin le plus intéressant, n’est qu’une liste incomplète de hiéroglyphes avec leur correspondance hiératique et figurative. 47 av. L'Egypte antique. LES DIFFERENTES CATEGORIES DE SIGNES Il est fondamental de comprendre qu’un même signe peut assumer, selon le contexte, tous les cas de figure ci-dessous.

L'Egypte antique

Les signes à valeur phonétique : les idéogrammes et les phonogrammes Ces signes expriment des sons qui eux-mêmes correspondent bien évidemment à des lettres. Pour le grand public il s’agira des lettres de l’alphabet, pour les égyptologues il s’agira des signes d’une codification internationale appelée transtitération (se reporter au tableau des unilitères). Les idéogrammes : ils notent un mot qui peut-être un objet ou une action. S’il s’agit d’un nom ils sont généralement suivi d’un trait permettant de savoir q’il ne s’agit pas d’un phonogramme.

Ex : bouche r : ou maison pr : ou construire qd : Les phonogrammes : ils notent un ou plusieurs sons et leur succession forme donc un mot. L'Egypte antique. L’EGYPTIEN ANCIEN DANS LA CLASSIFICATION DES LANGUES Dans la classification classique la langue égyptienne ancienne appartient au groupe chamito-sémitique issu d’une « langue ancêtre » commune.

L'Egypte antique

Ce groupe est divisé en trois : l’égyptien ; le sémitique (arabe, hébreu, araméen, phénicien, akkadien) ; le chamitique qui est lui-même subdivisé en lybico-berbère (langues à l’ouest de l’Egypte : berbère, touareg) et en couchite (langues d’Afrique orientale : bedja, somali, galla, saho et afar, agaw, sidama). Cette classification est aujourd’hui fortement remise en cause. Le chamitique manquant d’homogénéité, le lybico-berbère est maintenant généralement rattaché au sémitique. L'Egypte antique. On a longtemps cru que l'écriture était née avec l'apparition de l'Etat égyptien, donc du pharaon, vers 3000 av.

L'Egypte antique

J. -C. Mais une découverte, dans une tombe d'Abydos, a remis cette affirmation en question. Gunther Dreyer, un archéologue allemand, au début des années 1990, trouve dans la sépulture d'un dignitaire une centaine de petits carrés d'os ou d'ivoire, percés d'un trou et ornés de dessins : des étiquettes ! Les boîtes auxquelles elles étaient attachées sont réduites en poussière. La langue égyptienne - La Balance des 2 Terres. La langue égyptienne est classée dans la famille chamito-sémitique : les éléments du substrat africain (apparenté au libyco-berbère et aux langues de l’extrémité nord-est de l’Afrique) ont été mis en forme dans un cadre sémitique ; entre l’égyptien et les langues sémitiques (accadien, hébreu, arabe) maintes analogies peuvent être notées dans le système des pronoms personnels, l’existence d’une forme verbale d’état, dans le vocabulaire ; beaucoup de racines communes comportent trois radicales (trilitéralité).

La langue égyptienne - La Balance des 2 Terres

Vers 3000 avant notre ère, au moment où s’organise l’irrigation totale de la vallée et où, sous l’autorité du pharaon, s’unifie politiquement le pays, apparaissent les premiers documents écrits : palettes votives, tablettes d’ivoire et bouchons de jarres portant des noms de produits, des titulatures de souverains ou de défunts. Une langue et une écriture aux mille visages - La Balance des 2 Terres. En plus de trois mille ans d’histoire pharaonique, l’Égypte a conservé une seule et même langue.

Une langue et une écriture aux mille visages - La Balance des 2 Terres

Aujourd’hui encore. Il n’est pas rare que les spécialistes retrouvent dans le lexique des mastabas de l’Ancien Empire certains vocables du copte, stade le plus tardif de la langue égyptienne. En outre, depuis les balbutiements des premiers hiéroglyphes de la dynastie « 0 », vers 3400 av. J. -C. jusqu’à la mort définitive du copte comme langue parlée par la population égyptienne, aux environs du XVIe siècle de notre ère, l’égyptien se maintient jusqu’à aujourd’hui en tant que langue liturgique écrite. Avant d’évoquer cette longue histoire, commençons par distinguer langue et écriture. La langue égyptienne et le système hiéroglyphique - La Balance des 2 Terres. La langue égyptienne, aboutissement d’un long processus de maturation, est vieille de plus de 5.000 ans.

La langue égyptienne et le système hiéroglyphique - La Balance des 2 Terres

Elle est dite chamito-sémitique, par référence au Cham et au Sem de la Bible, respectivement considérés comme les ancêtres mythiques des populations africaine et sémite, car ses composants empruntent à ces deux rameaux linguistiques. Cette langue présente des caractéristiques qui lui sont propres.