background preloader

L'Internationale

Facebook Twitter

L'Internationale. L'International Communiste Version (Longue) Française. Texte de : L'Internationale. Paroles de Eugène Pottier (1871) - Musique de Pierre Degeyter Sans doute la chanson française la plus connue au monde, du moins la plus jouée mais sait-on qu'elle est d'origine belge pour la musique ?

Texte de : L'Internationale

- Et les Russes qui en ont fait leur hymne national de 1918 à 1943, savaient-ils qu'elle était française ? Nous en proposons trois versions, l'une en français, naturellement, une deuxième non pas en russe mais dans une version orchestrale qui en surprendra quelques uns par ses origines et puis, finalement, une troisième java... javanaise (mettons). Nous les avons retrouvées, toutes les trois, sur un site russe qui n'en contient pas moins d'une cinquantaine de versions dont une en kurde et une autre en yiddish : La version française d'abord Puis la version orchestrale Par le "Wachregiment Berlin" (Berlin Regimental Band) (sic), sous la conduite de G.

Finalement, pour la version javanaise Pour votre prochain bal musette ou votre prochain concert de jazz... Paroles. The Internationale in 40+ languages - MP3 collection. Webmasters: please link to this page and not directly to the audio files (their addresses are changed randomly from time to time).

The Internationale in 40+ languages - MP3 collection

FAQ to the museum maintainer | Vadim Makarov | Credits Visitor’s comments Yes, it is an Italian tradition to sing the Internationale two times in a row, yet I don’t know why. -- Roberto Carioli (bruno.carioli@tin.it), December 27, 2002 The Spanish version is apparently some South American translation, different from the one popular in Spain (Arriba, parias de la tierra A pie, famelica legión...) The Polish version seems a bit different from the one I know. One Polish reader was confused about the Polish version of the Internationale. The version you have in your site is the version of the Portuguese SP (Socialist Party), which was only founded in 1973, it’s not the Communist version. Some other reader says that the version in Spanish is some Latin-American translation different from the one popular in Spain (Arriba, parias de la tierra...).

L'Internationale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Internationale

L'Internationale est un chant révolutionnaire dont les paroles furent écrites en 1871 par Eugène Pottier et la musique composée par Pierre Degeyter en 1888[1]. Traduite dans de très nombreuses langues, L'Internationale est le chant symbole des luttes sociales à travers le monde. La version russe d'Arkady Yakovlevich Kots a servi d'hymne national de l'URSS jusqu'en 1944.

Histoire[modifier | modifier le code] Le poème[modifier | modifier le code] Suivant la tradition goguettière, L'Internationale de Pottier est à l'origine une chanson nouvelle à chanter sur un air connu, ici celui de La Marseillaise, utilisé pour quantité de chants revendicatifs et révolutionnaires. L'histoire de ce poème et de son auteur est liée à celle des goguettes. L'initiative de Nadaud incite les amis politiques de Pottier à publier en 1887 ses Chants révolutionnaires avec une préface de Henri Rochefort[4].

La musique[modifier | modifier le code] Texte l'internationale - Lilo. Texte de : L'Internationale L'Internationale. 1888.

texte l'internationale - Lilo

Paroles de Eugène Pottier (1871) - Musique de Pierre Degeyter. L’Internationale. La bibliothèque libre.

L’Internationale

Au citoyen Lefrançais, membre de la Commune. C’est la lutte finale :Groupons-nous, et demain,L’InternationaleSera le genre humain Debout ! Les damnés de la terre ! Debout ! Il n’est pas de sauveurs suprêmes : Ni Dieu, ni César, ni tribun, Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes ! Pour que le voleur rende gorge, Pour tirer l’esprit du cachot, Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer quand il est chaud ! L’État comprime et la loi triche ; L’Impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s’impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux. Hideux dans leur apothéose, Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail ?

Les Rois nous soûlaient de fumées, Paix entre nous, guerre aux tyrans ! Ouvriers, paysans, nous sommes Le grand parti des travailleurs ; La terre n’appartient qu’aux hommes, L’oisif ira loger ailleurs. Paris, juin 1871.