background preloader

Immigration

Facebook Twitter

A Calais, la police bloque une distribution de repas aux réfugiés par l'Auberge des migrants. "On met la pression sur les migrants et sur les bénévoles des associations.

A Calais, la police bloque une distribution de repas aux réfugiés par l'Auberge des migrants

" François Guennoc, vice-président de L'Auberge des migrants, déplore l'attitude des autorités. Son association d'aide aux réfugiés, basée à Calais (Pas-de-Calais), a l'habitude de distribuer deux fois par jour des repas, 200 à midi et 350 à 18 heures. IMMIGRATION. Dans un village de la Loire, la haine et les clichés submergés par une vague de solidarité avec les migrants. En septembre 2016, l’annonce de l’ouverture d’un centre d’accueil et d’orientation pour réfugiés, en plein centre du village de Valfleury, dans la Loire, a d’abord généré un torrent de peurs fantasmées, voire de haine.

Dans un village de la Loire, la haine et les clichés submergés par une vague de solidarité avec les migrants

Mais depuis l’arrivée des migrants, contraints de quitter la jungle de Calais, un immense élan de solidarité a gagné la commune rurale et ses environs, à proximité de Saint-Étienne. Depuis trois mois, plus de 220 bénévoles, bien coordonnés par un collectif d’habitants, proposent leur aide sous des formes très variées. A mesure que les migrants sont déplacés, d’autres citoyens, ailleurs, s’inspirent de leur solidarité. Reportage. Odile et Gilbert se souviennent parfaitement de ce 23 septembre 2016. Peurs irrationnelles et discours xénophobes émaillent alors la réunion. « Cela devient inquiétant, le pays est envahi », réagit une personne. « Avec tous ces attentats, qu’est-ce qu’ils vont faire ?

Une journaliste de L’Age de faire a été placée en garde à vue lors d’un reportage sur les migrants. Immigration. Les « délinquants solidaires » se rebiffent. De la vallée de la Roya jusqu’aux plages de Calais, ils refusent l’intimidation et ont décidé de le faire savoir.

Immigration. Les « délinquants solidaires » se rebiffent

Face à la multiplication des poursuites contre les citoyens venant en aide aux migrants, une centaine d’organisations syndicales et associatives viennent de publier un manifeste appelant à en finir définitivement avec le « délit de solidarité ». Ouvert aux signatures depuis vendredi (1), ce texte est publié alors que plusieurs militants sont poursuivis en justice ou inquiétés par la police. Parmi eux, l’agriculteur Cédric Herrou (l’Humanité du 4 janvier), contre qui le procureur de Nice a requis huit mois de prison avec sursis, attend son jugement le 10 février. Quatre autres membres du collectif Roya citoyenne ont également été interpellés, il y a dix jours, en compagnie de migrants. Eux aussi risquent de se retrouver à la barre pour ce geste d’humanité. Depuis 2012, le « délit de solidarité » était pourtant censé avoir disparu de notre législation. « Sous mes yeux la police arrachait les tentes des migrants frigorifiés »

Immigration : un débat loin de la vérité des faits, avec ou sans Internet. En juillet dernier, Katharine Viner, une des rédactrices en chef du quotidien anglais The Guardian, publiait un très long article intitulé « Comment la technologie a disrupté la vérité ».

Immigration : un débat loin de la vérité des faits, avec ou sans Internet

En prenant comme point de départ le débat ayant accompagné le référendum sur le Brexit, la journaliste montrait à quel point les faits y avaient tenu peu de place. A migrant, migrant et demi... Le maire FN d’Hayange coupe le chauffage et fait effacer l’enseigne du Secours Populaire. Thionville - il y a 14 heures - mis à jour il y a 13 heures Lu 16 917 fois - LORACTU.fr La Rédaction Politique La façade du Secours Populaire d'Hayange (Moselle) dont l'enseigne a été effacée par la mairie frontiste.

Le maire FN d’Hayange coupe le chauffage et fait effacer l’enseigne du Secours Populaire

(PHOTO: MARC OLENINE) L’affaire du Secours Populaire continue d’agiter Hayange (Moselle) où le maire FN continue de réclamer le départ de l’association dont le local est mis à disposition par la municipalité. Nouvel épisode dans l’affaire qui oppose le Secours Populaire d’Hayange et le maire frontiste de la ville. Une banderole provisoire avec le logo du Secours Populaire a été installée en signe de résistance sur la façade du local en marge d’une visite d’Arnaud Montebourg. LIRE AUSSI. Le maire FN d’Hayange, Fabien Engelmann, quant à lui n’a pas apprécié la démarche de l’ex-ministre du Redressement Productif. Les dernières actus lorraines en vidéo. Besançon. Deux militants arrêtés pour avoir écrit un article contre l'expulsion d'une famille sans-papier.

Léo Serge Jeudi dernier, deux camarades libertaires ont été perquisitionnés et emmenés en garde à vue vers 9h du matin, par la police judiciaire qui a pris leurs ordinateurs, disques durs et téléphones.

Besançon. Deux militants arrêtés pour avoir écrit un article contre l'expulsion d'une famille sans-papier

Des terroristes ? Non, simplement deux militants ayant osé soutenir une famille sans papier et s’opposer à la préfecture du Doubs. Le motif donné est "injures et diffamation par voie de presse" envers le secrétaire général de la préfecture Jean-Philippe Setbon, à travers des articles dont tous les auteur-es ne sont pas identifié-es. « Jeudi 6 octobre, la police judiciaire est venue à mon domicile m’annoncer une perquisition de l’appartement et mon placement en garde à vue pour « injures et diffamation par voie de presse ». Les camarades sont sortis après une dizaine d’heures de garde-à-vue. M. Wauquiez, vous refusez d'accueillir des réfugiés... Une attitude honteuse et inhumaine. Laurent Wauquiez en conférence de presse à Lyon, le 15 septembre 2016 (P.

M. Wauquiez, vous refusez d'accueillir des réfugiés... Une attitude honteuse et inhumaine

DESMAZES/AFP). J’ai mis longtemps avant de comprendre que j’étais né dans un lieu remarquable.