background preloader

Historiens

Facebook Twitter

Collections Voisines

Sur YouTube, l’étonnant carton post-mortem d’un historien oublié. C’est une des magies d’Internet.

Sur YouTube, l’étonnant carton post-mortem d’un historien oublié

Un historien décédé en 1992, lointain souvenir des baby-boomers et inconnu des jeunes générations, fait un carton sur YouTube. Mises en ligne il y a juste trois ans, les conférences d’Henri Guillemin atteignent des dizaines voire des centaines de milliers de vues, soit plus de quatre millions de vues pour ses quatre principales chaînes. L’étendue des sujets traités impressionne : de la Révolution française à la Seconde Guerre mondiale en passant par une étude exhaustive du XIXe siècle avec des incursions jusqu’à Jeanne d’Arc, Léon Tolstoï et ou les révolutionnaires russes (Lénine, Staline).

Aux centaines d’heures déjà publiées par plusieurs « youtubeurs », une nouvelle série de vidéos a été mise en ligne Il y a quelques semaines : parmi lesquelles « La Révolution de 1848 » et « Georges Bernanos, témoin de notre temps ». Comment expliquer ce succès post-mortem sur Internet ? Shlomo Sand : « Quand je lis Finkielkraut ou Zemmour, leur lecture de l’Histoire, je suis effrayé. Tel-Aviv (Israël), envoyé spécial.

Shlomo Sand : « Quand je lis Finkielkraut ou Zemmour, leur lecture de l’Histoire, je suis effrayé 

Votre dernier ouvrage s’intitule Crépuscule de l’Histoire (1). Un titre qui fait peur. Il s’apparente à la fin de l’Histoire ? SHLOMO SAND Je parle du métier. Il y a quelque chose, concernant le métier d’historien, qui est en train de changer. Cela diffère-t-il selon les nations ? SHLOMO SAND Le mythe national, tel qu’il existe en France avec par exemple « nos ancêtres les Gaulois », n’est pas un mythe chaud. Dans vos travaux, vous vous êtes attaqué à la théologie, puis au mythe chaud sioniste. SHLOMO SAND Je commence à décomposer le mythe d’une Europe qui commencerait avec Athènes et se termine avec Nadine Morano. Est-ce que cette problématique que vous soulevez touche les milieux des historiens partout dans le monde ? SHLOMO SAND Je dis dans mon livre que je suis privilégié.

Les contraintes invisibles - La vie des idées. Carlo Ginzburg est né en 1939.

Les contraintes invisibles - La vie des idées

C’est un jeune homme. Sa conversation est émaillée de mots tels que « bouleversé », « ébloui », « foudroyé », « fasciné », « tension », « combat », « défi », « preuve ». Il est l’un des historiens les plus importants de sa génération et sans doute le plus investi dans son œuvre. Une œuvre d’une variété rare mais traversée par des lignes de force clairement définies. Professeur à Bologne puis à UCLA, à présent à l’École Normale de Pise, Carlo Ginzburg s’est fait connaître par ses travaux sur la sorcellerie et la culture paysanne au XVIe siècle, à travers une série de livres marquants : Les Batailles nocturnes, Le Fromage et les Vers ou Le Sabbat des sorcières. Carlo Ginzburg ou la polyphonie de l’histoire. Carlo Ginzburg : passé et présent. L’histoire entre récit et vérité. Histoire Le fil et les traces : Vrai faux fictif Éditeur : Verdier * Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Centre national du livre.

L’histoire entre récit et vérité

Carlo Ginzburg, moderniste spécialiste des procès de l’Inquisition, apparaît comme l’une des figures majeures du courant de la micro histoire, après la parution en 1976 de l’ouvrage qui l’a fait connaître en France Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, (traduit en 1980). Il utilise, ainsi, le mythe du fil d’Ariane pour comparer les relations entre les traces, constituées par les sources de l’historien, et le fil, qui renvoie au récit qui sert à s’orienter dans le réel, assimilé à un labyrinthe. Les sceptiques mis en doute Dans la préface l’auteur s’inscrit en faux contre la tendance générale marquée par le courant néo-sceptique qui assimile récits de fiction et récits historiques.

Marc Ferro, ogre affectueux des histoires. Claude Gauvard : "L'historien est comme le poète, il fait existe. L'Essentiel avec... Jean Delumeau, de l'Académie des inscription. Entretien avec Jacques Paugam L’un des spécialistes les plus renommés de l’Histoire religieuse, Jean Delumeau, élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 26 février 1988, succédant à Georges Dumézil et qui a tenu au Collège de France la chaire d’Histoire des mentalités religieuses dans l’Occident moderne, répond ici aux sept questions « essentielles » posées par Jacques Paugam. 1 - Dans votre itinéraire, votre carrière, quel a été à vos yeux le moment essentiel ?

L'Essentiel avec... Jean Delumeau, de l'Académie des inscription

- « Incontestablement mon élection au Collège de France en 1974, avec le début de mon cours l'année suivante. Mais j'ajouterai aussitôt que mon élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres était dans la logique de cette première élection, de sorte que, dans mon souvenir, elles se rejoignent. L'enseignement donné au Collège de France, créé par François 1er, n'est pas celui d'une université ; on n'y délivre aucun diplôme.

Les trois auteurs qui l'ont marqué : Bloch, Braudel et Ariès Déjà abonné ? L'historien Patrick Boucheron, ou le Moyen Age dévoilé - Le fil idées.