background preloader

Histoire de l'Astronomie

Facebook Twitter

Collections Voisines

A Classer. Chronologie des découvertes des satellites naturels du Système solaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chronologie des découvertes des satellites naturels du Système solaire

Cet article tente de dresser une chronologie des découvertes des satellites naturels des planètes et planètes naines du Système solaire. Méthodologie[modifier | modifier le code] Chronologie[modifier | modifier le code] Antiquité[modifier | modifier le code] La Lune est le seul satellite naturel d'une planète (la Terre) à avoir été observé depuis au moins l'Antiquité. Chronologie de l'astronomie du Système solaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chronologie de l'astronomie du Système solaire

Chronologie de l’astronomie du Système solaire. Avant notre ère[modifier | modifier le code] Héliocentrisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Héliocentrisme

L'héliocentrisme est une théorie physique qui s'oppose au géocentrisme en plaçant le Soleil (plutôt que la Terre) au centre de l'Univers. D’après les variantes plus modernes, le Soleil n'est plus le centre de l'Univers, mais un point relatif autour duquel s'organise notre propre système solaire. Géocentrisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Géocentrisme

Reproduction du système géocentrique de Ptolémée Le géocentrisme est un modèle physique ancien selon lequel la Terre se trouve immobile, au centre de l'univers. Cette théorie date de l'Antiquité et a été notamment défendue par Aristote et Ptolémée. Elle a duré jusqu’à la fin du XVIe siècle à la renaissance pour être progressivement remplacée par l'héliocentrisme, selon lequel la Terre tourne autour du Soleil. Le modèle de Ptolémée a été abandonné à la suite de la précision croissante des mesures qui ne permettait plus de tolérer les erreurs qu'il engendrait. Astronomie arabe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Astronomie arabe

Dans l’histoire de l'astronomie, l’astronomie arabe, ou astronomie musulmane, renvoie aux travaux astronomiques accomplis par la civilisation islamique, particulièrement au cours de l’Âge d'or de l'Islam (VIIIe siècle-XVIe siècle), et transcrites pour la plupart en langue arabe. Ces découvertes ont été effectuées pour l’essentiel dans les sultanats du Moyen-Orient, d’Asie centrale, dans l’Al-Andalus, en Afrique du Nord, puis plus tard en Chine et en Inde.

Les débuts de l’astronomie ont procédé d'un cheminement semblable aux autres sciences dans l’Islam, par l’assimilation de connaissances de l’étranger et la composition de ces éléments disparates pour faire naître une tradition originale. Les principaux apports sont indiens, perses et grecs, connus par des traductions puis assimilés[1]. Chronologie de l'astronomie. Une vue magnifique de la Voie Lactée au-dessus d’un groupe de chênes à Salamanque en Espagne.

Chronologie de l'astronomie

Reproduit avec l’autorisation de César Vega Toledano L’astronomie antique et médiévale. L'astronomie grecque. D’un point de vue historique, l’astronomie grecque a été dominée par deux personnages, Aristote et Ptolémée, qui ont introduit des idées et des modèles incorrects qui allaient dominer la pensée scientifique pendant presque deux millénaires.

L'astronomie grecque

Aristote Le personnage clef est Aristote, un philosophe du IVe siècle avant notre ère, qui s’appuya sur les idées de l’un de ses prédécesseurs, Platon. Selon ce dernier, le monde devait avoir une forme sphérique et le mouvement de tout corps céleste devait être circulaire et uniforme, c’est-à-dire à vitesse constante. L'astronomie grecque. Primitivement on nommait meteôra tous les phénomènes qui s'accomplissent au-dessus de nos têtes, soit dans les régions de l'air, soit dans les régions célestes.

L'astronomie grecque.

La science de tous ces phénomènes ensemble, sous le nom de meteôrologia, meteôrôn theôria, embrassait l'astronomie et la météorologie, et constituait une partie de la science de la nature, physiologia, objet des spéculations des plus anciens philosophes de la Grèce. Quelques-uns, par exemple Xénophane et plus tard des épicuriens, considéraient les astres eux-mêmes comme des phénomènes de notre atmosphère, et telle fut sur les comètes l'opinion dominante de l'Antiquité. Mais, persuadés que la variabilité désordonnée est restreinte aux régions sublunaires, la plupart des philosophes et tous les savants dignes du nom d'astronomes placèrent plus haut les étoiles fixes et les planètes , y compris le Soleil et la Lune. Astronomie grecque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Astronomie grecque

L'astronomie grecque est l'astronomie écrite dans la langue grecque lors de l'Antiquité. Elle n'est pas limitée géographiquement à la Grèce ou à l'ethnie grecque car la langue grecque est une langue véhiculaire lors de l'époque hellénistique, à la suite des conquêtes d'Alexandre le Grand. L'astronomie grecque est en partie caractérisée par la recherche d'explications rationnelles et physiques aux phénomènes célestes.

Astronomie mésopotamienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Astronomie mésopotamienne

L’astronomie mésopotamienne désigne les théories et les méthodes astronomiques développées dans l’ancienne Mésopotamie, en particulier durant le Ier millénaire av. J. Histoire de l'astronomie. Lois de Kepler. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kepler. En astronomie, les lois de Kepler décrivent les propriétés principales du mouvement des planètes autour du Soleil.