background preloader

H

Facebook Twitter

Horus Djedkheperou. Hérihor. 1080 - 1064 av.

Hérihor

J.C. Si le règne de ce pharaon, sorti des rangs de l’armée, est relativement bref, sa carrière est exceptionnelle. Avant d’accéder à la carrière royale, il réunit l’ensemble des pouvoirs temporels et religieux, de sorte que son couronnement apparaît, dans le contexte où il vécut, quasi inéluctable. Horemheb. Hotepskhemoui. L'Horus Djer. L'Horus Qâ. Hat-Hor. Hedj-Hor. Horus Crocodile. Horus Lion. Horus au serekh. Houni. Houni est le dernier souverain connu de la IIIe dynastie (Ancien empire).

Houni

Il régna de -2599 à -2575 [1] (ces dates sont très approximatives). Il succéda à Néferkarê. Sa pyramide à degrés modifié en classique se trouve dans le Fayoum. Angle d’inclinaison : 51°50’35", hauteur d’origine : 93,5m, elle comportait une pyramide secondaire disparue. Hordjédef. Fils du pharaon Khéops, Hordjédef (ou Djédefhor) ne semble pas avoir été pharaon lui-même, bien que son nom soit inscrit à l’intérieur d’un cartouche sur un graffito du Ouadi Hammamat.

Hordjédef

Une stèle dite fausse porte, conservée au Museum of Fine Arts of Boston montre Hordjédef respirant une fleur de lotus, acte rituel le plus souvent accompli par des prêtresses. Le texte indique : « Que la voix sorte pour lui en toute fête, chaque jour ». Directeur des scribes, chef des secrets, prophète de Rê, Hordjédef fut, aux yeux des Égyptiens, l’un des personnages majeurs de l’époque des pyramides.

Chargé d’inspecter les lieux sacrés de la nécropole de Memphis, il était considéré comme un sage si célèbre que de nombreux dignitaires de la région reprirent son nom. Hirkhouf. Le prince Hirkhouf est nomarque d’Assouan sous les règnes de Mérenrê Ier et de Pépi II.

Hirkhouf

En tant que chef des troupes étrangères et des pays du Sud, il organise quatre expéditions en Afrique sur l’ordre de ces deux rois. Il avance au-delà de la Nubie, en suivant des pistes inconnues et rapporte de nombreuses richesses. Mérenrê a confié la conduite d’expéditions en basse Nubie à Hirkhouf, alors gouverneur du Sud à Éléphantine et directeur de tous les pays étrangers du Sud. Hirkhouf atteint la région de la troisième cataracte du Nil, le pays de Yam (Darfour), et obtient la soumission à l’Égypte des chefs tribaux locaux. Hotep. Hor III. Hor II. Hor Ier. Hor Ier est le 15e roi de la XIIIe dynastie.

Hor Ier

Il est mentionné par le papyrus de Turin 6.17. Quelques égyptologues le placent en 12e position dans cette dynastie, enlevant sans doute Nebnoun, Sehetepibrê III, Seouadjkarê et Nedjemibrê, qui pour certains font peut être partie de la XIVe dynastie, et en supposant qu’Ameni Kemaou et Sehetepibrê III sont deux rois différents. Harsiesi Ier. Hat-Hor. Hatchepsout. Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins.

Hatchepsout

Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode. Hatchepsout[n 2] est une reine-pharaonne, cinquième souveraine de la XVIIIe dynastie de l'Égypte antique. Selon l'égyptologue James Henry Breasted, elle est connue pour être la « première grande femme dont l'histoire ait gardé le nom »[2]. Manéthon l'appelle Amessis[3] ou Amensis[4]. Hemptah Ier. Hor-Aha. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hor-Aha

Pour les articles homonymes, voir Aha. Hor Aha (« Le Combattant » ou « l'Horus combattant »), ou plus simplement Aha, est le nom d'Horus d'un souverain de la Ire dynastie pendant la période thinite. Sur le Canon royal de Turin et la liste d'Abydos il est nommé « Téti » tandis que Manéthon l'appelle « Athôtis » et lui compte vingt-sept ans de règne. Il a succédé à Narmer et a précédé Djer. Hor Ier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hor Ier

Pour les articles homonymes, voir Hor. Hor Ier est le 15e roi de la XIIIe dynastie. Il est mentionné par le papyrus de Turin 6.17. Quelques égyptologues le placent en 12e position dans cette dynastie, enlevant sans doute Nebnoun, Sehetepibrê III, Seouadjkarê et Nedjemibrê, qui pour certains font peut être partie de la XIVe dynastie, et en supposant qu'Ameni Kemaou et Sehetepibrê III sont deux rois différents. Hor II. Hor III. Horemheb. Horemheb est le dernier pharaon de la XVIIIe dynastie.

Horemheb

Manéthon le nomme Horus ou Armaîs selon les historiens qui nous ont transmis ses textes. Originaire de Hout Nesout en Moyenne-Égypte, non loin d'Amarna et d'Hermopolis Magna, Horemheb n'est pas d'origine royale. Il est probablement issu d'une famille noble du nome du Faucon aux ailes déployées ou est d'origine plus modeste. Il appartient de manière sûre à la caste des militaires au moment où il apparaît dans les textes officiels qui témoignent de cette période de transition entre les deux grandes dynasties du Nouvel Empire.

Horemheb va avoir une ascension formidable à la cour royale d'un pays qui souffre des bouleversements induits par la réforme religieuse atonienne. Horus au serekh. Horus Ba. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Horus Ba

Horus Ba est un roi de la IIe dynastie pendant la Période thinite. L'appartenance de ce roi à cette dynastie n'est pas complètement assurée, il a également pu régner à la fin de la Ire dynastie. Attestations[modifier | modifier le code] Les seules sources sûres du nom d'un roi Hor Ba sont un fragment de schiste vert, trouvé dans les galeries souterraines sous la pyramide à degrés du roi Djéser à Saqqarah, et le mastaba du haut fonctionnaire Ny-Ânkh-Ba (VIe dynastie).

Horus Crocodile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Son serekh a été trouvé dans le tombeau 414 à Tarkhan[1]. Notes et références[modifier | modifier le code] Horus Djedkheperou. Horus Lion. Hotep. Hotepsekhemoui. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Houdjefa Ier. Houni. Houni (lecture originale inconnue) est le dernier souverain connu de la IIIe dynastie sous l'Ancien Empire.

Selon le Canon royal de Turin, il est généralement crédité d'un règne de vingt-quatre ans, se terminant vers 2600 avant notre ère[1]. La position chronologique de Houni en tant que dernier roi de la IIIe dynastie est considérée comme assez certaine, mais il y a encore une certaine incertitude sur l'ordre de succession des dirigeants à la fin de cette IIIe dynastie. On ne sait pas non plus sous quel nom hellénisé l'ancien historien Manéthon aurait pu l'inscrire dans ses écrits historiques Ægyptiaca.

Il est très probablement à identifier avec le nom hellénisé Aches, comme le propose Winfried Barta. De nombreux égyptologues pensent que Houni était le père et le prédécesseur direct du roi Snéfrou, mais cela est remis en question par d'autres chercheurs du fait du manque complet de preuves allant dans ce sens. Attestations et identité[modifier | modifier le code]