background preloader

France - A Classer

Facebook Twitter

CSG : Macron et la CFDT continuent la contre-révolution rocardienne par Bernard Friot. Sans négliger la question du pouvoir d’achat que le remplacement de la cotisation par la CSG modifie à la marge à la hausse ou à la baisse, l’enjeu est ailleurs : Macron assume, plus délibérément encore que Jospin, la contre-révolution rocardienne.

CSG : Macron et la CFDT continuent la contre-révolution rocardienne par Bernard Friot

Qu’est-ce à dire ? Il faut revenir à la création de la CSG en 1990. Elle est inséparable des autres mesures du gouvernement Rocard : le RMI, le contrat emploi-solidarité (CES), la loi Évin sur le marché de l‘assurance maladie complémentaire, le Livre blanc sur les retraites. Il s’agit d’en finir avec la dynamique du salaire à la qualification et du régime général de sécurité sociale, deux débuts de généralisation du salaire à vie parce que lié à la personne, et de les remplacer par les deux « piliers de ressources » préconisés par l’Union européenne. Après son soutien, Varoufakis monte au front contre Macron.

Dans une tribune publiée par le quotidien grec Journal des rédacteurs sous le titre "Voila pourquoi, Emmanuel, nous serons contre toi", M.

Après son soutien, Varoufakis monte au front contre Macron

Varoufakis se livre à un réquisitoire en règle contre la "+solution+ néo-libérale" proposée selon lui par M. Macron. Cette politique de "dérégulation et d'austérité" va "simplement redistribuer la misère entre les travailleurs français", estime M. Varoufakis, tout en soulignant que "heureusement", le nouveau président à "vaincu la candidate du néofascisme". L'économiste grec avait appelé à voter pour le candidat Macron avant le second tour des élections françaises pour faire barrage au Front National de Marine Le Pen.