background preloader

Erbil - Hewlêr

Facebook Twitter

Erbil. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Erbil

Erbil (Hewlêr en kurde) est la capitale de la Région autonome du Kurdistan, Région fédérale autonome du nord de l'Irak. Elle est aussi la capitale de la province d'Erbil. Peuplée d'environ un million et demi d'habitants, elle se trouve à 77 kilomètres à l'est de Mossoul. Histoire[modifier | modifier le code] L'implantation de la moderne Erbil/Hewlêr s'est faite à proximité du site antique d'Arbelles ou Arbèles (Arbela) / Adiabène.

Géographie[modifier | modifier le code] Le Kurdistan est une région très montagneuse. Urbanisme[modifier | modifier le code] Elle est construite sur un plan circulaire autour de la citadelle (Qala ou Qalat, en arabe : qalʿa, قلعة) qui surplombe le quartier central du bazar. Population[modifier | modifier le code] Il y a des incertitudes sur le chiffre exact de la population de la ville, car beaucoup d'habitants (notamment à l'intérieur même de la Qalat et dans les quartiers les plus périphériques) sont des réfugiés. Erbil. Erbil. Citadelle d’Erbil. Erbil Citadel Erbil Citadel is a fortified settlement on top of an imposing ovoid-shaped tell (a hill created by many generations of people living and rebuilding on the same spot) in the Kurdistan region, Erbil Governorate.

Citadelle d’Erbil

A continuous wall of tall 19th-century façades still conveys the visual impression of an impregnable fortress, dominating the city of Erbil. The citadel features a peculiar fan-like pattern dating back to Erbil’s late Ottoman phase. Written and iconographic historical records document the antiquity of settlement on the site – Erbil corresponds to ancient Arbela, an important Assyrian political and religious centre – while archaeological finds and investigations suggest that the mound conceals the levels and remains of previous settlements. Citadelle d’Erbil La citadelle d’Erbil est un établissement anciennement fortifié bâti au sommet d’un imposant tell ovoïde – un monticule créé par les générations qui se sont succédé sur le site et ont reconstruit au même endroit. La citadelle d’Erbil, le joyau Unesco qui symbolise les rêves kurdes. Entre fierté identitaire, bouleversement des modes de vie et quête de visibilité internationale, cette massive cité de 6.000 ans cristallise les enjeux que connaît le Kurdistan irakien.

La citadelle d’Erbil, le joyau Unesco qui symbolise les rêves kurdes

Erbil (Irak) Blanche et poussiéreuse, la rue principale a des allures de décor de western. Il n’y a personne, ce jour caniculaire d’août, pour grimper à pied la rampe de 32 mètres et visiter la citadelle d’Erbil. Le mot «visiter» est d’ailleurs bien audacieux. Les travaux ont commencé en 2010, et seule la grande artère est accessible. Au croisement central de la rue, un garde moustachu essaie de tuer le temps au pied de l’immense drapeau kurde flottant à 20 mètres de haut. Belle joueuse, la Ligue arabe avait choisi, en 2014, comme Capitale arabe du tourisme la capitale du Kurdistan irakien –une région autonome où la population est pourtant très majoritairement kurde. Mais de toute façon, le groupe Etat islamique a plongé dès le mois de juin la ville dans l’incertitude. Erbil (Irak, Kurdistan) : nouvelles données sur les transformations de la ville à la période islamique. Par Karel Nováček, université de Bohême de l’Ouest, Plzeň, République tchèque Le nord-est de la Mésopotamie ainsi que toute la moitié orientale du Croissant fertile font partie de ces régions du monde où l'écart s'est le plus dramatiquement creusé ces dernières décennies entre la richesse de leur patrimoine archéologique et l'état de la recherche ou de la protection de ce patrimoine.

Erbil (Irak, Kurdistan) : nouvelles données sur les transformations de la ville à la période islamique

Le Kurdistan d'Irak, la partie administrative centrale de la région, connait heureusement aujourd'hui une reprise de la recherche archéologique, longtemps arrêtée. Erbil, la capitale provinciale, qui fut jadis l'une des plus importantes cités royales d'Assyrie et qui a connu une occupation continue depuis six millénaires, est depuis 2006 au cœur des recherches de la mission archéologique tchèque. Karel Nováček est professeur attaché au département d'Archéologie de l'université de Bohême de l'Ouest, Plzeň, République tchèque.