background preloader

Empire Mongol

Facebook Twitter

Mongolie ancienne. L'empire de Gengis Khan. L'ascension de Témoudjin Cela a souvent été dit, le premier artisan de l'ascension de Témoudjin fut sa mère Ouloun Eke, apparentée à une grande famille des Kin; à la mort de son mari Yssougaï, le fils aîné d'Ouloun Eke et du chef de horde n'avait que treize ans; de ses quatre frères, le plus jeune, auquel revenait, d'après la coutume, le patrimoine paternel, n'avait que cinq ans. Ce fui donc la mère qui prit la régence; des 13 clans groupant environ 30 000 familles, les trois quarts firent défection dès l'enterrement de Yssougaï; elle rallia le reste.

Elle épousa un personnage religieux très influent, Minglig Etchigué, père d'une sorte de saint, et mit ainsi l'influence spirituelle au service de son fils. A celui-ci, son père avait laissé deux puissantes alliances : par ses fiançailles avec Burte-Djouguine, du puissant clan Koungrad apparenté aux Turks orientaux et aux Mandchous occidentaux; et par l' « échange du serment » avec Marghouz Togroul, petit-fils du roi des Kéraïtes. . . . . Les hégémonies mongoles. Les visages des la puissance mongole L'Empire gengiskhanide.L'histoire de la puissance mongole commence seulement avec Témoudjin, surnommé plus tard Gengis Khan. Il était le fils de Yissougaï Bahadour, l'un des principaux chefs mongols, guerrier renommé, et qui, bien que vassal de l'empire toungouse des Kin (Jin), exerçait sa puissance dans la région au Sud-Est du Baïkal, dans les monts Bourcan Kaldoun, aujourd'hui Kenteï, d'où sortent les rivières Onon, qui avec l'Ingoda forme la Chilka, Keroulen qui se jette dans le Dalaï Nor, et Toula, tributaire de la Selenga par l'Orkhon.

Les possessions dont Témoudjin allait se trouver l'héritier avaient pour voisins les Merkites, les Kéraïtes sur les bords de l'Orkhon et de la Toula, au Sud des Merkites, et les Naïmans bornés au Nord par les Kirghiz, à l'Est par les Kéraïtes, au Sud par les Ouïgours et à l'Ouest par les Kankalis. . Plus à l'Ouest, du Nord de la mer d'Aral à la mer d'Oman, de la Géorgie et de la Caspienne , le Pégu, la Cochinchine . Jean-Paul Roux, L'Empire mongol, de l'art de la conquête - Clio - Voyage Culturel. En 1164 peut-être – les dates ne sont pas sûres – au nord du pays qui deviendra la Mongolie, un homme et un garçon de neuf ans, Temüdjin, séjournent chez un chef de tribu des Qonggirat. Ils sont bien accueillis, et, comme on se plaît, on décide de fiancer le fils du visiteur à la fille de l'hôte et de laisser le garçon en séjour dans la famille de sa future femme. Quand le père part, il dit : « Mon fils a peur des chiens. Ne le laisse pas effrayer par des chiens. » Cet enfant qui craint les molosses va devenir Gengis Khan, le plus grand conquérant de la terre, celui qui vivra, selon le mot du grand orientaliste Paul Pelliot, la plus prodigieuse aventure que le monde ait connue.

Pour la découvrir, suivons Jean-Paul Roux, auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels une Histoire de l'Empire mongol (Fayard-1995). Un petit Mongol devenu empereur « océanique » Qui oserait miser sur Temüdjin ? Il n'a que peu d'atouts et les perd d'emblée. Un immense empire construit en quelques décennies. L'empire mongol : chevauchées et conquètes. Les mongols ont été l’une des puissances les plus destructrices que le monde ait jamais connu. Au XIIIe siècle, ils surgirent des steppes d’Asie, terrorisant les peuples établis en Eurasie, de à pourtant, moins d’un siècle plus tard, l’immense empire mongol avait commencé à se désintégrer en plusieurs états indépendants.

Vers la fin du XVe siècle, il avait presque disparu de l’histoire, ne laissant derrière lui après une incroyable chevauchée que ruines et désolation. Chevauchées dans les steppes Les steppes, de vastes plaines semblables aux prairies d’Amérique du nord, s’étendent sur plus de de la plaine du Danube, en Europe de l’est, à , en orient, en passant par le sud de et l’Asie centrale. Le climat y est rigoureux, marquée par des hivers au froid intense et des étés torrides. L’histoire a vu régulièrement des bandes de guerriers surgir des steppes pour attaquer les peuples vivant à la frontière, tels les huns d’Attila, qui terrorisèrent l’Europe au cinquième siècle après j-c.

L’empire mongol, de 1204 à 1368 : 30 millions de kilomètres carrés, record qui reste à battre - De l'Egypte antique à la Chine de 2011 : les grands empires économiques - Histoire éco - Enquêtes. Parmi les conquérants, c’est le seul dont aucun portrait n’a été réalisé de son vivant. Le seul dont le caractère et la façon de gouverner sont restés inconnus des siècles durant. Jusqu’à 1980, l’histoire de Gengis Khan et de la lignée des empereurs mongols s’est résumée à une chronologie d’assauts contre les grandes cités du monde.

Y compris en Russie, en Pologne et dans les Balkans, où les guerriers de la steppe massacrèrent l’aristocratie au début du xiiie siècle. D’où la légende de cruels sauvages à l’intellect limité colportée par Voltaire et Montesquieu. Le terme «mongolien» va même qualifier, vers 1850, des «idiots aux traits asiatiques», que des scientifiques considéraient comme les descendants d’ancêtres violées par les cavaliers de Gengis Khan ! Il y a trente ans, «L’Histoire secrète des Mongols», un livre rédigé en chinois selon un code représentant les sons de la langue mongole du xiiie siècle, fut enfin déchiffré par deux chercheurs autrichien et américain. Une révélation. Mongols. Peuple de haute Asie, aujourd'hui dispersé sur un immense territoire qui s'étend des rives de l'Amour à celles de la Volga et se situe à cheval sur la République de Mongolie, la Chine, la Russie et l'Afghanistan.

Les origines Dans les steppes qui s'étendent à l'ouest et au nord-ouest de la Chine se concentrent au cours du iie s. avant J. -C. des populations nomades appartenant aux trois branches de la race altaïque : Turcs, Toungouses et Mongols. Plus effacés que leurs frères en nomadisme, les Mongols ne créent avant le xiiie s. que de rares royaumes : au ier s. et au iie s., celui des Xianbei ; au ve s. et au vie s., celui des Ruanruan ; au xie s., celui des Kitans (ou Kitat). Les Xianbei et les Murong (ier-ve s.) Les Xianbei, originaires de la région du Grand Khingan, éliminent vers 155 avant J. Les uns et les autres sont également éliminés par le peuple turc des Tabghatchs (en chinois Toba). Les Ruanruan (ve-vie s.) Le temps des Kitans (xe-xve s.) et des Kara Kitay (xiie-xiiie s.) Les Mongols. Les nombreuses tribus mongoles sont habituellement regroupées selon des critères qui tiennent à la fois à la géographie et à l'histoire.

Ceux que l'on range dans le groupe des Mongols orientaux, se distribuent essentiellement dans l'état actuel de Mongolie (ex Mongolie extérieure) et en Mongolie intérieure (qui reste une province chinoise). Sous la domination Chinoise, cet ensemble était administré en districts (aïmaks), eux-mêmes subdivisés en tribus proprement dites ou bannières (Khouchouns). La mongolie intérieure comptait 21 districts et 49 bannières (auxquelles on ajoutait diverses tribus non-mongoles). La Mongolie du Nord rassemblait 5 districts et 86 bannières, où prédominaient ceux qui restent la population majoritaire en Mongolie, les Khalkas.

On ditingue par ailleurs les Mongols occidentaux ou Kalmouk et les Bouriates, qui vivent principalement en Russie et les Hézâreh d'Afghanistan . Procession mongole à Kiakhta, au début du XXe siècle. Les Mongols orientaux. Les Khalkhas. . . Empire mongol. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Empire mongol ou Empire turco-mongol, le plus grand empire continu ayant jamais existé, est fondé au début du XIIIe siècle par Gengis Khan, ses fils et petits-fils et leurs armées. Il couvrira à son apogée jusqu’à environ 33 millions de kilomètres carrés. À son apogée, à la fin du XIIIe siècle, l'Empire mongol s'étend de la Méditerranée au Pacifique et de la Sibérie à l'Inde et à l'Indochine, mais n'inclut ni les États vassaux de Russie ni l'Indochine. À partir de 1260, il se divise définitivement en quatre ulus (mongol ulus, uls : pays, région) : L'empire éclate sous Kubilai Khan qui se concentre sur la Chine tandis que les branches rivales créent des Etats sur leurs ulus.

Après la disparition de l'empire, le rêve de tous les dirigeants centre-asiatiques sera de reconstituer partie de l'empire mongol sans jamais pouvoir le réaliser, comme Tamerlan et son Empire timouride. Les conquêtes de Gengis Khan[modifier | modifier le code] Mongols. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mongols Gengis Khan, représentant notable des Mongols À l'origine d'un des plus grands empires de tous les temps, qui s'étendit de la mer de Chine jusqu'au-delà de la Volga[2] au XIIIe siècle et au XIVe siècle, ils conservent encore leur culture, malgré leur éclatement en quatre entités politiques distinctes ; outre la langue et l'histoire, cette culture profondément originale couvre des domaines tels la musique, la religion, les fêtes, les sports, le mode de vie, et enfin l'organisation sociale.

Définition[modifier | modifier le code] Répartition[modifier | modifier le code] carte de répartition des Mongols On compte environ 25 ethnies mongoles au total[4]. Descriptif des ethnies mongoles[6][modifier | modifier le code] Type ethnique[modifier | modifier le code] Les Mongols sont restés suffisamment isolés pour que subsiste un type (facial notamment) bien défini et caractéristique. Histoire[modifier | modifier le code] yourte mongole. 1017px-Genghis_Khan_empire-en.svg.png (PNG Image, 1017 × 658 pixels) Empire moghol. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Empire moghol شاهان مغول Étendue de l'Empire moghol à l'échelle mondiale. L'Empire moghol — ou mogol — (turc : Babür İmparatorluğu, persan : شاهان مغول, Shāhān-e Moġul ; ourdou : مغلیہ سلطنت, Muġliyah Salṭanat) est fondé en Inde par Bâbur, le descendant de Tamerlan, en 1526, lorsqu'il défait Ibrahim Lodi, le dernier sultan de Delhi à la bataille de Pânipat.

L'empire moghol marque l'apogée de l'expansion musulmane en Inde. En grande partie reconquis par Sher Shâh Sûrî, puis à nouveau perdu pendant le règne d'Humâyûn, il se développe considérablement sous Akbar, et son essor se poursuit jusqu'à la fin du règne d'Aurangzeb. Économie politique[modifier | modifier le code] Les Moghols employaient le système du mansabdar, ou officier appointé pour lever le revenu de la terre. Organisation politico-juridique de l'empire[modifier | modifier le code] Le Tuğra impérial officiel de l'Empire moghol. L'empire moghol était à dominance islamique.

Gengis Khan