background preloader

Economie - A Classer

Facebook Twitter

Alan Greenspan. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alan Greenspan

Alan Greenspan Alan Greenspan (né le à New York), économiste de formation, a été le président de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, du au . Spécialiste de la politique monétaire intérieure des États-Unis, sa gestion du krach d'octobre 1987 et de l’inflation pendant son mandat est reconnue. Louant sa grande expérience, les médias l'ont appelé « l'économiste des économistes », ou le « Maestro »[1], au regard de l'engouement des années 1990 pour la technologie, qu'il a favorisé.

Il a cependant été mis en cause lors de la crise des subprimes pour avoir laissé fortement augmenter la masse monétaire à la fin de son mandat, par une politique de taux d'intérêts très bas suivie d'un redressement important des taux directeurs, et pour avoir ignoré des mises en garde concernant le marché des subprimes émanant du conseil de la Réserve fédérale, notamment d'Edward Gramlich[2]. Robert Rubin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robert Rubin

Pour les articles homonymes, voir Rubin. Robert Edward Rubin, né le à New York aux États-Unis, est un économiste et homme politique américain. Lawrence Summers. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lawrence Summers

Pour les articles homonymes, voir Summers. Lawrence Henry Summers Politiquement, il fut le 71e secrétaire au Trésor des États-Unis de 1999 à 2001 dans l'administration Clinton. Membre de l'équipe de transition du président-élu Barack Obama, ce dernier l'a choisi pour être le chef du Conseil économique national, un organe du Bureau exécutif du président des États-Unis, fonction qu'il a quittée en 2010. Il était l'un des candidats pressentis pour être le successeur de Ben Bernanke à le tête de la Réserve fédérale des États-Unis en janvier 2014, mais c'est finalement Janet Yellen qui a été nommée. Situation familiale et éducation[modifier | modifier le code] A l'âge de 16 ans, il entre au Massachusetts Institute of Technology, pour étudier la physique mais change très vite pour l'économie.

Summers est père de trois enfants (des jumelles, Ruth et Pamela et un fils Harry) avec sa première femme, Victoria Perry. Goldman Sachs. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Goldman Sachs

The Goldman Sachs Group, Inc. Histoire[modifier | modifier le code] 1869–1894 : Marcus Goldman[modifier | modifier le code] Goldman Sachs est fondée en 1869 par Marcus Goldman sous le nom de Marcus Goldman & Co.[2]. La société est initialement spécialisée en gestion d'effets de commerce et gère jusqu'à cinq millions de dollars américain par an en papier commercial. En 1882, Goldman invite son gendre Samuel Sachs à rejoindre l'entreprise et rebaptise cette dernière M. 1894-1930 : Samuel Sachs[modifier | modifier le code] En 1894, Samuel Sachs remplace son beau père Marcus Goldman à la tête de la société.

Au début du vingtième siècle, Goldman joue un rôle dans la création des règles d'introduction en bourse (initial public offering, IPO). Le 4 décembre 1928, la société crée le Goldman Sachs Trading Corp., une société d'investissement à capital fixe (en) avec des propriétés similaires à celles d'une chaîne de Ponzi[6]. 1976-1990 : John C. Léon Walras. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Walras. Léon Walras Léon Walras, né à Évreux le et mort à Clarens le , est un économiste. Il a été considéré par Joseph Schumpeter comme « le plus grand de tous les économistes[1] ». Léon Walras a décrit l’équilibre général de concurrence parfaite et cherché à montrer que cet équilibre est optimal. Edgar Morin : « Tout espoir d'humaniser l'Europe s'effondre.

[Archive] C’est un jeune homme de 94 ans qui tweete ses humeurs sur l’actualité.

Edgar Morin : « Tout espoir d'humaniser l'Europe s'effondre

Loin de s’endormir sur ses lauriers de directeur de recherche au CNRS et de « docteur honoris causa » de plusieurs universités, Edgar Morin développe une pensée non orthodoxe… En témoigne son soutien aux expériences de gauche radicale Syriza et Podemos, vilipendées par certains de ses confrères, mais aussi son regard sur l’Europe, les conflits au Moyen-Orient ou le multiculturalisme.

Entretien. Quelle a été votre réaction au référendum grec du 5 juillet ? Dans l’incertitude du résultat, j’ai tweeté : « Est-ce que ce sera la défense héroïque des Thermopyles ou la soumission au grand roi ? » J’ai senti une pression économique, donc déshumanisée, sur la Grèce. Un résultat beaucoup moins apprécié du côté des créanciers… J’ai été frappé par la réaction du vice-chancelier allemand – pourtant social-démocrate – Sigmar Gabriel.

Vous avez appartenu au Parti Communiste Français, avant d’en être exclu en 1950. Notes : . La finance pour tous. Découverte de l’économie - Cité de l'Économie et de la Monnaie. 78989_chouard. Mes chers contemporains : l'Economiste (Frédéric Lordon) Les économistes atterrés aux Mardis de l'ESSEC. Manifeste d'énonomistes atterrés (novembre 2010)