background preloader

Ebla - Tell Mardikh - Cité Etat

Facebook Twitter

Ebla. Ebla. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ebla

Ebla, dès le IIIe millénaire av. J. ‑C., est une riche cité. Ses rois commencent à partir de 2500 av. J. Il est possible aujourd'hui de visiter les vestiges dégagés de palais et de plusieurs temples et autres édifices. Redécouverte et fouilles[modifier | modifier le code] Vue aérienne du Tell Mardikh en 2005, avec la localisation des principales zones fouillées. Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, les fouilles du site ont été abandonnées. Les noms des Prophètes apparus sur les tablettes d'Ebla, 1.500 ans avant la Torah. Les tablettes d’Ebla datant des années 2.500 avant J.

Les noms des Prophètes apparus sur les tablettes d'Ebla, 1.500 ans avant la Torah

-C., fournissent des informations très importantes concernant l’histoire des religions. La caractéristique la plus importante des tablettes d’Ebla, découvertes en 1975 et qui dès lors ont été plusieurs fois le sujet de recherches et de débats, est qu’elles contiennent les noms de trois Prophètes mentionnés dans les livres divins. Un archéologue à Ebla. Quarante ans après ses premières fouilles, l’Université La Sapienza et l’Accademia dei Lincei de Rome ont consacré deux journées au Professeur Matthiae, l’archéologue italien à l’origine d’une des plus importantes découvertes archéologiques du Proche-Orient.

Un archéologue à Ebla

Des orientalistes de différents pays sont intervenus à ce colloque, parmi eux le directeur général des antiquités et des musées de Damas et le directeur des antiquités et des musées de la République Syrienne. Fouilles après fouilles, la mission archéologique italienne, sous la direction du Professeur Matthiae, a découvert sur le site de Tell Mardikh en Syrie, à 60 kilomètres au sud d’Alep, l’antique cité d’Ebla.

Ce fut en 1968, avec la découverte d’un fragment de statue d’homme en basalte offerte à la déesse de l’amour, Ishtar, et portant l’inscription en cunéiforme du nom de son donateur: le roi d’Ebla, que la mission fit pour la première fois le rapprochement entre Tell Mardikh et la cité disparue. EBLA ou TELL MARDIKH. Le mystère des tablettes d’Ebla. Nouvel Âge Publié le 14 juillet, 2012 | par Pleins Feux L’ancienne Ebla était située dans le nord de la Syrie, environ à mi-chemin entre les villes modernes de Hamath et d’Aleppo.

Le mystère des tablettes d’Ebla

Les fouilles sur ce site ont commencé dans les années 1960, et, dans les années 1970, une série de tablettes extraordinaires a été découverte parmi les ruines d’un ancien palais. Ces tablettes devinrent connues comme «les tablettes d’Ebla», et elles ont été découvertes sous la direction de deux professeurs de l’Université de Rome, le Dr Paolo Matthiae et le Dr Giovanni Petinato. Jusqu’à présent, environ 17000 tablettes de l’ancien royaume eblaite ont été récupérées. Par exemple, un chercheur a été très surpris de constater à quel point une grande partie de la langue sur les tablettes était semblable à l’hébreu ancien… Le vocabulaire d’Ebla était distinctement sémitique : le mot «écrire» est k-t-b (comme en hébreu), tandis que pour « roi », c’est «malikum», et que celui pour «homme» est «adamu». Ébla et son héritage. Tell Mardikh, l'ancienne Ébla Une mission archéologique italienne, sous la direction de Paolo Matthiae, a fouillé (de 1964 à 1975) le grand site de Tell Mardikh, situé à 55 km au sud d’Aleppe, en Syrie du Nord.

Ébla et son héritage

Une inscription sur une statue votive permit d’identifier assez tôt ce site avec l’ancienne ville d’Ébla, dont il est souvent fait mention dans les textes de Mésopotamie dans la dernière moitié du IIIe millénaire et la première moitié du IIe millénaire avant J. -C. D’après ces textes, il était assez évident qu’Ébla devait être une des grandes villes de cette partie de la Syrie. Deux grandes périodes de l’histoire d’Ébla nous sont maintenant bien connues. La très grande masse de documents est composée d’archives économiques et administratives : entrées et sorties de matières premières et produits finis, de métaux précieux, livraisons de bétails et autres denrées; les dates des transactions ne mentionnent que les jours du mois, non les années!

Le site archéologique d'Ebla en Syrie - vidéo dailymotion. Ebla — Une cité ancienne sort de l’oubli. Ebla — Une cité ancienne sort de l’oubli Été 1962, Paolo Matthiae, un jeune archéologue italien, procède à un relevé des plaines du nord-ouest de la Syrie.

Ebla — Une cité ancienne sort de l’oubli

Il est sceptique : la Syrie intérieure est considérée comme pauvre sur le plan archéologique. Pourtant, des fouilles entreprises deux ans plus tard à Tell Mardikh, à 60 kilomètres environ au sud d’Alep, déboucheront sur ce qui deviendra ‘ la plus importante découverte archéologique du XXe siècle ’. DES inscriptions anciennes établissaient l’existence d’une ville du nom d’Ebla. Mais personne ne savait où la trouver parmi la multitude de tells éparpillés à travers le Moyen-Orient. Les fouilles approfondies se révéleront fructueuses. Puis, en 1974-1975, des tablettes cunéiformes où le nom d’Ebla figure à maintes reprises viennent confirmer la correspondance entre cette ville et Tell Mardikh. Une ville, plusieurs vies. Les Mythes et les Religions. Tell-Mardikh (Ebla) est la meilleure source de renseignements pour étudier la civilisation ancienne de la Syrie du nord.

Les Mythes et les Religions

Cette ville a permis de réveler la preuve de l’unité de la civilisation à l’ouest de la Mésopotamie, que l’on peut appeler « civilisation amorrhéenne ». Les découvertes les plus étonnantes en Syrie ont également eu lieu à Tell Hariri (l’ancienne Mari) dans la partie la plus orientale de la Syrie et à Ras Shamra (Ugarit) sur la côté méditérannéenne. Les fouilles archélologiques de la cité d’Ebla ont été spectaculaires. On y a découvert des constructions d’un haut niveau architectural, une bibliothèque composée de plus de 17000 tablettes d’argiles dans « le Palais royal G » (voir ci-dessous). Persée : Portail de revues en sciences humaines et sociales. Ebla (Tell Mardikh) Description l s'agit de l'un des sites archéologiques de l'âge du Bronze les plus étendues de la Syrie Occidentale où les fouilles menées depuis 1965 ont contribué à améliorer nos connaissances sur les premières racines de la civilisation urbaine au lll millénaire av.

Ebla (Tell Mardikh)

J.C. à l'Ouest de l'Euphrate et son développement jusqu'à l'époque des royaumes amorites de la première moitié du IIe millénaire. Grâce à Ebla il a été possible de vérifier la succession des établissements depuis le milieu du llle millénaire av. J.C. jusqu'à l'époque romaine impériale lorsque le site fut abandonné. Des résultats remarquables furent obtenus concernant surtout la grande cité des premiers siècles du 11e millénaire. La culture d'Ebla protosyrienne archaïque de la Syrie intérieure est sans doute complémentaire, d'un point de vue économique, à celle de la haute Mésopotamie qui fleurit dans la Djeziré syrienne. Syrie - Ebla : une Cité-Etat florissante et puissante au IIIe millénaire avant J.-C. Ebla. Localisation Ebla (En arabe : إيبلا) fut une ancienne cité de l'Amourrou.

Ebla

Elle eut aussi le nom de "roche blanche" qui fait référence à l'affleurement de calcaire sur lequel la ville fut construite. Elle se situait sur le site moderne Tell Mardikh (En arabe : tall mardīḫ, تل مرديخ), à environ 55 km. au Sud-ouest d'Alep sur la route de Hama. Ebla. Histoire Aujourd’hui Tell Mardikh en Syrie.

Ebla

Cité du pays d’Amourrou dont le nom était cité dans d’anciens textes sumériens et akkadiens du IIIe millénaire et des documents Assyriens, hittites et égyptiens. © Jean Savaton.