background preloader

Décembre 2012

Facebook Twitter

Le monde a l'envers pour 2012. La fin du monde aura bien lieu, mais pas tout de suite. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Pour qui considère l'irrationalisme comme une navrante pathologie de nos sociétés, le constat est assez déprimant.

La fin du monde aura bien lieu, mais pas tout de suite

Tapez "2012" dans la version française de Google et la première suggestion de requête associée est "fin du monde" - indice d'une préoccupation assez largement partagée par les internautes. Comme le veut une rumeur persistante, c'est en effet le 21 décembre 2012, date réputée marquer la fin de l'antique calendrier maya, que se produira un enchaînement de calamités suffisant pour entraîner une forme d'apocalypse. Ce que disent (vraiment) les Mayas. Ici, un cerf traqué, ligoté, cuisiné.

Ce que disent (vraiment) les Mayas

Là, une déesse à la poitrine avantageuse parée de ses plus précieux atours. Les énigmatiques Mayas n'ont cessé d'envoûter notre imaginaire collectif, certains disent même qu'ils nous auraient prédit une apocalypse imminente. Mais combien de ceux-là ont déjà vu à quoi ressemblaient leurs écrits ? Étonnamment modernes, les trois codex qui nous sont parvenus se lisent comme des bandes dessinées, d'une traite. Éric Taladoire, grand spécialiste des civilisations précolombiennes, a commenté la première publication des trois manuscrits dans leur intégralité (Les trois codex mayas, Balland, 2012).

Le Point.fr : On parle toujours "du" codex maya. Éric Taladoire : On ne connaît, jusqu'à présent, que trois codex, c'est-à-dire trois manuscrits pictographiques attribués aux Mayas et nommés en fonction de la ville où ils sont conservés : le codex de Dresde, celui de Madrid et celui de Paris. Il y en a donc peut-être encore beaucoup, disséminés dans la nature ? Fin du monde : la NASA dévoile la vidéo du lendemain du 21 décembre 2012. Suivez-nous sur Facebook Avant de partir, suivez-nous sur Facebook Vous êtes déjà abonné ?

Fin du monde : la NASA dévoile la vidéo du lendemain du 21 décembre 2012

Ne plus afficher Partager sur Facebook. Les Mayas n'ont pas prévu la fin du monde pour 2012. Une équipe d'archéologues américains a retrouvé des fresques vieilles de 1200 ans représentant le plus ancien calendrier maya.

Les Mayas n'ont pas prévu la fin du monde pour 2012

Un calendrier qui apporte des preuves supplémentaires contre les théories qui veulent que les Mayas aient prédit la fin du monde pour 2012. L'idée que la fin du monde aurait été prévue pour le mois de décembre 2012 par un ancien calendrier maya a fait le bonheur de Hollywood et d'innombrables sites Internet. Malheureusement pour les millénaristes et les amateurs de théories New Age quelques inscriptions retrouvées dans une petite salle d'un temple maya au Guatemala viennent balayer ces croyances catastrophistes, en présentant des calculs astronomiques évoquant des événements qui se dérouleront dans plusieurs milliers d'années. La découverte a été faite en 2010 par l'équipe de l'archéologue William Saturno, de l'université de Boston, en explorant une petite galerie souterraine utilisée par des pillards sur le site du temple de Xultun au Guatemala.

Prédictions pour décembre 2012. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prédictions pour décembre 2012

Les prédictions pour décembre 2012 ont été un phénomène sociologique fondé sur plusieurs annonces de grands changements ou d'événements cataclysmiques pour le [1],[2],[3],[4]. Cette date, qui marque à l'origine la fin des 5 125 années d'un cycle du compte long du calendrier maya, a été interprétée par certains comme la fin définitive de ce calendrier. L'interprétation New Age de cette transition postule que cette date était censée marquer le début d'une nouvelle ère au cours de laquelle la Terre et ses habitants devaient connaître une transformation spirituelle ou physique radicale[5].

21 décembre 2012. Mise à jour : La magistrale pirouette de Futura-Sciences qui nous fait croire à présent qu'ils nous auraient fait un canular à quelques heures du 21 décembre 2012. Nous ne pensons pas qu'un site sérieux se permettrait de profiter de la peur pour venir faire des déclarations de la sorte pour alimenter les craintes de manière gratuite ou anodine. Sauf que sous couvert d'un canular quelques vérités ont été dites sur les recherches scientifiques que l'on nous cache et nous ne sommes pas des ignorants pour constater que la Nasa et que le CERN ne nous disent pas toute la vérité, notamment sur le fait que des scientifiques soient souvent en danger pour vouloir nous révéler des vérités, quand ils ne sont pas purement et simplement éliminés physiquement pour les museler définitivement.

Est-ce que la NASA nous parle par exemple des énergies libres et propres qu'ils planquent dans leurs archives et qui existent depuis plus de 60 ans ? Voici la pirouette de Futura-Sciences. La fin du monde n'a (donc) pas eu lieu le 21 décembre 2012 - Linternaute. La NASA balaye les rumeurs sur la fin du monde en 2012. 21 décembre 2012: cinq raisons de ne pas croire à la fin du monde. 21 décembre 2012 : la fin du monde ? - notre-planete.info. Réveillons nous! Pressenza Pressenza International Press Agency Paris,9/21/10 1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes.

réveillons nous!

La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles » 2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions.