background preloader

Crimes & Criminels Nazis

Facebook Twitter

Ce que sont devenus les criminels nazis. Catégorie:Procès de Nuremberg. Catégorie:Nazi condamné ou exécuté. Catégorie:Criminel de guerre nazi. Catégorie:Personne condamnée pour crimes de guerre commis pendant la Seconde Guerre mondiale.

René Bousquet

Encyclopédie multimédia de la Shoah. Docteurs de la mort,expériences de guerre. Vidéo LA TRAGEDIE DE LA FORET DE KATYN, vidéo LA TRAGEDIE DE LA FORET DE KATYN, vidéo Histoire et conflits Seconde Guerre mondiale de pacifique84800 (Musique - pacifique84800. Le massacre de Katyn. Le massacre de Katyn Pour les Polonais Katyn symbolise la politique criminelle du système soviétique envers le peuple polonais.

Le massacre de Katyn

Dans les relations polono-soviétiques dans les années 1917-1991 Katyn constitue un point de culmination. « Le massacre de Katyn » est une notion conventionnelle, relevant de l'un des endroits de l'extermination de l'élite polonaise pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'endroit découvert comme premier - la forêt de Katyn près de Smolensk. Le massacre de Katyn était un assassinat commis par les Soviétiques sur près de 22 mille citoyens polonais qui, après l'entrée de l'Armée rouge en Pologne le 17 septembre 1939, ont été faits prisonniers ou arrêtés.

La plupart des victimes étaient des citoyens importants de l'état polonais: des officiers de l'Armée Polonaise et de la police, des fonctionnaires de l'administration publique et des représentants des élites intellectuelles et culturelles polonaises. Le massacre de Katyn ne constituait pas un évènement isolé. Aktion Reinhard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aktion Reinhard

Aktion Reinhard ou Opération Reinhard en français est un nom de code qui désigne l'extermination systématique des Juifs, des Roms, des Sintis et des Yéniches du Gouvernement général en Pologne pendant la période du Troisième Reich. C'est dans le cadre de l'Action Reinhard qu'ont été exterminés plus de deux millions de Juifs entre mars 1942[1] et octobre 1943 ainsi que près de 50 000 Roms des cinq districts du Gouvernement général (Varsovie, Lublin, Radom, Cracovie et en Galicie) dans les trois camps d'extermination de Belzec, Sobibor et Treblinka (voir Shoah).

Cette opération a été baptisée « Aktion Reinhard » peu après l'assassinat de Reinhard Heydrich, chef de l'Office de Sécurité du Reich, en charge, jusqu'à sa mort le 27 mai 1942, de la Solution Finale[2]. La place de l'action Reinhard dans la Shoah[modifier | modifier le code] Crimes de guerre nazis en Union soviétique. Carte animée : génocide SGM.

LES POGROMS. Le maire actuel de Jedwabne, Stanislaw Maichalowski, 48 ans, a entendu parler de l'histoire pour la première fois quand il avait 8 ans, mais il n'y a jamais vraiment réfléchi.

LES POGROMS

Et puis il a lu le livre de Gross. «Comprendre ce qui s'est passé ici, confie-t-il, c'est écrasant.» Ses administrés ne sont pas tous du même avis. L'édile reçoit lettres et coups de téléphone anonymes. Beaucoup d'habitants - et le curé du village - lui reprochent de parler aux journalistes. Le livre de Gross est paru en Pologne au printemps 2000. Débarrassée du régime communiste et de son historiographie officielle et plus critique, aussi, envers l'Eglise, autrefois toute-puissante, la Pologne, longtemps perçue par ses habitants comme un vénérable «Christ parmi les nations», apprend à se regarder dans les yeux, quitte, parfois, à se faire peur.

Marc Epstein, publié dans le journal "l'Express" le 12/04/2001. (1) Publié ces jours-ci en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis (indisponible en français). 1. 2. Antisémitisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antisémitisme

Caricature antisémite. Le Monde Moderne, 1898. L’antisémitisme (originellement : anti-sémitisme) est le nom donné de nos jours à la discrimination et à l'hostilité manifestées à l'encontre des Juifs en tant que groupe ethnique, religieux ou racial[1]. Il s'agit, dans son acception originelle telle que formulée vers la fin du XIXe siècle, d'une forme de racisme dirigée nominalement contre les peuples sémites, regroupés en tant que tels sur base de critères linguistiques, mais ne visant en réalité que les Juifs[2].

Bien que certains historiens comme Jules Isaac insistent pour distinguer antijudaïsme et antisémitisme, le second terme est cependant le plus souvent utilisé aujourd'hui pour qualifier tous les actes d’hostilité anti-juive au cours de l'Histoire, que leurs fondements soient raciaux ou non.