background preloader

Civilisation

Facebook Twitter

La société de l'Egypte antique. Si la civilisation égyptienne a pu se maintenir sur une si longue durée, elle le doit à une organisation efficace de son gouvernement et de sa société.

La société de l'Egypte antique

L'Egypte antique est une monarchie absolue de droit divin, tous les pouvoirs sont détenus par un seul homme : le pharaon qui détient lui-même son pouvoir de Dieu. Toutefois, le roi ne peut rien faire tout seul et ce sont tous les Egyptiens, quel que soit leur rang dans la société, qui ont contribué à faire de l'Egypte antique la première grande civilisation. Une société hiérarchisée, de type pyramidal La société égyptienne est très hiérarchisée : chacun doit obéissance à son supérieur immédiat. Même le pharaon doit rendre des comptes à son supérieur immédiat : Dieu. 1. En savoir plus sur les scribes.

Genèse d'une civilisation. A l'origine des temps, était l'Océan Primordial.

Genèse d'une civilisation

Un jour, les eaux se retirèrent. Alors émergea une butte de terre - la Butte Primordiale. Là , s'installèrent les dieux, puis les sages semi-divins. Enfin vint le royaume des Hommes. Civilisation égyptienne : Ippolito Rosellini. Directeur aux côtés de Jean-François Champollion de la mission franco-toscane qui sillonne l'Égypte en 1828 - 1829, le savant italien Ippolito Rosellini est l'un des pionniers de l'égyptologie.

Civilisation égyptienne : Ippolito Rosellini

Mérenpath devant Rê-Horakhty Ippolito Rosellini, né à Pise le 13 août 1800, est le fils d'un humble commerçant de Pise. Après avoir étudié l'hébreu à l'université de Pise, il s'initie aux langues orientales à l'université de Bologne où il a pour maître le célèbre orientaliste Giuseppe Mezzofanti. En 1824, Rosellini est nommé professeur de langues orientales à l'université de Pise. Il y enseigne le système hiéroglyphique déchiffré deux ans plus tôt par Jean-François Champollion. Civilisation égyptienne : Gaston Maspero. Gaston Maspero (Paris, 1846-1916) Né à Paris d’une famille d’origine italienne, Gaston Maspero fait des études brillantes et devient, en 1872, l’auteur de la première thèse d’égyptologie soutenue en France avant d’être nommé deux ans plus tard à la chaire d’égyptologie du Collège de France.

Civilisation égyptienne : Gaston Maspero

En 1880, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le nomme à la tête d’une mission permanente en Egypte alors dénommée « Ecole du Caire » : c’est la naissance de l’Institut français d’archéologie orientale (rebaptisé ainsi en 1898), qui est encore aujourd’hui le plus important organisme de recherche français implanté en Egypte. Après la disparition de Mariette, Maspero lui succède à la direction du Service des antiquités, poste qu’il occupe à deux reprises, de 1881 à 1886, puis de 1899 à 1914.

. ❖ Bibliographie Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet. Civilisation égyptienne : Auguste Ferdinand Mariette. Auguste Ferdinand Mariette (Boulogne-sur-mer, 1821 - Le Caire, 1881) Parcours étonnant que celui de François Auguste Ferdinand Mariette, considéré, après Champollion, comme l’un des pères de l’égyptologie.

Civilisation égyptienne : Auguste Ferdinand Mariette

Né en 1821 d’une famille de la moyenne bourgeoisie de Boulogne sur- Mer, enfant turbulent mais doué pour les études de lettres et pour le dessin, il exerça de 1837 à 1849 les métiers les plus divers : employé de mairie, journaliste, enseignant, avant de se prendre de passion pour l’Egypte ancienne et de se former en autodidacte à l’étude de la civilisation pharaonique, notamment par la fréquentation du musée de sa ville. Civilisation égyptienne : Jean-François Champollion. Jean-François Champollion (Figeac, 1790 - Paris, 1832) Né le 23 décembre 1790 à Figeac, Jean-François Champollion est souvent considéré comme le père de l’égyptologie.

Civilisation égyptienne : Jean-François Champollion

Sa géniale intuition menant au déchiffrement des hiéroglyphes, mais aussi son implication dans la politique de son temps, son expédition pionnière en Egypte et sa mort précoce concourent toutes ensemble à faire de lui un personnage romantique, dont la légende a été, après sa disparition, soigneusement entretenue. Issu d’une famille relativement modeste, il fait ses études à Grenoble, puis à Paris où il apprend le copte – dont il suppose, depuis le début, qu’il s’agit de la dernière évolution de la langue notée par l’écriture hiéroglyphique. Civilisation égyptienne : les mystères. L'Egypte, terre lointaine et mal connue, a entretenu une aura de mystère.

Civilisation égyptienne : les mystères

Déjà dans l'Antiquité, l'Egypte passait pour le pays des miracles et des mystères. Eclairage. Si on imagine parfaitement comment les anciens égyptiens s'éclairaient dans la vie courante avec des lampes à huiles et des torches qui laissent des résidus noirâtres. Pourtant les tombes souterraines, les salles des pyramides et les naos des temples montrent très rarement des traces de suie. Alors pour illuminer les profondeurs du sous sol, on fit appel a des lampes électriques, phosphorescentes et même nucléaires. . ❖ Bibliographie Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Civilisation égyptienne : textes religieux. Les textes funéraires sont les plus anciens, car les plus nécessaires : les longues colonnes d'hiéroglyphes sculptés sur les parois intérieures des pyramides des rois des Ve et VIe dynasties (2450 env. avant notre ère) comportent les formules, le récitatif qui permettront au souverain défunt de rejoindre pour un voyage, chaque jour renouvelé, dans un cycle éternel, son père le Soleil, Rê.

Civilisation égyptienne : textes religieux

Au début du Moyen Empire (XXIe siècle avant notre ère), le dieu Osiris (dieu agraire à l'origine, dont la passion qu'il a soufferte et la résurrection qu'il a subie évoquent le cycle de la nature) entraîne dans son sillage un nombre croissant de fidèles, qui, suivant son exemple, peuvent désormais revivre. Les hymnes témoignent de l'existence ancienne d'un lyrisme poétique : la volonté fervente d'expression, faite d'images suggestives, peut dépasser les mots; l'élan de foi personnel, transcender la formule. ❖ Livre d'Amdouat ❖ Livre des respirations ❖ Livre des morts ❖ Confession négative ❖ Bibliographie.

Civilisation égyptienne : littérature. Depuis plus d'un siècle seulement, la plus vieille littérature du monde nous révèle la vérité sur la civilisation égyptienne.

Civilisation égyptienne : littérature

La langue dans laquelle elle est écrite relève d'un système sans pareil : si la syntaxe qui modèle les phrases est sémitique (se rattachant à la famille linguistique qui comprendra l'arabe et l'hébreu, notamment), l'expression écrite est un graphisme fort élaboré, l'harmonie verbale relevant dès lors non seulement de la « sonnaille des mots » mais aussi d'un agencement équilibré et heureux des signes. Civilisation égyptienne : Hiéroglyphes. Les hiéroglyphes, « images sacrées », forment une écriture complexe, au vocabulaire riche et à la grammaire compliquée.

Civilisation égyptienne : Hiéroglyphes

Hiéroglyphes Ils sont présents partout: sur les murs des temples, sur les parois des sarcophages et le socle des statues. Certains de ces hiéroglyphes sont des idéogrammes, ils représentent un objet, un être ou une action simple: un poisson, une maison, le soleil. Un homme qui bascule signifie « tomber». Civilisation égyptienne : les constructions. A l'époque néolithique, les maisons des paysans de la vallée du Nil étaient construites en pisé, à partir de mottes de limon du Nil.

Ce procédé aboutit, à la fin du IVe millénaire avant notre ère, à la fabrication de briques de terre crue faites dans un moule en bois et séchées à l'air. Ce fut le matériau normal de construction en Egypte, et il l'est encore aujourd'hui. Civilisation égyptienne : les coiffes. Civilisation égyptienne : le cinéma. La fascination générée par l'Egypte ancienne a inspiré par son esthétique et son exotisme l’art occidental.

Vivian Leigh dans Cléopâtre (1945) Les Grecs et les Romains ont été séduits par leurs formes, inaugurant un goût pour l'inspiration égyptienne qui s’est perpétué jusqu’à nos jours. Civilisation égyptienne : le calendrier. Jeune fille aux canards Tombe de Menna Les anciens égyptiens mesuraient le temps comme nous en années, mois, jours, heures. Les années étaient numérotées en années de règne par rapport à l’intronisation du pharaon, et non pas comme nous en partant d’un point zéro. L’année égyptienne était divisée en 12 mois, chacun de 30 jours. Chaque mois était divisé en 3 décades (de 10 jours). Les textes astronomiques subdivisent le ciel nocturne en 30 décans, suivant le lever de constellations à certaines heures de la nuit.

Les jours épagomènes. Pour arriver à 365 jours, on ajoutait 5 jours intercalaires (ou épagomène) après la fin de Chemou ; jours néfastes, ceux-ci étaient considérés comme les anniversaires des cinq divinités du 14 au 18 juillet. Civilisation égyptienne : les bijoux. La possession de mines d'or et de pierres précieuses en Nubie assurait à la famille royale au Moyen Empire une profusion de bijoux.

Bracelet de perles. Civilisation égyptienne : Couronnes et insiges. Civilisation égyptienne : l'artisanat. Un secteur économique important de l'ancienne Egypte était celui de l'artisanat. Grâce à la découverte de plusieurs milliers d' ostraca, nous sommes très précisément informés sur la vie d'une agglomération d'artisans du Nouvel Empire. Il s'agit du village de Deir el-Medineh où, dès le début de la XVIIIe dynastie et jusqu'à la fin du Nouvel Empire, vécurent les ouvriers qui étaient affectés à l'exécution des tombes royales de la Vallée des Rois.

Village des artisans de Deir el-Medineh Deir el-Medineh dont les tombes (1) jouxtent le village est clos par une muraille haute de 5 mètres environ (2), percée d'une porte gardée nuit et jour (3) car les artisans sont les d étenteurs de multiples secrets liés tant à la fabrication qu'a la connaissance des lieux de sépulture. Le village est composé de maisons mitoyennes(4) donnant sur une rue principale. . ❖ La division du travail. Tombes des artisans ❖ Bibliographie Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Civilisation égyptienne : l'agriculture. Civilisation égyptienne. Chaque année, fouilles et découvertes complètent notre connaissance et nous allons retrouver à travers la littérature et les scènes peintes sur les murs des temples et des tombes, la vie de tous les jours des anciens égyptiens.