background preloader

Charles Martel (690-741)

Facebook Twitter

Histoire de France de la préhistoire à nos jours. (3) Les Rois de France - Charles Martel et Pépin le Bref. Charles Martel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Martel. Charles Martel (né vers 690[1] et mort le 16 ou le [2] à Quierzy-sur-Oise[3]) fut le duc d'Austrasie, maire du palais de 717 à 741 et le souverain de facto du royaume des Francs (dux et princeps Francorum, duc et prince des Francs).

Il est le fils de Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie contrôlant les royaumes de Neustrie et de Bourgogne. Il est également le grand-père paternel de Charlemagne. Biographie[modifier | modifier le code] Prise du pouvoir difficile[modifier | modifier le code] Évolution du royaume franc de 481 jusqu'à l'Empire franc en 814. Pacification du royaume franc[modifier | modifier le code] Arrêt de la conquête musulmane[modifier | modifier le code] Les troupes musulmanes ne sont pas, pour autant, battues sur tous les fronts.

En 739, il s'allie aux Lombards pour reprendre la Provence. Réforme militaire[modifier | modifier le code] Charles Martel. Pour les articles homonymes, voir Martel. Charles Martel (en latin : Carolus Martellus ; en allemand : Karl Martell), né vers 688[1], à Herstal en Wallonie, et mort le 22 octobre 741, à Quierzy, est un homme d’État et chef militaire franc qui, en tant que duc des Francs et maire du palais, était de facto dirigeant de la Francie, de 718 jusqu'à sa mort[2],[3],[4]. Fils de l'homme d'État franc Pépin de Herstal et d'une noble nommée Alpaïde, Charles affirme avec succès ses prétentions au pouvoir en successeur de son père, et en tant que Maire du palais, dans la politique franque. Continuant et s'appuyant sur l'œuvre de son père, il rétablit le gouvernement centralisé en Francie, et commence la série de campagnes militaires qui rétablie les Francs comme les maîtres incontestés de toute la Gaule.

Il est devenu une figure identitaire fortement mobilisée à la fin du XXe siècle, en particulier par l'extrême droite[17]. Biographie[modifier | modifier le code] Tombeau[modifier | modifier le code] La véritable histoire de Charles Martel : celle que Ménard et Jean-Marie Le Pen ignorent. Une gravure de la bataille de Poitiers, le 10 octobre 732 (MARY EVANS/SIPA) Depuis le fameux 11 janvier, dont la droite voudrait faire une "Journée d’unité nationale et de lutte contre le terrorisme", le nom de Charles Martel, "sauveur de la chrétienté", est venu, dans bien de réseaux liés à l’extrême-droite, se rappeler au bon souvenir non pas de la France "pays des droits de l’homme", mais de la France "fille aînée de l’Église".

Comme si la théorie du "choc des cultures" s’était muée en celle d’une "guerre de religions", ce que Jean-Marie Le Pen, toujours aussi lourdement calembourdesque, a résumé d’un cri : "Je suis Charlie Martel ! " C’est précisément dans cette mouvance lepéniste que Robert Ménard a lancé sa énième provocation, en commençant par criminaliser les petits écoliers biterrois sur la seule base de la "consonance musulmane" de leurs prénoms ! Charles Martel, "dilapidateur et enragé tyran" Désordres, ruines, assassinats D’autres griefs ternissent la renommée de Charles. . [2] N. Charles Martel et la bataille de Poitiers Comment ils ont mis Martel en tête. Que sait-on exactement de Charles Martel ? Assez peu de chose, somme toute. Ce personnage historique qui fut maire du palais, c’est-à-dire un membre influent de l’entourage de certains rois mérovingiens, n’a pas eu un destin hors du commun.

L’événement notable de sa vie fut la bataille de Poitiers et sa victoire sur les Sarrasins. William Blanc et Christophe Naudin nous en rappellent le contexte et les détails avant de se pencher sur la destinée posthume de ce personnage et sur son succès récent en politique. Aucun projet sarrasin d’invasion Au lendemain de la mort du prophète Mahomet (7e siècle), le calife ‘Umar lance depuis La Mecque la conquête du Proche-Orient. Exploitation identitaire Pendant de longs siècles, il fut peu question du héros de Poitiers et pas toujours en bien.

Comment le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers s’est installé dans l’histoire. Tribune. Alors que le Parti socialiste se réunit en congrès à Poitiers, les identitaires se retrouvent dans la ville pour rendre un hommage à Charles Martel et à la bataille de Poitiers, en 732. Par Salah Guemriche Treize ans après le cri de ralliement frontiste : « Charles Martel 732, Le Pen 2002 ! », voilà que les Identitaires, un groupe d’extrême droite, nous remettent ça, en appelant à faire Bloc ce 7 juin, à Poitiers… Les mythes, on le sait, ont la peau dure. De ce mythe-là, la peau est tellement dure que même des historiens de la trempe d’un Marc Bloch ou d’un Lucien Febvre n’ont pas réussi à la fendre. Faut-il pour autant continuer à laisser libre cours aux obsessions des esprits frileux, mus par un nationalisme étroit quand ce n’est pas par une fière ignorance ? Depuis Chateaubriand (pour qui « Les Maures, que Charles Martel extermina, justifiaient les Croisades !

En 732 (ou 733), Poitiers ne fut pas le Waterloo des Sarrasins. Une bataille peut en cacher une autre. Charles Martel, imposture historique et mythe fasciste. 732, Poitiers, Charles-Martel : une date, un lieu et le nom d’un chef de guerre au cœur du récit nationaliste de l’histoire en France. Utilisée pour la propagande colonialiste et mobilisée régulièrement dans l’imaginaire pour signifier la défense du territoire, cette bataille est devenue une référence incontournable du nationalisme et du fascisme français. Pour certains groupes des droites radicales, cet évènement historique est encore aujourd’hui le symbole d’une lutte contre « l’invasion » arabe et l’immigration musulmane. Le Cercle Charles-Martel, auteur de nombreux attentats et meurtres entre 1973 et 1983 se réclamait de cette histoire.

Plus récemment, en octobre 2012, Génération Identitaire a occupé une mosquée en construction à Poitiers en mobilisant la même symbolique. Il y a quelques jours, le 24 février 2014, le site historique de Moussais-la-Bataille a de nouveau été la cible de dégradations, avec des inscriptions xénophobes et des croix celtiques taguées : WordPress: