background preloader

Amérique du Nord

Facebook Twitter

Collections Voisines

A Classer. Aridamérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aridamérique

L’Aridamérique ou Aridoamérique (« Aridamérica » et « Aridoamérica » en espagnol) est le nom donné à la vaste zone culturelle qui s'étendait, avant la colonisation européenne de ces territoires, au nord-ouest de la Mésoamérique et qui se distinguait de cette dernière par son climat très aride, qui a très peu favorisé le développement de l'agriculture et de la sédentarisation[1]. En conséquence, les peuples aridoaméricains étaient en très grande majorité des chasseurs-cueilleurs nomades[2] ; ils interagissaient beaucoup moins les uns avec les autres que les peuples mésoaméricains et leurs traditions culturelles étaient donc beaucoup plus diverses[3].

Historiographie[modifier | modifier le code] Le terme d'Aridoamérique a été inventé par Paul Kirchhoff en complément de sa définition de la Mésoamérique et de l'Oasisamérique[4]. Avant Kirchhoff, Alfred Kroeber avait désigné cette région comme le Sud-Ouest (Southwest). Oasisamérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Oasisamérique

Localisation des territoires des principales cultures d'Oasisamérique. L'Oasisamérique est une région culturelle de l'Amérique du Nord précolombienne située au nord-ouest de l'actuel Mexique et au sud-ouest des actuels États-Unis. Cette notion a été inventée par Paul Kirchhoff[1]. Elle se définit comme une culture de transition, beaucoup plus sédentaire que celle d'Aridoamérique, et adaptée à un climat plus aride que celle de Mésoamérique[2]. Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] (es) Alfredo López Austin et Leonardo López Luján, El pasado indígena, Fondo de Cultura Económica, El Colegio de México, coll. « Fideicomiso Historia de las Américas / Historia », (réimpr. 2001) (ISBN 9789681664343).

Civilisation du Mississippi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Civilisation du Mississippi

Les villes du Mississippi[modifier | modifier le code] Cahokia, la plus importante ville précolombienne hors Amérique latine, a compté au moins vingt mille habitants. Sacrifice rituel par strangulation de 53 jeunes femmes à Cahokia, lors de l'enterrement d'un personnage important. Agriculture[modifier | modifier le code] Les peuples du Mississippi faisaient pousser leurs récoltes dans de petits jardins qu'ils cultivaient à l'aide d'instruments agraires simples.

Artisanat[modifier | modifier le code] Poterie représentant une panthère d'eau, animal mythique aux pouvoirs surnaturels de la Civilisation du Mississippi. La civilisation mississippienne a laissé de beaux témoignages de son artisanat : les poteries et les céramiques utilisaient des coquillages. Mound Builders. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mound Builders

Monks Mound, témoignage de la culture des bâtisseurs de tumulus, Illinois, États-Unis Les Mound Builders (« bâtisseurs de tumulus ») sont un ensemble de peuples amérindiens disparus avant l'arrivée des Européens, dans toute la moitié orientale des États-Unis actuels. Cette civilisation précolombienne se distingue par ses constructions de tertres, pyramides et effigies animales gigantesques en terre. Elle s'est épanouie de l'an 1000 av. Patagonia : indiens de Patagonie. TITUS Didactica: Language Map South America: Map frame. Langues amérindiennes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Langues amérindiennes

Les langues amérindiennes sont les langues indigènes d'Amérique, parlées par les différents peuples amérindiens depuis l'Alaska et le Groenland jusqu'à la Terre de Feu. Les linguistes qui en sont spécialistes sont appelés américanistes. Les Indiens des Plaines avaient développé une langue des signes auxiliaire pour communiquer par-delà la variété de leurs langues maternelles. Beaucoup de langues amérindiennes sont aujourd'hui menacées de disparition.

Historique[modifier | modifier le code] L'archéologie et les études d'ADN suggèrent que les Amériques furent peuplées par des émigrants proto-asiatiques de Sibérie il y a 17 000 à 10 000 ans. Là où ces langues sont parlées par ces immigrants et les procédés par lesquels l'actuelle diversité des langues amérindiennes s'est constituée, sont des sujets spéculatifs.

Plusieurs langues amérindiennes ont développé leur propre écriture, comme les langues mayas ou le nahuatl. Réserves indiennes d'Amérique du Nord. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Réserves indiennes d'Amérique du Nord

La plupart des réserves indiennes, comme celle du Nouveau Mexique (photographiée en 1943), se situent à l'ouest des États-Unis, dans des régions impropres à l'agriculture. Les réserves indiennes ne sont que « prêtées » à leurs occupants, et restent la propriété des États selon la loi américaine. Certains espaces, partiellement vendus à des habitants non-indiens, sont sources de nombreuses difficultés administratives, politiques et juridiques[1]. Carte des réserves indiennes aux États-Unis réalisée par le Bureau des affaires indiennes Il existe peu de réserves en Californie.

Liste des peuples indigènes des Amériques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des peuples indigènes des Amériques

Les peuples d'Amérique du Nord[modifier | modifier le code] De nombreux ethnologues classent les peuples d'Amérique du Nord en dix régions. Dans la liste suivante, les peuples sont classés par région d'origine.

Anasazis

Cahokia. Hohokams. Iroquois. Mogollons. Navajos. Païutes. Sioux.