background preloader

A Classer 2

Facebook Twitter

La Nasa veut chasser la vie extraterrestre sur un satellite de Jupiter. Des poissons nagent-ils sous la glace qui recouvre la surface d'Europe? La question divise les scientifiques mais le consensus est large: s'il y a de la vie ailleurs que sur Terre dans notre système solaire, ce satellite de Jupiter est sans doute le meilleur candidat pour la dénicher.

Et la Nasa semble d'accord. Dans son budget 2015, dévoilé mercredi, l'agence américaine liste pour la première fois une potentielle mission visant à envoyer une sonde à la surface d'Europe. Pour l'instant, la Nasa a prévu de consacrer 15 millions de dollars sur les 17,5 milliards de son budget 2015 pour planifier une mission vers Europe à l'horizon 2025. Le problème, c'est qu'avec 15 millions de dollars, on ne met même pas un paquet de chips en orbite. Un océan géant sans doute sous la surface A la surface d'Europe, il fait très froid (de -160 à -220°C). Cet océan pourrait descendre à 150 km de profondeur, soit dix fois plus que la fosse des Mariannes sur Terre. Dans la fiction, «Europa Report» Jupiter : l'énigme de la Grande Tache Rouge est mieux comprise. La Grande Tache Rouge de Jupiter, existant probablement au moins depuis les observations de l’astronome Jean-Dominique Cassini au XVIIe siècle, a vu sa taille et sa couleur varier depuis le XIXe siècle.

C’est à cette époque qu’elle a pris la coloration qui lui a donné son nom. Il n’y a pas de consensus sur l’origine et la nature exacte des composés chimiques à l’origine de sa couleur. On en voit ici une photographie traitée à l'ordinateur à partir des observations de Voyager 1. © Nasa Jupiter : l'énigme de la Grande Tache Rouge est mieux comprise - 2 Photos Saturne et ses anneaux fascinent les théoriciens de la mécanique céleste, mais c’est Jupiter, avec ses bandes nuageuses et ses taches rouges, qui exerce son attraction sur les mécaniciens des fluides et les climatologues.

Il existe d’autres vortex de plus petite taille dans l’atmosphère de Jupiter, observés sur les images prises par des sondes comme Voyager et Galileo, ou encore le télescope Hubble. A voir aussi sur Internet. Enceladus’ ocean: Huge repository of water detected under the icy moon of Saturn. Photo by NASA/JPL-Caltech I’d like to be Under the sea, In Enceladus’ ocean In the shade.

—with apologies to the Beatles New results from the Cassini Saturn spacecraft offer further evidence that the tiny moon Enceladus has an undersurface ocean of liquid water. This is pretty exciting news, since liquid water was once thought to be a commodity unique to Earth in the solar system. We’ve known for years there must be some repository of water under the surface. In 2005, Cassini discovered huge plumes of liquid water erupting from the south pole region of Enceladus, and later pegged them to long cracks in the surface nicknamed “tiger stripes” (technically called “sulci,” they look more like tiger claw marks to me, which I think is a more appropriate metaphor as well). Cassini is in contact with Earth via radio. Cassini has encountered Enceladus many times over the years. Photo by NASA/JPL/Space Science Institute But that’s not exactly what was seen. That’s very cool. Drawing by NASA/JPL-Caltech. La tache de Jupiter est-elle en train de disparaître ?

ANTICYCLONE. Le colosse de notre système solaire qu'est Jupiter a toujours présenté une particularité visuelle. Au milieu des masses gazeuses qui constituent sa surface, émerge une gigantesque tache, bien visible dans l'image ci-dessus. Cette dernière est une zone de haute pression située au-dessus de la ceinture équatoriale de la planète. Pris en étau entre deux masses de gaz qui se déplacent en sens inverse, cet anticyclone géant de forme elliptique tourne depuis des décennies dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Une tache qui se réduit Cette tache est bien connue des astronomes qui l'observent depuis le 19e siècle. ACCÉLÉRATION. Puis, après une période de croissance, la tache se serait considérablement réduite pour n'en mesurer plus que 15.900 km, chiffre le site skyandtelescope.com en s'appuyant sur des données de l'association d'astronomes amateurs : la British Astronomical Association (BAA).

Et le phénomène semble considérablement s'accélérer depuis deux ans : IMPOSSIBLE. La comète Wild 2 précise la date de formation de Jupiter. La planète Jupiter photographiée par la sonde Cassini. L'ombre portée sur la géante par l'une de ses lunes est visible en bas à gauche. © Nasa La comète Wild 2 précise la date de formation de Jupiter - 2 Photos On sait que notre Système solaire s’est formé suite à un Little Bang, c'est-à-dire l’explosion d’une supernova ayant entraîné l’effondrement de la nébuleuse protosolaire, un nuage moléculaire, poussiéreux, dense et froid.

Cette explosion s’est accompagnée de la nucléosynthèse d’un isotope instable de l’aluminium, 26Al, d’une demi-vie de 730.000 ans et se désintégrant en un autre isotope du magnésium, 26Mg. La dernière datation obtenue à l’aide des isotopes contenus dans de célèbres inclusions riches en aluminium et en calcium (baptisées CAI pour Calcium Aluminum-rich Inclusions) dans des météorites nous indique que l’événement s’est produit il y 4,568 millions d’années environ. Les météorites ne sont pas les seules mémoires de l’histoire primitive du Système solaire.

Will Jupiter’s Great Red Spot Turn into a Wee Red Dot? Want to stay on top of all the space news? Follow @universetoday on Twitter At left, photo of Jupiter’s enormous Great Red Spot in 1879 from Agnes Clerk’s Book ” A History of Astronomy in the 19th Century”. At right, Jupiter on Jan. 10, 2014. Credit: Damian Peach Watch out!

Drawing of Jupiter made on Nov. 1, 1880 by French artist and astronomer Etienne Trouvelot showing transiting moon shadows and a much larger Great Red Spot. In the 1880s the GRS resembled a huge blimp gliding high above white crystalline clouds of ammonia and spanned 40,000 km (25, 000 miles) across. 2003 Feb – 18,420km (11,445 miles) 2005 Apr – 18,000km (11,184) 2010 Sep – 17,624km (10,951) 2013 Jan – 16,954km (10,534) 2013 Sep – 15,894km (9,876) 2013 Dec – 15,302km (9,508) = 1.2 Earth diameters Voyager 1 Jupiter time lapse animation, a reprocessed high-resolution view.

If these figures stand up to professional scrutiny, it make one wonder how long the spot will continue to be a planetary highlight. About Bob King. Documents consacrés à Jupiter. L'exploration des planètes extérieures et des astres lointains. Données sur les anneaux de Jupiter. Il est provoqué par des forces électromagnétiques qui poussent les plus petits grains, qui sont électrifiés, hors du plan de l'anneau. L'anneau principal de Jupiter est une fine feuille de matériaux entourant la planète.

Sur la vue du bas, une structure radiale se distingue. La limite intérieure diffuse commence à environ 122 500 km. Le rayon extérieur de l'anneau principal fait environ 128 940 km, très proche de l'orbite du satellite Adrastée (128 980 km). Ces image ont été prises à travers le filtre clair de la caméra de Galileo le 9 novembre 1996. Données : Jupiter (planète) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Jupiter. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Comme sur les autres planètes gazeuses, des vents violents, de près de 600 km/h, parcourent les couches supérieures de la planète. La Grande Tache rouge, un anticyclone qui fait trois fois le diamètre de la Terre, est une zone de surpression qui est observée au moins depuis le XVIIe siècle. La haute atmosphère de Jupiter est composée à 93 % d'hydrogène et 7 % d'hélium en nombre d'atomes, ou à 86 % de dihydrogène et 13 % d'hélium en nombre de molécules.

Par mesures infrarouges et ultraviolettes, des traces de benzène et d'autres hydrocarbures ont également été détectées[6]. Si Jupiter était plus massive, on pense que son diamètre serait plus petit. Des exoplanètes beaucoup plus massives que Jupiter ont été découvertes[16]. Planète Jupiter-Planète Astronomie : planètes et satellites du système solaire. L'atmosphère de Jupiter est composée d'environ 86% d'hydrogène et de 14% d'hélium. Elle contient également des traces de méthane, de vapeur d'eau, d'ammoniac. On trouve également des quantités négligeables de carbone, d'éthane, de sulfure d'hydrogène, de néon, d'oxygène, de phosphure d'hydrogène et de soufre. Cette composition est très proche de celle supposée de la nébuleuse planétaire qui aurait donné naissance au système solaire. Saturne a une composition similaire, mais Uranus et Neptune sont constituées de beaucoup moins d'hydrogène et d'hélium.

On pense également que l'atmosphère de Jupiter comporte trois couches de nuages distinctes. L'atmosphère externe de Jupiter subit une rotation différentielle, remarquée pour la première fois par Jean-Dominique Cassini en 1690. Photos de la planète Jupiter. La planète Jupiter. Les autres satellites, plus petits, sont, par ordre de distance croissante à la planète : Métis, Adrastée, Amalthée, Thébé, Léda, Himalia, Lysithée, Elara, Ananké, Carme, Pasiphaé et Sinopé. En 1999, un nouveau satellite a été découvert : Callirrhoé (S/1999/J1). Puis onze ont été découverts en 2000 : Thémisto, Kalyké, Iocasté, Érinomé, Harpalyké, Isonoé, Praxidiké, Mégaclité, Taygèté, Chaldéné (S/2000 J1 à J10) et S/2000 J11.

Fin 2001, douze nouveaux satellites ont été découverts : Autonoé, Thyoné, Hermippé, Eurydomé, Spondé, Pasithée, Euanthé, Calé, Orthosie, Euporie et Aitné (S/2001 J1 à J11). En 2002, un satellite a été découvert : Arché (S/2002 J1). En 2003, vingt-trois nouveaux satellites ont été découverts : S/2003 J1 à J23, portant leur nombre total à soixante-trois. Les satellites de Jupiter ont également fait l'objet de nombreuses découvertes (comme celle de volcans en activité sur Io). Photos : NASA/JPL Les anneaux : Les anneaux de Jupiter sont dynamiques. Revue de Presse : Liens :

Données sur les satellites joviens. Focus : Jupiter. Jupiter est la plus grosse planète du système solaire : elle pourrait contenir 1 300 fois la Terre, et sa masse représente 2 fois ½ celle des 8 autres planètes réunies. Composée d’hydrogène et d’hélium, Jupiter est une planète essentiellement gazeuse. Son centre pourrait toutefois comporter un petit noyau solide. Contrairement aux petites planètes du système solaire, elle a conservé son atmosphère primitive. Tourbillons, orages, éclairs, aurores polaires… Sa célèbre tâche rouge témoigne de nombreux phénomènes météorologiques.

Contrairement à la Terre, cette activité ne provient pas du Soleil mais probablement de la température interne de Jupiter, atteignant en son centre 30 000 °C. Jupiter, entourée de ses 4 plus grosses lunes : Io (gauche), Europe (centre), Ganymede (en bas au centre), et Callisto (en bas à droite). Au centre d'un système planétaire miniature, Jupiter entraîne dans son mouvement un cortège de satellites naturels et de fins anneaux. Google Earth Jupiter Time-Lapse Movie - Freeware.

Close x Important Information for Downloads Not yet registered? Registered users have access to the quickest possible download speeds and can also access additional community features such as our "Download Alert", which automatically notifies you when a new version of this software is available. Registration is both free and simple! Register Now Download Software Now In November 2000 a space probe took a few pictures of Jupiter.

NASA created a time-lapse movie using the pictures taken by the Cassini space probe. Interesting insight into the nature of Jupiter. This tool was recommended by SenYul Download.CHIP.eu provides safe and secure software. Publisher's Website: barnabu.co.uk Current User Rating Unfortunately there are no Reviews currently available for this download. Formation and evolution of the Solar System. This widely accepted model, known as the nebular hypothesis, was first developed in the 18th century by Emanuel Swedenborg, Immanuel Kant, and Pierre-Simon Laplace. Its subsequent development has interwoven a variety of scientific disciplines including astronomy, physics, geology, and planetary science. Since the dawn of the space age in the 1950s and the discovery of extrasolar planets in the 1990s, the model has been both challenged and refined to account for new observations.

The Solar System has evolved considerably since its initial formation. Many moons have formed from circling discs of gas and dust around their parent planets, while other moons are thought to have formed independently and later been captured by their planets. In roughly 5 billion years, the Sun will cool and expand outward many times its current diameter (becoming a red giant), before casting off its outer layers as a planetary nebula and leaving behind a stellar remnant known as a white dwarf. History[edit] Grand Tack Hypothesis. In planetary astronomy, the Grand Tack Hypothesis proposes that Jupiter traveled through the Solar System in the earliest 1–10 million years of the Solar System's existence, fundamentally altering the orbits of other planets as well as manipulating the orbits of asteroids.

Explanation[edit] It is proposed that Jupiter originated in an area 3.5 astronomical units (AU) away from the Sun (the planet is currently just over 5 AU from the Sun). The planet got entangled in the protoplanetary disk that prevailed at this time of the formation of the Solar System. Pulled towards the Sun, Jupiter drifted slowly inward, stopping at an orbit of about 1.5 astronomical units in diameter, probably halted by the influence of Saturn.[2] Scope of the Grand Tack Hypothesis[edit] The hypothesis can be applied to multiple phenomena in the Solar System. Mars Problem[edit] Asteroid belt[edit] Advocates[edit] See also[edit] References[edit] Atmosphere of Jupiter. Jupiter's swirling colorful clouds[1] The atmosphere of Jupiter is the largest planetary atmosphere in the Solar System. It is mostly made of molecular hydrogen and helium in roughly solar proportions; other chemical compounds are present only in small amounts and include methane, ammonia, hydrogen sulfide and water.

Although water is thought to reside deep in the atmosphere, its directly measured concentration is very low. The nitrogen, sulfur, and noble gas abundances in Jupiter's atmosphere exceed solar values by a factor of about three. The atmosphere of Jupiter lacks a clear lower boundary and gradually transitions into the liquid interior of the planet.[3] From lowest to highest, the atmospheric layers are the troposphere, stratosphere, thermosphere and exosphere. Each layer has characteristic temperature gradients.[4] The lowest layer, the troposphere, has a complicated system of clouds and hazes, comprising layers of ammonia, ammonium hydrosulfide and water. Specific bands[edit] Rings of Jupiter. Magnetosphere of Jupiter. Exploration of Jupiter. Moons of Jupiter. Ganymede: Meet the Largest Moon in our Solar System. Jupiter la planète protectrice. Données sur les satellites joviens. Données sur les anneaux de Jupiter. Recherche. L'exploration des planètes extérieures et des astres lointains.

Jupiter (planète) Planète Jupiter-Planète Astronomie : planètes et satellites du système solaire. La planète Jupiter. Documents consacrés à Jupiter. Google Earth Jupiter Time-Lapse Movie - Freeware.