background preloader

Article

Facebook Twitter

Robin

Le sport est-il nécessaire à la joie de vivre ? Les jeux olympiques d’hiver de Sotchi ont débuté vendredi et il m’a semblé intéressant de me poser cette question : le sport, ou l’activité physique, sont-ils nécessaires à la joie de vivre ?

Le sport est-il nécessaire à la joie de vivre ?

J’aurai envie de vous répondre oui, par simple expérience, mais je sais que cela ne suffira pas à convaincre les moins motivés d’entre vous. J’ai donc posé la question autour de moi et fouillé dans mes bouquins. Voici les arguments que j’ai pu lire ou entendre : Pour approfondir les bénéfices du sport sur la santé mentale. Publié le 19/10/2015 - Validé par le comité médical Les bienfaits du sport sur la santé mentale: Le rôle bénéfique de l'activité physique est reconnu tant comme complément au traitement dans la prise en charge des dépressions ou autres troubles psychologiques que comme moyen de prévention des maladies mentales.

Pour approfondir les bénéfices du sport sur la santé mentale

Faire du sport pourquoi. Pour se faire plaisir, et faire l’expérience de nouvelles sensations corporelles En effet, des études montrent que le plaisir est la première motivation chez les jeunes pour faire du sport ; cela est même prouvé scientifiquement puisque le plaisir que l’on prend lors d’une activité physique se traduit physiologiquement par la sécrétion d’endorphines ; l’activité physique a donc une activité calmante grâce à ces substances produites par le cerveau.

Faire du sport pourquoi

Pour se sentir bien, pour être en bonne santé. Le sport, prisme de l'intégration des handicapés dans la société: II. L'intégration à travers le sport. A) La popularité du sport Le sport structure une part importante de la société contemporaine.

Le sport, prisme de l'intégration des handicapés dans la société: II. L'intégration à travers le sport

Créateur d'évènements, il occasionne des rassemblements de masse et des manifestations qui offrent de véritable moment de convivialité et de partage entre les individus. Depuis le début du XXème siècle, le sport est passé d'une pratique personnelle relevant du domaine des loisirs à un phénomène social d'une ampleur considérable en raison de l'engouement collectif (avec ou sans pratique sportive) qu'il suscite. Dynamique Emotionnelle » Enquête sur le bonheur : résultats – 3ème partie ! …Suite et fin des résultats de notre enquête sur le bonheur !

Dynamique Emotionnelle » Enquête sur le bonheur : résultats – 3ème partie !

Après la première partie (lien), et la deuxième partie (lien), découvrons si le sommeil, le sport ou l’adoption d’un animal de compagnie peuvent avoir un impact sur votre niveau de bonheur ! Le sport… la course vers le bonheur ? 75% des personnes qui pratiquent une activité sportive régulière, au moins une fois par mois, ont un « indice bonheur » élevé ou très élevé, alors que ceux qui ne pratiquent jamais d’activité sportive sont seulement 50% à afficher un tel niveau de bonheur.

Pratiquer une activité sportive pourrait donc être une piste pour cultiver son bonheur. Le sport, idéal démocratique. Isabelle Queval, philosophe, est l’auteur de deux ouvrages consacrés au sport : S’accomplir ou se dépasser, essai sur le sport contemporain (Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard, 2004), et Le Sport - Petit abécédaire philosophique (Philosopher, Larousse, 2009).

Le sport, idéal démocratique

La Vie des Idées – Spectacle planétaire par excellence, plus encore peut-être que les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de Football capte l’attention des médias, constitue pour les grandes firmes l’occasion d’investissements et de profits conséquents et, ici ou là, détourne les opinions publiques des enjeux politiques ou économiques auxquels elles sont aujourd’hui confrontées. En un mot, la Coupe du Monde de Foot, est-ce encore du sport ? Isabelle Queval – La formulation même de votre question pointe la nécessité de définir avant tout ce qu’on entend par « sport ». Le Sport rend-il heureux ? Du bien-être de l’athlète aux vertus anti-dépressives du sport, l’Observatoire du Bonheur se penche sur ce qui se passe dans notre cerveau pendant l’effort Pas de doute, l’été 2012 sera placé sous le signe du sport : UEFA 2012 en football, Jeux Olympiques de Londres mais aussi les rendez-vous sportifs incontournables de tous les étés, du tennis au cyclisme… difficile d’échapper à ces évènements sportifs attendus avec impatience dans le monde entier par les athlètes et leurs supporters.

Le Sport rend-il heureux ?

Source de bonheur, celui de gagner, de se dépasser, voire de passion, mais aussi de déceptions, le sport n’en reste pas moins riche en émotions, tant pour le sportif qui le pratique que pour le supporter qui le regarde. Pourtant, nombreux sont les clichés des athlètes qui miseraient plus sur leurs muscles que sur ce qu’ils ont dans la tête pour réussir. Mais quels sont les effets réels du sport sur notre cerveau ? Les endorphines : de « l’extase du coureur » à la dépendance. Il n’est point de bonheur sans sport, Emmanuelle Bonnet-Oulaldj*

Il n’y a pas de sport sans temps libéré.

Il n’est point de bonheur sans sport, Emmanuelle Bonnet-Oulaldj*

Activité d’épanouissement personnel, le sport est résolument social et émancipateur, à condition qu’on le dégage de la politique du chiffre et du résultat. Dans un engagement sans faille, autant sportif que politique, de jeunes athlètes, hommes et femmes, affichent un bonheur éclatant, presque insolent. « Un parfum de bonheur » ou le nom d’une série de clichés de France Demay, ce jeune ouvrier des années 1930, parisien, sportif et photographe amateur, retrace la vie de ses pairs entre 1933 et 1939. Le sport contribue-t-il au bonheur ?