background preloader

CCF Bernachon

Facebook Twitter

Artisanat.info - Portail de découverte des métiers et de l’actualité de l’Artisanat. L'univers du chocolat et la confiserie à travers la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France. Le chocolat pour adultes ne connaît pas la crise - Biscuiterie, Confiserie, Petit Déjeuner. Est-ce parce que le chocolat est un antidépresseur naturel que les Français en consomment toujours plus ? Ou parce qu'en temps de crise, le plaisir est une notion refuge pour le consommateur ? Difficile à dire, mais il est certain que les industriels du secteur jouent la carte de l'innovation pour dynamiser le marché. Et s'il existe trois catégories distinctes au sein de cette famille, elles sont toutes égales devant la croissance. Ainsi, la première, celle de la tablette, s'arroge 36% du marché en volume, en progression de 5% en 2012, selon Nielsen. 912,8 M € Le chiffre d'affaires des tablettes de chocolat, à + 2,9% Répondre à toutes les envies Sur ce marché, l'objectif de la plupart des marques est de créer des innovations dans les recettes pour répondre à toutes les envies des consommateurs.

Cette année, plusieurs marques étoffent leur portefeuille de références. D'ailleurs, la stratégie de Milka pour toucher les adultes va bien au-delà de la tablette de chocolat. Sucré salé. Chambre Syndicale Nationale de la Confiserie. Les Français et les confiseries. 1. Des petits plaisirs, parce que je le vaux bien ! Le début de la fin pour le marasme et la déprime “made in France” ? À coup sûr, un sacré coup de pompe pour la culpabilité… Car, en manifestant leur envie de se chouchouter, les Français prouvent que l’estime de soi est une notion qui revient en force. Pour 39 % d’entre eux en effet, les petits plaisirs de la vie sont jugés “bien mérités”. Mieux, 28 % de nos compatriotes les estiment “trop rares”, et 32 % pensent qu’il en faudrait “tous les jours” ! Voilà une bonne nouvelle pour notre pays !

2. Quand le moral est au plus bas, un bonbon et ça redémarre ! Pour 41 % d’entre eux, les confiseries sont associées à “un petit plaisir bonbon (sic) pour le moral”… Une idée encore plus répandue chez les femmes (48 %) et chez les jeunes (48 % pour les moins de 35 ans). 3. Surprenants Français, jamais là où on les attend… Car lorsqu’on les interroge sur les confiseries, ils en profitent pour réconcilier sucré… et salé !

Lsa-conso. Au Royaume-uni, l'alimentation est à la fois un plaisir et une nécessité ! Mais bien manger est avant tout synonyme de santé plus que de partage et de convivialité ! Les consommateurs britanniques accordent actuellement une vraie confiance dans la qualité des produits alimentaires et se disent peu inquiets de l'impact des aliments sur leur santé. Pourtant, les Britanniques aspirent à des produits sains et à des repas équilibrés. Côté innovation, ils sont motivés par les thèmes portant à la fois sur la naturalité et sur des produits simples, peu transformés et respectueux de l'environnement !

Alimentation au Royaume-Uni : les comportements des consommateurs à la loupe Source TNS Sofres. Approcher le consommateur au Royaume Uni. Le Royaume-Uni est caractérisé par une société de consommation de masse, même si les prises en compte écologiques et responsables progressent. Les principaux facteurs influençant un achat sont le prix, la qualité, le design, la marque ou les avantages environnementaux. Le service aprés vente peut aussi être considéré, et les réclamations sont courantes. Les Britanniques font de plus en plus leurs achats sur internet, mais en 2017 les magasins physiques ont de nouveau attiré des consommateurs. Alors que les 5 années précédentes Amazon était le premier détaillant, en 2017 il est passé 4ème et a laissé sa place à M&S.

Le pays connait aussi un retour des magasins discounts de type Aldi. La fidélité à une marque dépendra souvent du prix. Les pratiques éthiques et environnementales des entreprises ont de plus en plus d'importance. Distribution. - Le Chocolat, du luxe à la démocratisation. B. La production mondiale du chocolat. Introduction Pour avoir du chocolat, il faut du cacao. Or, les producteurs ne sont pas les mêmes que les consommateurs. C'est à dire que la production du cacao se fait essentiellement dans les pays du Sud qui ne consomment pas du chocolat. Ensuite, les fèves de cacao sont exportées dans les pays consommateurs où se poursuit la production. 1. L'élément clef du chocolat est le cacao. Le cacao est cultivé principalement en Afrique de l'Ouest, en Amérique Latine et en Asie. Les huit plus grands pays producteurs de cacao sont à présent, dans l'ordre croissant, la Côte d'Ivoire qui représente 38% de la production, le Ghana qui en représente 21%, l'Indonésie avec 13%, le Nigeria et le Cameroun avec 5%, le Brésil avec 4%, l'Équateur avec 3% et la Malaisie avec seulement 1%.

Ensemble, ils représentent 90% de la production mondiale. 2. Les principaux producteurs sont également et de manière logique les exportateurs les plus importants de fèves de cacao. 3. Le chocolat : des milliards d’euros en petits carrés noirs. Alors que s’est ouvert le Salon du chocolat à Paris, le marché mondial est en expansion, tiré notamment par l’Asie. La France, leader mondial de la consommation de chocolat noir, voit cependant ses ventes marquer le pas.

Les pays émergents et leurs milliards de consommateurs sont déjà la chance de bien des secteurs économiques, de l’industrie automobile aux artisans du luxe, en passant par la viticulture… Demain, ils devraient faire le bonheur des… chocolatiers. Le Salon du chocolat, qui s’est ouvert le 30 octobre 2013 à la Porte de Versailles à Paris, et qui fermera ses portes le 3 novembre, est l’occasion de faire le bilan sur un marché en pleine expansion au plan mondial. Selon les chiffres fournis par le Salon du chocolat à l’occasion de son opus 2012, la consommation mondiale de cet or noir s’élève à près de 3 millions de tonnes par an. Locomotives de cette expansion chocolatée : les pays émergents et notamment ceux d’Asie. La consommation française stagne.