background preloader

Réflexions

Facebook Twitter

Architecture scolaire : Le regard inquiétant de l'ergonome sur nos classes. Les écoles sont-elles adaptées au corps des enfants ? Ou au contraire posent-elles des problèmes de santé ? Ergonome, Catherine Bonnety travaille en entreprise à améliorer l'adaptation des postes de travail à la santé des salariés. Mais c'est aussi une mère de famille qui visite école et collège. Sans que ces visites puissent représenter une étude représentative, les constatations de C Bonnety mettent ce que nous savons tous dans une perspective de santé qui intéressera les élus des CHSCT et les enseignants en général, sans parler des parents... Rencontrée au congrès de l'AFPSSU, une association qui regroupe des infirmières, assistantes sociales et médecins scolaires, Catherine Bonnety, ergonome, croise pour nous ses constatations dans une école et quelques collèges avec les normes de santé existantes.

A défaut d'ergonome au sein de l'éducation nationale, et sans prétendre faire des ces constations une véritable enquête officielle, les constatations de C Bonnety interrogent l'Ecole. Architecture scolaire et numérique : Comment les apparier ? Comment permettre le développement des usages numériques dans les bâtiments scolaires ? La Mission Ecoter, une association regroupant collectivités territoriales et entreprises, organisait le 17 mai un colloque réunissant spécialistes, élus, universitaires et architectes. Bien au delà des questions techniques, le colloque a abordé les questions pédagogiques avec en toile de fond l'idée que l'architecture scolaire pouvait changer la façon d'apprendre.

Le numérique va-t-il réellement changer nos salles de classe ? Une école qui résiste "L'espace de l'école est ce qui a le moins changé depuis l'Antiquité". Pascal Charvet, ancien directeur de l'Onisep et vice-recteur de Polynésie sait de quoi il parle. Spécialiste de l'Antiquité il a fait entrer le numérique à l'Onisep et a connu en Polynésie des structures scolaires diverses , certaines adoptant l'école à l'américaine. La nouvelle école numérique Fablabs et établissements ouverts... M Martin et H Debieve représentaient les donneurs d'ordre. Collèges connectés : Quel impact réel ? " Dans les collèges connectés depuis le début de l’expérimentation, la proportion d’enseignants qui font utiliser les outils numériques par leurs élèves est plus développée qu’ailleurs.

Cette utilisation des outils numériques est liée, dans la plupart des disciplines, à des pratiques pédagogiques qui incitent les élèves à être acteurs de leurs apprentissages". A l'appui de cette affirmation, la Depp, division des études du ministère de l'éducation nationale, calcule de nouveaux indices, " indices de dotation en matériel, d’impulsion fournie et de formations en lien avec le numérique", ainsi qu'un "indice synthétique d’écosystème numérique". Plus concrètement, il en ressort que les "collèges connectés" sont mieux dotés en matériel numérique. Les 72 collèges connectés (23 lancés en 2013 et 49 en 2014) bénéficient d'une dotation matérielle supplémentaire et de fonds pour acheter des ressources numériques pour les enseignants. F Jarraud Etude Un collège connecté. Grandir connectés : Les adolescents face à Internet.

Que sait-on de l'impact d'internet et du numérique sur la culture des adolescents ? Surtout ce que nous disent les mythes urbains, comme celui des Digital Natives. Maitre de conférence à l'université de Rouen et formatrice Espe, Anne Cordier y est allé voir de plus près. Une enquête ethnographique auprès de collégiens et de lycéens lui permet de proposer un autre rôle pour les enseignants. Face aux jeunes qui "grandissent connectés" , le professeur a encore toute sa place pour peu qu'il veuille la prendre... L'ouvrage d'A Cordier a une qualité rare pour un livre de sociologie de l'éducation : il se lit très facilement.

Son premier point de départ c'est de confondre les mythes urbains sur les rapports au numérique des adolescents. Si le numérique fait totalement partie de la vie des adolescents, elle montre que son accès e négocie en famille et s'ouvre avec l'âge. Toute la dernière partie est consacrée à l'action. François Jarraud. Les jeunes sont-ils trop branchés ? Une école Archicl@sse. Pour une architecture scolaire numérisée Qui oserait prétendre que l’Éducation nationale n'a pas le sens des priorités ?

Le numérique, par exemple : ne révolutionne-t-il pas les façons d’apprendre ? C’est donc très logiquement que la Direction du numérique pour l’éducation a engagé une profonde et utile réflexion sur l’architecture scolaire afin justement de « faire entrer l’école dans l’ère numérique ». Un dossier1 vient d’être publié en fin d’année dernière et présenté au salon des nouvelles technologies à l'école : le projet Archicl@sse. Pour nous convaincre de l’urgence à combler notre retard, ce dossier nous présente les photos accusatrices, en noir et blanc bien sûr, d’une école française d'après-guerre, avec ses tableaux noirs, ses craies, ses porte-plumes et ses encriers, école inspirée, selon un Michel Foucault, « de l'architecture industrielle […] et de celle des couvents et des prisons. » Pire : on trouve dans ce dossier les photos accablantes des écoles aujourd'hui.

@loysbonod. Prof censuré par l'Education nationale : peut-on encore être contre le numérique à l'école ? FIGAROVOX/TRIBUNE - Un professeur qui avait critiqué la politique numérique de l'Education Nationale a été contraint de fermer son blog. Pour Jean-Rémi Girard, les nouvelles technologies ne remplaceront jamais les savoirs fondamentaux. Jean-Rémi Girard est Secrétaire national à la pédagogie du SNALC-FGAF. Alors qu'un de mes collègues, pourtant croyant et pratiquant en la matière, s'est vu menacer d'une sanction pour avoir écrit un article de blog pointant du doigt l'«illusion technologique» au sein de notre institution, on en vient à se demander si, à l'Éducation nationale, on est encore capable d'esprit critique face à la question du numérique et de son utilisation.

Du TO7 à la tablette: c'est un peu le parcours du numérique dans les établissements scolaires. Un parcours aberrant, fou et… très, très coûteux. Je vais donc le dire clairement: la stratégie numérique éducative de l'État et des collectivités est délirante. Numérique à l’école, quels résultats ? Tablettes, tableaux interactifs, ordinateurs… Les nouvelles technologies font désormais partie de l’environnement scolaire pour certains élèves. Révolutionnaires pour les uns, gadgets pour les autres, l’efficacité de ces nouveaux outils fait débat. À la rentrée 2016, tous les élèves de 5e seront équipés d’une tablette numérique. François Hollande l’a réaffirmé lors de son intervention télévisée du jeudi 6 novembre.

Cette mesure constitue le premier volet du plan pour le numérique à l’école annoncé au mois de septembre par le chef de l’État. En développant l’usage des nouvelles technologies en classe, le gouvernement entend à la fois combler le retard de la France et lutter contre l’échec scolaire. Ces nouveaux outils sont censés améliorer un système éducatif jugé peu performant par les enquêtes internationales. >A lire aussi : L’école veut combler son retard numérique Aujourd’hui, le numérique est porteur d’une promesse de changement. À lire aussi ►Quel modèle ? ►Un outil avant tout. Le numérique à l'école. Quel sens donner au numérique à l'école.

C’est couru d’avance. De la loi de refondation de l’école en discussion depuis hier soir à l’Assemblée nationale, on risque fort de ne retenir que l’écume : à savoir le débat sur les rythmes scolaires.Il y a pourtant tant d’autres choses à dire sur ce texte, prévu pour être adopté par le Parlement, au plus tard début juillet. Le numérique par exemple. Vincent Peillon en a fait un des piliers de sa refondation, plaidant pour une « stratégie numérique globale », afin, -c’est le ministre qui parle- de « faire entrer l’école dans le XXIe siècle ». En quoi consiste cette stratégie ? Bernard Stiegler, Pierre Moeglin et Marianne Baby J-C F © Radio France L’objectif est ambitieux : il s’agit de rendre l’institution plus efficace en réduisant les inégalités, via notamment la mise en place d’un service public de l’enseignement numérique.

Autrement dit, l’école doit se réapproprier un domaine qui lui échappe. Toutes ces intentions semblent frappées au coin du bon sens. Suivez-nous aussi sur : "Le numérique à l'école primaire, une vaste farce" J'assiste amusé et quelque peu agacé aussi aux grands discours récurrents du ministère de l'Education nationale sur la place du numérique et de l'informatique dans les écoles.

Discours lénifiant quand on fait le bilan sur le terrain. Regardez par exemple cette vidéo... Comme vous le savez sans doute, les écoles élémentaires (bâtiments, équipements...) sont sous la responsabilité des communes avec sans doute de forte disparités d'une ville à l'autre pour l'informatique. Mais le constat qui ressort le plus souvent dans mes échanges avec des collègues de tous horizons, est le suivant: nous avons du matériel qui date de Mathusalem, que personne n'a le temps d'entretenir, de mettre à jour...

Faire de l'informatique dans une école élémentaire relève souvent de l'exploit Sur le terrain, il n'en est rien. Résultat: faire de l'informatique dans une école élémentaire relève souvent de l'exploit. Le facteur humain n'aide pas, mais pas du tout. Le numérique, nouvelle illusion scolaire ? C'est qu'en effet «le tsunami numérique» (selon le titre de l'ouvrage d'Emmanuel Davidenkoff) commence à déferler et devrait bouleverser l'éducation : «Cours en ligne, multiformation, délocalisation des diplômes, bouleversement de la rémunération des enseignants - mais aussi de leur évaluation : tout va changer, tout change», écrit en écho Christophe Barbier dans l'Express. Un bouleversement dont certains se réjouissent : «Ça va faire des profs d'université jaloux de leurs cadets, ou des docteurs moins gradés mais plus pédagogues, et ça va mettre un coup de pied au cul à l'université française et à son corps enseignant, ce qui ne leur fera pas de mal !»

Qui dit cela ? L'école serait donc en retard, l'un des lieux de résistance occupés par ceux qui ne savent pas vivre avec leur temps. L'usage du numérique et des tablettes à l'école constitue-t-il vraiment une priorité ? Les élèves connaissent les nouvelles technologies souvent mieux que les professeurs.

Numérique : On équipe, qu'ils se débrouillent.