background preloader

Lycée

Facebook Twitter

Le nouveau lycée en un coup d'oeil. Mise-en-oeuvre-de-la-reforme-du-lycee_212229.pdf. Lycée, réforme du lycée, projet gouvernemental, Luc Chatel, enseignement secondaire, lycée général, lycée professionnel, baccalauréat - Lycées : un constat partagé mais une réforme contestée. Versailles (78).

Lycée, réforme du lycée, projet gouvernemental, Luc Chatel, enseignement secondaire, lycée général, lycée professionnel, baccalauréat - Lycées : un constat partagé mais une réforme contestée

Classe de math. sup. Cours de physique. © La Documentation française Photo : Samuel Bollendorff/L’Oeil Public En dépit d’un large consensus sur le constat des points faibles du lycée, la nouvelle réforme présentée par le ministre de l’éducation ne fait pas l’unanimité. Quelles sont les principaux axes de cette réforme et les orientations rejetées par certains représentants des lycéens et des enseignants ? Le contexte de la réforme Il existe un large consensus sur les points faibles constatés dans l’organisation actuelle du lycée.

La suprématie excessive de la série scientifique (série « S ») par rapport aux autres séries d’enseignement général (série économique et sociale « ES » et série littéraire « L »), les inégalités en termes d’orientation (manque de « passerelles », inégal accès à l’information, etc.), le manque d’aide individualisée, l’inefficacité du redoublement. Les principaux axes de réforme Faciliter les réorientations. Mieux accompagner les lycéens. Premier bilan pour la réforme du lycée. Alors que l'on attend toujours le rapport d'évaluation sur la réforme du lycée conduite par Luc Chatel, une nouvelle étude réalisée par l'enseignement catholique dresse un bilan de la réorganisation du lycée.

Premier bilan pour la réforme du lycée

Il est publié 5 ans après le lancement de la réforme. Mais aussi alors que la réforme du collège emprunte des éléments à celle du lycée, comme l'accompagnement personnalisé. Si la réforme du lycée semble ne pas avoir atteint les objectifs qui lui étaient assignés, ce bilan éclaire les difficultés que peut poser une réforme. Même quand elle part avec de bonnes idées... Cinq ans après le lancement de la réforme du lycée, l'étude menée par le département Education de l'enseignement catholique bénéficie d'un recul suffisant pour juger une réforme arrivée à maturité.

Pas de rééquilibrage des filières La réforme Chatel avait promis de rééquilibrer les filières. L'accompagnement personnalisé, un dispositif approuvé et critiqué Des enseignements d'exploration réintégrés dans les disciplines. Le bac pro, caillou dans la chaussure de l'Education nationale. L'extraordinaire progression du bac professionnel s'accompagne d'un changement radical du comportement de ces bacheliers.

Le bac pro, caillou dans la chaussure de l'Education nationale

Le bac pro a changé d'identité. D'un diplôme de fin d'études signifiant une qualification professionnelle, il est devenu une porte d'accès à l'enseignement supérieur. Les bacheliers professionnels posent la redoutable question de la démocratisation de l'enseignement supérieur. Panique à bord ! La marée de bacheliers professionnels, 119 000 en 2010 et 190 000 en 2014, vient cogner à la porte de l'enseignement supérieur.

Des jeunes à profil particulier Or ces jeunes ont des profils particuliers. Mais leur arrivée en BTS s'accompagne d'une forte lassitude des enseignants des STS mis devant un défi pédagogique totalement nouveau. La tentation de la relégation Alors, cette arrivée des bacheliers professionnels pose un autre défi à l'éducation nationale : celui du coût. Un décret institue le droit au redoublement après un échec au bac ou au BTS. Publié au Journal officiel du 27 octobre, un décret reconnait le droit aux bacheliers de redoubler dans leur établissement.

Un décret institue le droit au redoublement après un échec au bac ou au BTS

Il organise aussi le maintien des notes permettant ainsi de passer la bac par étapes. Ces deux dispositions sont applicables à compter de la rentrée 2016. " Tout élève ayant échoué à l'examen du baccalauréat, du brevet de technicien, du brevet de technicien supérieur ou du certificat d'aptitude professionnelle se voit offrir, à la rentrée scolaire qui suit cet échec, en vue de préparer cet examen, le droit à une nouvelle inscription dans l'établissement dont il est issu, le cas échéant selon des modalités adaptées au niveau des connaissances et compétences qu'il a acquises dans les matières d'enseignement correspondant aux épreuves de l'examen.

Ce droit ne s'exerce qu'une seule fois. Reste à appliquer le droit au redoublement. On sait que chaque année le placement des redoublants pose problème dans nombre de lycées voire au niveau départemental. F Jarraud.