background preloader

Evaluation scolaire

Facebook Twitter

Bruno Devauchelle : Evaluer avec le numérique. Pour faire suite à notre précédente chronique, voici une autre manière de regarder la question : et si on numérisait l'évaluation ?

Bruno Devauchelle : Evaluer avec le numérique

Quel enseignant n'a pas rêvé, le dimanche soir en fin de vacances devant sa pile de copie ou après avoir reçu les 180 copies de l'examen blanc, de mettre ses copies "dans la machine" et de récupérer les corrections et même les notes et appréciations ? Fiche8542. Canopé Créteil - L'évaluation d'école et ses enjeux. Partager cette page.

Canopé Créteil - L'évaluation d'école et ses enjeux

Peut-on changer l'évaluation ? Les pratiques d'évaluation sont-elles contestables ?

Peut-on changer l'évaluation ?

Sans aucun doute. D'ailleurs elles sont de plus en plus souvent mises en doute par les enseignants eux-mêmes. Une véritable révolution silencieuse a eu lieu déjà au primaire et des pratiques nouvelles apparaissent au collège. La machine politique lancée par B. Classes sans notes : Bilan mitigé. Quel bilan dresser des classes sans notes ?

Classes sans notes : Bilan mitigé

C'est ce qu'a tenté l'académie de Poitiers à travers une enquête officielle auprès des enseignants et des collégiens. L'enquête montre que l'impact de cette révolution pédagogique est moins important que prévu. Du coté des enseignants, " en termes d’apprentissage, 57% pensent que les effets sont négligeables", écrit l'académie. "74% pensent qu’en termes de comportements cette nouvelle modalité d’évaluation a eu des effets positifs : les élèves se montrent plus calmes, moins angoissés, font preuve de plus de civisme et ont une meilleure estime d’eux mêmes. D’ailleurs 66% pensent que cette nouvelle modalité d’évaluation a entraîné des effets en termes de développement de l’estime que les élèves ont d’eux-mêmes". Du coté des élèves, "si la majorité des élèves ne discerne pas de changement (sur l'atmosphère de classe) avec ou sans notes, ceux qui le perçoivent notent une amélioration de tout cela.

La Conférence sur l'évaluation écarte la question des notes. "La question du système de notation est un faux problème".

La Conférence sur l'évaluation écarte la question des notes

Etienne Klein, président du "jury" constitué pour la Conférence nationale sur l'évaluation, a annoncé que l'idée de supprimer les notes ne ferait pas partie des recommandations du jury. La seconde journée de la Conférence, le 12 décembre, a alterne réalisations d'établissements et interventions d'experts. Une seule question a été sérieusement traitée : celle de la docimologie. Evaluation : Spécificités françaises et débat politique. Quel degré de surprise dans les décisions ministérielles sur l'évaluation à l'école et au collège rendues publiques le 30 septembre ?

Evaluation : Spécificités françaises et débat politique

Le Café pédagogique en a révélé les grandes lignes le 28 septembre. Mais sans doute convient-il de revenir sur les spécificités de l'évaluation en France. Pour cela, le rapport remis par le Cnesco en décembre 2014, apporte des éclairages intéressants. Ces pistes seront-elles suivies par la ministre ? Noter de 1 à 4 ? Quel avenir pour le B2i ? C'est le grand absent des débats sur l'évaluation.

Quel avenir pour le B2i ?

Pourtant le B2i a révolutionné l'évaluation en proposant pour la première fois dans le système éducatif français, en 2000, une évaluation par compétences. Réformé en 2013, étendu , en théorie, jusqu'au lycée, le B2i est absent des projets de textes sur l'évaluation qui ont circulé récemment. Evaluation : Le Conseil supérieur de l'éducation adopte les textes sur l'évaluation. C'est le dernier point de la réforme de l'école obligatoire.

Evaluation : Le Conseil supérieur de l'éducation adopte les textes sur l'évaluation

Quelques jours après un vote négatif sur les nouveaux programmes, le Conseil supérieur de l'éducation a adopté le 15 octobre les textes définissant l'évaluation du cyclé 1 au cycle 4. Quelques modification ont été acceptées par le ministère qui ne rendent pas toujours plus clairs des textes compliqués. Au final, le brevet sera quasiment accordé aux élèves ayant validé le socle au contrôle continu. " Les nouveaux bulletins et livrets présentés à la presse le 30 septembre sont-ils vraiment ceux que les parents verront ?

Pas sûr", écrivions-nous le 30 septembre. L'évaluation par compétences : Une solution pour lutter contre les inégalités sociales à l'école ? "On livre des pistes intéressantes.

L'évaluation par compétences : Une solution pour lutter contre les inégalités sociales à l'école ?

Je suis convaincu qu'il faut sortir du système de notation dont on connait les biais". Pour Pascal Huguet, directeur de recherches au CNRS - Sciences cognitives), qui a livré de premiers résultats d'une enquête menée dans l'académie d'Orléans Tours, il n'y a pas de doute : l'évaluation par compétences doit s'imposer pour faire reculer les inégalités sociales à l'école. Interrogé par le Café pédagogique, il partage les conclusions de ses travaux qui continuent à poser des questions. Difficile de parler d'une étude qui n'est ni publiée ni même rédigée. Pour en savoir plus force est de se tourner vers son directeur, Pascal Huguet, directeur de recherche au Laboratoire de Psychologie Cognitive (LPC) à l'Université de Provence. Evaluation : Une question politique ?

Sept pistes pour réformer l’évaluation des élèves. YouTube - Broadcast Yourself. DOCUMENT. Un bulletin scolaire sans notes, ça ressemble à quoi? Evaluation : Une ministre dans l'impasse. Qu'est-elle allée faire dans cette galère ?

Evaluation : Une ministre dans l'impasse

C'est peut-être ce que se dit N Vallaud Belkacem après avoir réceptionné le 13 février le rapport du jury de la conférence nationale sur l'évaluation. Un rapport "qui fera date", dit la ministre. Mais elle réserve ses décisions pour avril . La ministre veut aller vers "une évaluation positive des acquis des élèves". Elle veut "abandonner un système qui décourage les élèves et accentue le déterminisme social". De Benoit Hamon à Najat Vallaud-Belkacem. Education : Les notes conservées à l’école. Non, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, ne supprimera pas les notes à l’école.

Fin donc d’un long suspense. Faut-il voir dans cette décision un énième effet Charlie ? Sans doute. Inégalités scolaires : les chiffres qui démontrent l'ampleur du problème. Accablant ! Le dernier rapport publié par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), un organisme rattaché au ministère de l'Education nationale, a de quoi inquiéter le gouvernement. Car il décrit en substance un système miné par les inégalités sociales, que ce soit en termes de résultats, d'orientation, d'obtention des diplômes ou d'insertion dans la vie active. Le pire, c'est que selon ce rapport les injustices ont progressé en France au cours des 15 dernières années, alors qu'elles ont reculé à l'étranger. Et pourtant, les gouvernements successifs ont multiplié les réformes en vue de réduire ces inégalités, via notamment un soutien aux établissements considérés comme "prioritaires" ou encore la mise en place de dispositifs de suivi individualisé des élèves.

Alors pourquoi cet échec ? La France donne moins à ceux qui ont moins Les établissements d'éducation prioritaire sont durement pointés du doigt, accusés de dispenser un enseignement de moins bonne qualité. Comment le système éducatif français aggrave les inégalités sociales. Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) dévoile, mardi, deux ans de travaux sur l’école.

Le bilan est désastreux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Des inégalités sociales à l’école, produites par l’école elle-même… C’est la démonstration que fait le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), en rendant publiques, mardi 27 septembre, les conclusions d’une vingtaine de rapports. Tout un spectre de la recherche – des sociologues aux économistes, des didacticiens aux psychologues, français et étrangers – a été mobilisé deux années durant, pour interroger ce mythe de l’égalité des chances dans notre système éducatif. Et rendre plus transparente la fabrique de l’injustice scolaire. Ce n’est pas la faute de l’enseignement privé, dont la responsabilité a encore été pointée du doigt, récemment, dans nos colonnes, par l’économiste Thomas Piketty, en tout cas concernant Paris.

La politique des ZEP en cause Réquisitoire sévère.