background preloader

Entreprise libérée

Facebook Twitter

Favi, l’usine qui tourne sans chefs. Posée comme un ovni au milieu des champs, à Hallencourt, commune coincée entre Amiens et la baie de Somme, l’usine Favi – Fonderie et ateliers du Vimeu – tourne sans discontinuer au rythme des trois huit.

Favi, l’usine qui tourne sans chefs

Il est 13 heures pile : le moment précis où l’équipe de l’après-midi doit, comme chaque jour, prendre le relais. En fait, dans le grand hangar éclairé aux néons, tous les opérateurs sont déjà en place, installés devant leurs machines depuis cinq bonnes minutes. «Ça a commencé avec le retrait des pointeuses, explique l’un d’eux. Quand il y en avait, tout le monde faisait la queue et on commençait plus tard.» Bienvenue chez Favi, la PME qui laisse ses ouvriers se débrouiller tout seuls. “L’homme est bon.” Embauché en 1984 comme dessinateur industriel, ce fidèle poursuit l’œuvre de son prédécesseur et mentor, Jean-François Zobrist.

La philosophie Favi s’applique évidemment au-delà de ces symboles. Leaders cooptés. Ces chefs-qui-n’en-sont-pas-vraiment ont-ils l’autorité suffisante ? Chez Gore-Tex, chaque salarié est son propre manager. Dans l’art de la torture, Yannis est une référence qui inspire le respect à ses pairs.

Chez Gore-Tex, chaque salarié est son propre manager

Et quand on voit le gaillard à l’œuvre, on comprend mieux pourquoi. Les traits tendus, le geste sûr, il arrache sa victime aux entrailles d’une machine bruyante qui l’a éreintée pendant des heures pour lui faire subir l’épreuve de la «rain tower» (la tour de la pluie). «C’est un peu le moment de vérité, ça passe ou ça casse», explique Yannis avec un petit sourire en coin. C’est passé : elle s’en est sortie. Pour cette chaussure de randonnée, qui aura bien mérité son label Gore-Tex garantissant à l’acheteur un tissu à la fois parfaitement imperméable et respirant, c’est la fin du cauchemar. Autonomie à la base. Bienvenue chez Gore ! Un PDG et des leaders élus. Référence mondiale. Une libération de la créativité. Dès 1958, la société familiale de Newark, aux Etats-Unis, fabrique des isolants de câbles électroniques. Une culture déstabilisante. Des greffes délicates. Les 7 points qui différencient une entreprise libérée d’une organisation classique.

Organisation Le 28/05/2015 Quel que soit le domaine ou le secteur d’activité dans lequel elles évoluent, les entreprises libérées ont des points communs. A priori, au moins sept. C’est ce que m’a permis de découvrir un travail de recherche conduit dans un cadre associatif (www.mom21.org). Les identifier permet de comprendre à quoi tente de répondre l’entreprise libérée mais aussi, en creux, ce qui peut dysfonctionner dans les entreprises industrielles. 1- Allier bien-être au travail et productivité La souffrance au travail a un coût : le coût du stress a été évalué à 3,8 % du PIB par des études européennes, soit entre 3 et 3,5 millions de journées de travail perdues. 2- Une vision portée par un leader charismatique exemplaire et humble.

NOS BELLES HISTOIRES #20 : IMMONANTES, UN PROJET CO-CONSTRUIT. Après 3 ans d’engagement dans notre démarche de libération, le Chemin de la Confiance, voici venu le temps d’écrire nos belles histoires.

NOS BELLES HISTOIRES #20 : IMMONANTES, UN PROJET CO-CONSTRUIT

Nous, collaborateurs IMATECH avons envie de vous raconter notre vécu et de vous transmettre notre expérience. Un nouveau défi s’ouvre à nous : Réunir géographiquement 2 filiales nantaises (IMA Technologies et IMA Protect) sur un seul site d’exploitation. Ensemble, nous allons définir et construire notre nouvel espace de travail ! Dès son annonce, la grande nouvelle se partage très vite et suscite un enthousiasme immédiat. Nous sommes ravis de pouvoir participer à la définition de ce projet immobilier hors normes. Ce dernier remonte à 2008. Or aujourd’hui, nous le sommes et, une entreprise libérée, ça déménage en termes d’idées et d’envies !

En 15 jours, les propositions couvraient tous les domaines du bien-être, de l’écologie, de la restauration, de la lumière, de la prise en charge du handicap, de l’envie de nature… Ainsi chez IMATECH : Une entreprise libérée, c'est quoi ? La spirale de Don Beck : êtes-vous bleu, rouge ou vert ? Patrice van Eersel.

Inventée dans les années 1960 par le psychosociologue américain Clare W.

La spirale de Don Beck : êtes-vous bleu, rouge ou vert ? Patrice van Eersel

Graves, elle a été popularisée trente ans plus tard par son élève Don Beck, autant en psychothérapie que dans le management ou la diplomatie. Elle découpe l’évolution de la conscience en stades successifs, symbolisés par des couleurs et représentant les étapes par lesquelles tout le monde passe nécessairement. Le nourrisson est entièrement mû par ses pulsions vitales – comme les hordes primitives. Le petit enfant découvre la magie du monde – comme les tribus chamaniques. Il affirme ensuite son ego avec agressivité – comme les royaumes guerriers. Bien des problèmes, personnels ou collectifs, viennent de ce que les humains n’en sont pas aux mêmes stades et qu’il est impossible de brûler les étapes.