background preloader

NTIC

Facebook Twitter

Reconnaissance faciale : une start-up analyse les photos des réseaux sociaux pour la police américaine. Pouvoir comparer en quelques instants une photographie avec une base de données de plus de trois milliards de photographies publiées par tout un chacun sur les réseaux sociaux : la promesse a séduit six cents services de police aux Etats-Unis.

Reconnaissance faciale : une start-up analyse les photos des réseaux sociaux pour la police américaine

Cet outil est proposé par Clearview, discrète start-up américaine à laquelle le New York Times a consacré une longue enquête, parue le 18 janvier. Sans titre. Google a annoncé, mardi 14 janvier, se donner deux ans pour éliminer de son navigateur les cookies des sites Internet, ces petits modules électroniques d’identification – dénoncés par les militants de la protection de la vie privée – qui suivent les utilisateurs sur la Toile pour mieux cibler la publicité.

sans titre

Le géant du Web a fait savoir que son programme Privacy Sandbox, lancé en août 2019, permettrait néanmoins toujours aux annonceurs de diffuser des messages ciblés, tout en évitant aux internautes d’être suivis par ces témoins de connexion lorsqu’ils utilisent le navigateur Google Chrome. L’objectif est de rendre les cookies de sites tiers (qui ne proviennent pas du navigateur utilisé mais du site visité) « obsolètes » d’ici à « deux ans », a écrit dans un billet de blog Justin Schuh de Chrome Engineering.

Lire aussi : Cookies, mouchards…, comment vous êtes suivis sur Internet Lire aussi Google modifie l’algorithme de son moteur de recherche en français. Vidéosurveillance : la CNIL épingle plusieurs établissements scolaires. Ce dossier figurait parmi les priorités 2019 de Marie-Laure Denis, la nouvelle présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), comme elle l’expliquait au Monde en avril. « Nous contrôlerons le respect des nouveaux droits des mineurs, notamment (…) la vidéosurveillance dans les écoles », expliquait celle qui venait alors d’être nommée successeure d’Isabelle Falque-Perrotin.

Vidéosurveillance : la CNIL épingle plusieurs établissements scolaires

Dont acte. Mercredi 18 décembre, la commission a annoncé la mise en demeure de plusieurs établissements scolaires en France qui ne respectent pas, selon elle, les règles en vigueur encadrant l’utilisation des caméras de surveillance. La CNIL, contactée par Le Monde, ne souhaite pas préciser le nombre exact d’établissements concernés, ni les communes où ils sont situés. Mais elle précise que ces mises en demeure ont été prononcées après réception en 2018 de « vingt-cinq plaintes en matière de vidéosurveillance dans des écoles, collèges ou lycées ».

Michaël Szadkowski. « Civic tech » : la CNIL appelle à la vigilance. La CNIL plaide pour un « code de la route » de la reconnaissance faciale. Article réservé aux abonnés Alors que les questions sur la reconnaissance faciale se font plus prégnantes et les velléités gouvernementales en la matière plus précises, le gendarme français de la vie privée cherche à se faire entendre.

La CNIL plaide pour un « code de la route » de la reconnaissance faciale

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) publie, vendredi 15 novembre, un document inédit dans lequel elle détaille ce qu’elle estime être les règles du jeu du débat public à venir autour de cette technologie. L’autorité indépendante chargée de la protection des données personnelles sent que les choses s’accélèrent et n’aimerait pas être ignorée. La surveillance des réseaux sociaux contre la fraude fiscale adoptée à l’Assemblée. Une voiture de luxe sur une photo Instagram ?

La surveillance des réseaux sociaux contre la fraude fiscale adoptée à l’Assemblée

Des vacances au bout du monde racontées sur Facebook ? Marseille, Nice, Saint-Etienne : les semonces de la CNIL face à des nouveaux projets sécuritaires. Coup de froid sur la smart city ?

Marseille, Nice, Saint-Etienne : les semonces de la CNIL face à des nouveaux projets sécuritaires

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) vient de sévèrement tacler deux projets sécuritaires : le premier concernant des portiques biométriques destinés à deux lycées à Nice et à Marseille, le second au sujet d’un réseau de micros déployés dans les rues de Saint-Etienne. Le gendarme des données personnelles a d’abord fait parvenir, vendredi 25 octobre, une missive aux rectorats de Marseille, de Nice ainsi qu’au président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA). Dans son courrier, révélé par Mediapart, la commission étrille le projet d’équiper le lycée des Eucalyptus, à Nice, et Ampère, à Marseille, de portiques de reconnaissance faciale destinés à filtrer à l’entrée les élèves volontaires. Même si elle peut prendre des sanctions une fois le projet lancé, la CNIL n’avait pas à l’autoriser formellement en amont. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas été convaincue. TikTok, nouvel ennemi public numéro un. Publicité, hébergement, open-source : comment le Web est devenu dépendant des GAFA.

Beaucoup a été écrit sur la dépendance de l’internaute moyen aux services gratuits, performants et pratiques offerts par ceux que l’on désigne comme les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon).

Publicité, hébergement, open-source : comment le Web est devenu dépendant des GAFA

Un aspect moins connu est en revanche la dépendance d’Internet lui-même à ces très grandes entreprises privées. Car le réseau mondial a opéré sa mue industrielle et s’appuie désormais beaucoup sur les technologies et infrastructures développées par Google, Amazon et, dans une moindre mesure, Facebook et Microsoft. A tel point que des questions inédites se posent désormais sur la dépendance du Web dans son ensemble à cette poignée d’entreprises. Un marché de la publicité ultra-dominé par Google et Facebook Le marché de la publicité en ligne est très largement dominé par Google et Facebook.