background preloader

Projet sur les réfugiés

Facebook Twitter

La droite et la gauche planifient une immigration de peuplement en Europe ! | FN – Front National. Migrants : un double scandale d'Etat - La Droite Forte. La répartition des migrants voulue et organisée par le gouvernement socialiste est un double scandale d’Etat. D’abord, sur le principe politique puisque pour résoudre le problème de Calais, l’Etat propose des centaines de Calais répartis sur le territoire national et amplifie ainsi un problème au lieu de le résoudre, c’est un aveu considérable d’impuissance publique, de démission du politique et de l’Etat.

Ensuite, sur le principe d’application puisque il est explicitement demandé par le ministère de l’Intérieur que la liste des nouveaux centres d’accueil soit établie « sans que soit au préalable recherché l’accord avec des élus locaux ». Dans nos communes rurales, alors qu’on nous refuse l’implantation de nouveaux médecins, le soutien à nos agriculteurs, le maintien de nos services publics, ou l’aide à nos PME et commerces de proximité, l’Etat impose l’intégration forcée de migrants. 1/ un centre d’accueil au Royaume-Uni pour traiter les demandes des migrants, Guillaume PELTIER.

Trois millions de migrants attendus en Europe d'ici 2017. INFOGRAPHIE - L'afflux de migrants tentant de rejoindre l'Union européenne ne cesse d'augmenter. L'Union européenne vient de rendre ses nouvelles estimations. La situation n'a jamais été aussi alarmante. Alors que plus de 800.000 «entrées illégales» dans l'Union européenne ont été dénombrées depuis le début de l'année 2015, la crise ne fait que commencer. La Commission européenne a prédit ce jeudi l'arrivée dans l'UE d'ici à 2017 de trois millions de migrants fuyant la guerre et la pauvreté, alors que les effets de la crise migratoire n'avaient jamais été évalués à un tel niveau. «Les Etats européens doivent se préparer à l'idée qu'une situation très difficile nous attend dans les prochains mois», avait déjà alerté mercredi Fabrice Leggeri le patron de l'agence Frontex, rappelant que Frontex est chargée de la «surveillance» des frontières mais n'a pas le pouvoir de refouler les migrants.

Un nouveau record mensuel Trois routes principales. OCDE: sortir des discours "abstraits" face aux voix anti-immigration - Le Parisien. Alors que les opinions se crispent face à la crise des réfugiés, les gouvernements doivent sortir des discours "abstraits" et se colleter au terrain s'ils veulent "contrer les voix anti-immigration", estime l'OCDE dans un rapport publié lundi.En 2015, les demandes d'asile dans les pays de l'OCDE ont atteint le chiffre record de 1,65 million, dont "environ 1,3 million" en Europe, souligne l'organisation dans son rapport sur les "Perspectives des migrations internationales 2016", publié en marge d'un sommet de l'ONU à New York consacré aux migrations.

Syrie: Alep «nous remet tous devant nos responsabilités vis-à-vis de l'accueil des migrants» SYRIE Les évêques catholiques de France appellent à « se montrer solidaires de ceux qui souffrent, proches et lointains »... 20 Minutes avec AFP Publié le Mis à jour le « Alors que la communauté internationale en reste à des déclarations d’indignation, le jeu stratégique des puissances en présence ignore toute dimension humaine », dénoncent les évêques catholiques de France.

Jeudi, ils ont estimé que la situation à Alep, la deuxième ville de Syrie sous les bombes, « nous remet tous, élus, responsables et citoyens, devant nos responsabilités vis-à-vis de l’accueil des migrants et des étrangers ». >> A lire aussi : Sur Twitter, les internautes publient des photos d’Alep avant la guerre et après Dans un communiqué, le conseil permanent - l’exécutif - de la Conférence des évêques de France (CEF) exprime sa « très vive inquiétude » sous le titre « Alep : qui dira qu’il ne savait pas ? Mots-clés : Dunkerque : Sans doute tombé d’un camion, un jeune migrant est mort. FAITS DIVERS Le jeune homme avait été retrouvé gravement blessé, samedi, près du terminal des ferries… M.L. avec AFP Publié le Mis à jour le Samedi, un jeune migrant a été trouvé blessé sur la chaussée, près du terminal des ferries de Dunkerque, dans le Nord. Il a finalement succombé lors de son transport à l’hôpital, a-t-on appris, lundi, de source judiciaire.

Agé d’une vingtaine d’années et à la nationalité encore inconnue, le jeune homme, qui avait des marques de cambouis sur les mains, « serait très probablement tombé d’un camion » dans sa volonté d’atteindre la Grande-Bretagne, a rapporté le parquet de Dunkerque. Découvert par la police aux frontières sur la chaussée aux alentours de 12h30, samedi, « avec des blessures à la jambe et à l’abdomen », il est mort près de deux heures plus tard en arrivant au centre hospitalier de Dunkerque. Mots-clés : "Primaire de la gauche, la course des figurants ? " "Primaire de la gauche, la course des figurants ? " La mort sur un bateau de migrants, vue par un photojournaliste de l’AFP. Aider les réfugiés et les migrants : Amnesty international - Amnesty International France.

Chaque jour, des personnes sont obligées partir de chez elles, souvent brutalement. Les raisons sont multiples : fuir un conflit, échapper à des persécutions ou partir avec l'espoir d'un meilleur avenir, ailleurs. Elles partent de Syrie, d'Afghanistan, du Myanmar, d'Erythrée, de Somalie, d'Irak, ou encore du Honduras, d'El Salvador ou du Guatemala... Des routes mortelles Sur les routes de l’exil, les migrants et les réfugiés sont souvent confrontés à d'autres violences : l'arbitraire des passeurs, les détentions illégales, les menaces et les violences… Les enfants, surtout s'ils sont isolés, sont particulièrement vulnérables. En 2018 plus de 5 000 personnes sont mortes sur les routes de l'exil dans le monde, dont plus de 2 000 en tentant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe.

Face à cette situation, les pays les plus riches s'érigent en forteresse. Des issues incertaines Pour les refugiés, l’issue restera incertaine jusqu’à l’obtention d’une protection. Formez-vous. L'UE ouvre la chasse aux passeurs, par Philippe Leymarie (Les blogs du Diplo, 2 juillet 2015) Cela faisait presque sept ans — depuis Eufor Tchad-RCA — que l’UE n’avait pas déclenché une opération militaire de grande envergure, souligne notre confrère B2, qui suit de près la politique européenne de défense.

Un projet conçu avec une célérité inconnue jusqu’ici à Bruxelles, deux mois et demi après le naufrage entre la Libye et la Sicile de huit cents migrants à bord d’un chalutier, qui avait suscité une forte émotion (1). Il s’agit avant tout, dans l’esprit de promoteurs de cette opération, de « rendre difficile la vie des passeurs », selon le mot du général Patrick de Rousiers, président du comité militaire de l’Union européenne. Le cadrage politique de l’opération a été détaillé par Mme Federica Mogherini, haute représentante pour la politique étrangère européenne et ex-ministre italienne des affaires étrangères, après que les ministres européens ont décidé du lancement de l’opération, le 22 juin dernier : Génération de force Empreinte légère L’Europe de l’Est absente.

Qui accueille vraiment les réfugiés syriens ?, par Hana Jaber (Le Monde diplomatique, octobre 2015) «Ma mère est restée au village avec mon petit frère pour s’occuper des plus âgés, raconte M. Hamad Hamdani, 15 ans. Elle a insisté pour que je parte avec mon oncle en Turquie. Elle voulait que je sois en sécurité, car elle craignait pour moi en raison des milices qui ont pris le contrôle d’Azaz. » Originaire d’un village à la périphérie de cette petite ville située au nord d’Alep, M.

Hamdani a quitté la Syrie voilà maintenant trois ans. En juillet 2012, son père a été tué par un baril d’explosifs lors d’un raid de l’aviation de M. Bachar Al-Assad. Quelques semaines plus tard, au petit matin, l’adolescent faisait ses adieux à sa mère et se hissait dans une camionnette avec la famille d’un oncle, déserteur de l’armée gouvernementale. Dans un premier temps, M. Cet afflux de réfugiés constitue « un défi colossal pour la Turquie », selon les termes du président Recep Tayyip Erdogan.

Pour quitter ces centres, il faut indiquer aux autorités où l’on compte aller. Haro sur Schengen, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, janvier 2016) Plus d’un million de demandes d’asile ; des dizaines de bateaux accostant chaque jour sur les plages grecques ou maltaises ; un nombre record de morts en Méditerranée ; des pays qui envoient l’armée pour surveiller leurs frontières… D’une ampleur exceptionnelle, la vague migratoire de 2015 a sérieusement enrayé le fonctionnement de l’Union européenne. Entre les mois d’août et octobre derniers, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont toutes rétabli des contrôles à leurs frontières pour bloquer l’arrivée de réfugiés.

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris, la France s’est jointe au mouvement, certains responsables politiques ayant fait des accords de Schengen, qui organisent la libre circulation des personnes entre les Etats signataires, l’une des causes de la tuerie. « Schengen est mort », a jugé M. La répression accroît la dérive criminelle des passeurs Les frontières européennes ne sont pas fermées à l’immigration. Plus de 130 000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la Méditerranée en 2016. En deux mois, le chiffre dépasse celui atteint en cinq mois l’année dernière. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé, mardi 1er mars, que le nombre de personnes ayant franchi la Méditerranée a connu un nouveau record, avec 131 724 personnes depuis le début de l’année, soit davantage que pour les cinq premiers mois de l’année dernière.

L’Europe se trouve ainsi au bord d’une crise humanitaire qu’elle a en grande partie provoquée, estime l’agence onusienne. Du fait des fermetures de frontières, le nombre de réfugiés et de migrants bloqués en Grèce a atteint les 24 000 en date de lundi soir, dont 8 500 à Idomeni, une petite localité située près de la frontière macédonienne. « Ces conditions de surpeuplement conduisent à des pénuries de vivres, d’abris, d’eau et de sanitaires. Les tensions s’accumulent, alimentant les violences et faisant le jeu des passeurs », a souligné Adrian Edwards, porte-parole du HCR, lors d’un point de presse à Genève.

En Ile-de-France, des grilles pour empêcher les migrants de s’installer. Plusieurs municipalités se dotent d’un mobilier urbain conçu pour éviter les installations de réfugiés sur la voie publique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Louise Couvelaire Il ne reste rien de leur passage. Ou presque. Il y a une semaine encore, près de 300 petites tentes occupaient une partie du terre-plein central de l’avenue du Président-Wilson, à La Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Plus de 600 migrants avaient trouvé refuge sur ce bout de macadam végétalisé situé à 1 kilomètre du centre humanitaire parisien du boulevard Ney (18e), dont beaucoup avaient été refoulés, faute de place. Quarante-huit heures après leur évacuation, le 16 décembre au matin, les lieux étaient déserts.

Plus de tentes, plus d’exilés, plus de bénévoles distribuant cafés et sandwiches… et plus de riverains : les « Jardins Wilson » sont désormais condamnés par des grilles hautes de deux mètres s’étirant sur 600 mètres de long environ. Les demandes d’asile en France en hausse de 10 % fin novembre. Sur les onze premiers mois de l’année, 77 662 demandes d’asile ont été enregistrées par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. Sur les onze premiers mois de l’année 2016, 77 662 demandes d’asile ont été enregistrées par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Ce chiffre traduit une augmentation de 10 % des demandes par rapport à la même période de 2015.

Les Albanais sont les premiers demandeurs d’asile dans l’Hexagone. Entre janvier et fin novembre, 5 700 d’entre eux ont sollicité une protection de la France. Ils devancent les ressortissants de pays en guerre, comme les Syriens (5 520 dossiers), les Afghans (5 466 dossiers), les Soudanais (5 140 dossiers), ou ceux de pays en grande difficulté, comme les Haïtiens (4 900 dossiers). Albanais, Syriens, Afghans et Soudanais constituent plus d’un quart des enregistrements des onze premiers mois de l’année. Un tiers des demandeurs ont obtenu une protection. Après Calais, les migrants mineurs rêvent toujours du Royaume-Uni. "Il y a eu un avant et un après 19 décembre.

" Il y a une semaine, les migrants mineurs isolés hébergés dans le centre d'accueil et d'orientation (CAO) de Clohars-Carnoët (Finistère) ont vu s'effriter leurs espoirs de rejoindre le Royaume-Uni. Deux mois après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, le Home office, le ministère de l'Immigration britannique, a notifié à ces 19 Soudanais originaires du Darfour son refus de les prendre en charge. LIRE AUSSI >> En fermant ses portes aux mineurs isolés, Londres a fait le "strict minimum" Attablé devant une table de la salle à manger de l'un des 66 CAO qui hébergent les migrants annoncés comme mineurs, Stann Rigau, le directeur du lieu -un centre de vacances du CCAS (Caisse centrale des activités sociales des énergies, pour EDF et GDF notamment)- est amer.

Mais pas résigné. "Le Home office et l'Etat manquent de transparence sur les critères des dossiers, regrette-t-il. Six migrants ont quitté délibérément le centre "Un processus de deuil" Plus de 5000 migrants sont morts en Méditerranée en 2016, selon l'ONU. Il s'agit du bilan le plus lourd jamais enregistré. Plus de 5000 migrants ont trouvé la mort depuis le début de l'année en traversant la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes, a indiqué vendredi l'ONU, qui a dit craindre qu'une centaine de personnes se soient noyées jeudi 22 décembre. "Nous craignons qu'environ 100 personnes se soient noyées hier [jeudi] dans la mer Méditerranée. Les gardes-côtes italiens ont mené quatre opérations de sauvetage dans la zone centrale de la Méditerranée", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), William Spindler, lors d'un point de presse.

LIRE AUSSI >> Mort de 800 migrants en Méditerranée: le capitaine écope de 18 ans de prison "Ces dernières tragédies portent le nombre de décès à plus de 5000 cette année", contre 3771 l'an dernier, a-t-il ajouté. "Navires de moins bonne qualité" D'après William Spindler, "les causes de l'augmentation alarmante des décès cette année sont multiples". Dossier de presse : Favoriser « l’hébergement citoyen » des réfugiés chez les particuliers - Ministère du Logement et de l'Habitat durable.

30 novembre 2016 | Mis à jour le 2 décembre 2016 Depuis plusieurs mois, la France et l’Europe font face à une des crises migratoires les plus importantes depuis la Seconde guerre mondiale. Et depuis des mois, des forces contraires s’expriment dans notre société. Il y a ceux, peu nombreux mais bruyants et parfois violents, qui veulent fracturer, diviser, abîmer notre communauté en oubliant que notre République a toujours su prendre ses responsabilités de grande démocratie. Ils ont fait le choix du grand renfermement et de l’égoïsme. Mais, à côté de quelques démagogues enclins à oublier notre tradition d’accueil, nous avons enregistré une immense vague de solidarité. Partout, des trottoirs du nord-est parisien jusqu’aux confins des campagnes françaises, une France bienveillante, généreuse s’est exprimée.

Le dossier de presse : Favoriser « l’hébergement citoyen » des réfugiés chez les particuliers - Résultats de l’appel à projets (PDF- 633.9 ko) Démantèlement de la «jungle» : «J’irai dans n’importe quelle ville prête à m’accueillir»