background preloader

Articles

Facebook Twitter

Articles de presse RÉCENT

Porte-avions chinois : la France est-elle toujours dans le coup ? Le 17 décembre dernier, la livraison d'un second porte-avion, baptisé Shandong, à la marine chinoise, le premier de fabrication entièrement nationale, marquait un nouvelle avancée dans la volonté chinoise de développer une marine capable d'asseoir sa suprématie régionale en étendant sa capacité de projection en haute mer.

Porte-avions chinois : la France est-elle toujours dans le coup ?

Si sa mise en service a fait grand bruit dans la presse chinoise, le nouveau porte-avion, équipé d'un simple STOBAR (dispositif permettant de faire décoller les aéronefs grâce à un tremplin), fait pâle figure face à son concurrent le Charles de Gaulle (équipé d'une catapulte - dite CATOBAR, qui fonctionne à vapeur), sans parler de l'USS Gerald R.

Ford (le CVN-78), le nouveau porte-avion américain livré en 2017 et dont le premier déploiement est prévu pour cette année. Ce dernier est doté d'une toute nouvelle catapulte électromagnétique (EMALS), qui permet de projeter à moindre coût énergétique à une fréquence plus importante. Le Gerald R. . « Guerre inévitable » La construction du troisième porte-avions chinois progresse – 45eNord.ca. Temps de lecture estimé : 3 minutes La Chine progresse régulièrement dans la construction de ce que l’on pense être son troisième porte-avions.

La construction du troisième porte-avions chinois progresse – 45eNord.ca

Les images satellitaires commerciales recueillies le 18 août 2020 montrent des développements importants dans la construction du navire et des améliorations supplémentaires de l’infrastructure du chantier naval de Jiangnan, rapporte le Projet China Power du Center for Strategic and International Studies. Le Center for Strategic and International Studies (CSIS) basé à Washington DC est un centre de réflexion, d’influence et de conseil américain en matière de politique étrangère fondé en 1962 aux États-Unis par l’amiral Arleigh Burke et l’historien David Manker Abshire, originellement au sein de l’Université de Georgetown. Quels sont les droits des migrants en mer ? Quels sont les droits des migrants une fois qu’ils ont été recueillis par un navire ?

Quels sont les droits des migrants en mer ?

Qu’est-ce qui est prévu quant à leur débarquement ? Les récents épisodes de navires privés ayant recueilli des migrants et contraints à errer durant des jours en Méditerranée, en raison des refus successifs d’États côtiers de les admettre dans leurs ports, sont significatifs de la portée éminemment politique de ces questions, dans un contexte de forte sensibilisation des opinions publiques européennes au phénomène migratoire. Or malgré la dimension humanitaire de la question, le droit international de la mer ne la résout pas clairement. On est conduit à se référer à des règles qui ne s’appliquent pas principalement à l’espace maritime et à la situation spécifique des migrants par voie maritime. L'ONU certifie un accord de délimitation maritime entre la Turquie et la Libye. TURQUIE / LIBYE - Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a certifié jeudi un accord de juridiction maritime entre la Turquie et la Libye, qui couvre certaines parties de la Méditerranée orientale.

L'ONU certifie un accord de délimitation maritime entre la Turquie et la Libye

L’accord « a été enregistré auprès du Secrétariat, conformément à l’article 102 de la Charte des Nations Unies », indique le certificat d’enregistrement daté de mercredi. « Tout traité et tout accord international conclu par un Membre de l’Organisation des Nations Unies après l’entrée en vigueur de la présente Charte sera aussitôt que possible enregistré auprès du Secrétariat et publié par celui-ci », annonce ainsi l’article 102. Le 27 novembre 2019, Ankara et Tripoli ont signé deux mémorandums d’accord – l’un sur la coopération militaire et l’autre sur les frontières maritimes en Méditerranée orientale. Le Liban et Israël prêts à négocier sur leurs frontières. ► Comment sont prévues les négociations ?

Le Liban et Israël prêts à négocier sur leurs frontières

« Nous voulons nos droits, ni plus ni moins. » Le 1er octobre, après dix ans de discussions, le président du Parlement libanais, Nabih Berry (chiite, mouvement Amal) a annoncé un « accord-cadre traçant la voie aux négociateurs libanais » pour des pourparlers avec Israël sur la délimitation de leur frontière maritime. Mais par ces mots, il a laissé entendre que les négociations ne ressembleront pas à une promenade de santé. Il ne s’agira pas de discussions directes car les deux pays sont toujours techniquement en guerre. Les autorités libanaises ont insisté pour les placer sous l’égide de l’ONU, avec une médiation américaine, « dans le cadre du respect de la résolution 1701 »

. ► Quel est le problème ? Le conflit entre le Liban et Israël porte sur la délimitation de leur zone économique exclusive (ZEE), c’est-à-dire l’espace maritime dont ils peuvent exploiter les ressources naturelles. . → ANALYSE. Arctique, une bombe à retardement. Nicolas Imbert de Green Cross France tire la sonnette d'alarme concernant la réalité arctique aujourd'hui, le danger est largement dépassé !

Arctique, une bombe à retardement

L’Arctique est au cœur de tous les enjeux, et pourtant ce qui s’y passe est à l’abri de nos regards. Alors même que s’y articulent non seulement les effets du dérèglement climatique, mais également des enjeux humains, sociaux, économiques et financiers aussi essentiels que méconnus.