background preloader

Éducation socioculturelle

Facebook Twitter

Le secteur numérique est-il l’avenir de la création d’emploi ? Le secteur numérique est-il l’avenir de la création d’emploi ? Si l’économie actuelle n’est pas vraiment florissante en terme de création d’emplois, il existe un secteur qui embauche à tours de bras et qui est même menacé de pénurie de talents, c’est le secteur numérique. Selon le cabinet Mac Kinsey qui a réalisé en 2011 une étude sur l’impact d’Internet dans l’économie française, il ressort qu’Internet a crée 25% des emplois en France depuis 1995, soit près de 700 000 emplois totalement nouveaux et plus de 400 000 transferts d’emplois traditionnels qui ont muté vers le numérique, qui ont évolué, se sont transformés pour s’adapter à l’économie numérique.La commission européenne, de son côté annonce que 900 000 postes sont à pourvoir dans ce secteur d’ici à 2015.

Quels sont les différents secteurs des métiers numériques ? Il faut d’abord rappeler comme nous l’avons vu dans les chiffres entre les emplois nouvellement crées et ceux qui évoluent. Quels grands enjeux à venir ? Fête de l'Internet 2014 : création, fabrication et expression numérique à l'honneur. M.actualitte. Un portail Web se consacre à la création numérique francophone. 01net le 25/02/13 à 16h43 La chaîne de télévision TV5 Monde a lancé, avec l'agence de communication spécialisée dans les nouveaux médias Trois minutes d'avance, un portail Internet qui accueille les meilleurs projets de création numérique, Numérique Tendance.

Ce site, destiné à un large public international (étudiants, professionnels, artistes, agences, grand public…) a pour vocation de devenir une vitrine de référence en matière de création numérique. Il présente en particulier les meilleurs projets de fin d'études de prestigieuses écoles francophones de la discipline. Pour la chaîne, il apparaît essentiel que la création numérique vienne rejoindre les tendances et les valeurs qu'elle défend chaque jour sur ses antennes et sur l'ensemble de ses supports digitaux. L’école des Gobelins à Paris et la haute école d’art et de design de Genève, entre autres, ont déjà rejoint la plate-forme. Création numérique : un art nouveau - 5 mars 2012. Art et technologie, deux notions antinomiques ? Que nenni ! Les codes informatiques peuvent donner naissance à des oeuvres étonnantes, provoquer de puissantes émotions.

Il suffit pour s'en convaincre de découvrir "Digital Art Works. The challenges of conservation" (1), la nouvelle exposition de l'Espace multimédia Gantner de Bourogne. Dirigé par l'énergique Valérie Perrin, ce lieu, qui vient de recevoir l'appellation centre d'art contemporain, est le premier collectionneur d'art numérique en France avec 43 oeuvres et 9.000 documents de référence sur le sujet. Dix oeuvres sont ici présentées sur un écran plasma, un PC, un Mac, un écran d'ordinateur géant, une vidéo en 3D ou encore 10 écrans de télévision. Comme un pinceau Un art en marche Défricheur, le centre Gantner pose déjà la question de la conservation des oeuvres numériques. Figure du Christ "Il n'y a pas encore de cote pour ces arts de l'écran ou arts "écraniques"", confirme Anne-Cécile Worms, la fondatrice de Digitalarti.

Le mobile, doudou du XXIe siècle - À la une - e-marketing.fr. Sophie Pernet (ldate): «Le mobile s'est diffusé dans toutes les couches de la population.» Il nous réveille le matin, nous donne l'heure, nous informe de notre emploi du temps de la journée, nous permet de rester en contact avec nos proches quel que soit l'endroit où nous nous trouvons. Le soir en nous couchant nous l'éteignons et dès le réveil nous l'allumons. En très peu de temps, le téléphone portable est devenu notre objet fétiche quotidien, posé chez nous sur la table de nuit ou le guéridon de l'entrée. Et pourtant, l'objet est récent. 16% des équipés mobiles n'ont pas de ligne fixe. . @ (c) Nokia Le mobile devient le doudou des adultes, symbole de l'affection que l'on porte à ses proches.

Un mobile pour tous Car voilà, le téléphone portable n'est pas une affaire de classes sociales. Le mobile était-il légitime? L'Afom et TNS Sofres parlent à ce sujet de trois générations pour qui les usages, la relation et les valeurs associés au mobile diffèrent. Les Français en recherche de simplicité. Pourquoi je me débarrasse de mon téléphone portable. Voilà. Chose dite, chose faite. Une lettre de résiliation en recommandé à été envoyée à l’opérateur il y a dix jours. Et aujourd’hui, je range ce gadget qu’est le téléphone portable dans une boîte. Subsiste dans ma tête cette petite phrase, ce « au cas où » qui me retient d’aller le déposer dans la borne à déchets électroniques. J’en avais parlé à beaucoup de personnes. J’avais recueilli leurs avis. Non pas que cela m’aurait fait changer celui que j’avais mis si longtemps à construire.

Je me réorganise. Chacun d’entre nous a dû se poser au moins une fois les questions « en ai-je vraiment besoin ? Ma résolution du nouvel an Je suis de la génération qui découvre le mobile dans la main d’un de ses parents, aux environs de 1998. En 2010, parmi mes lectures « écologiques » (certains y voient encore et toujours de l’ésotérisme), je dévore un ouvrage du collectif Pièces et main d’œuvre, « Le Téléphone portable, gadget de destruction massive ». Pour ma vie sociale Ecrire des lettres. Quand la technologie remplace la discussion… La lecture de la semaine, il s’agit d’un article de USA Today publié le 30 décembre dernier, sous la plume de Sharon Jayson.

Il m’est arrivé par un auditeur de Montréal, que je remercie au passage. Et il s’intitule : “2010, l’année où la technologie a remplacé la discussion”. L’article commence par constater que les Américains sont connectés à un niveau sans précédent. 93 % d’entre eux utilisent des téléphones portables ou des outils de connexion sans fil… Les avantages sont évidents : on peut rester en contact avec ses amis et sa famille, et utiliser à bon escient les moments d’attente, par exemple, pour discuter avec eux. L’inconvénient : on se déconnecte de fait des gens qui sont dans la même pièce que nous.

C’est pourquoi, malgré toutes ces technologies qui nous permettent de communiquer plus facilement, 2010 est l’année où l’on a arrêté de se parler les uns aux autres. Je trouve assez intéressant l’écart entre le titre et ce que raconte le papier. Xavier de la Porte. Castellain meunier telephone portable.pdf. Technologies et lien social. Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social? » Sciences Le débat commence par le rappel de quelques grandes révolutions technologiques: l'imprimerie, le téléphone, le cinéma, la télévision, la radio et enfin Internet.

L'une des grandes révolutions qu'a connu Internet lui-même a été le développement de sites permettant de mettre en relation les personnes entre elles et de les faire échanger ou collaborer, c'est ce qu'on a appelé le Web 2.0 dont l'exemple le plus parlant est celui des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter. Ces réseaux sociaux permettent d'échanger, de s'entraider, de faire connaissance, de retrouver des amis et en définitive facilite la communication.

Cependant, malgré le fait que la plupart des foyers français soient équipés en nouvelles technologies, et notamment en technologies de communication, 1/3 des Français affirment ressentir un sentiment de solitude, au point que le gouvernement en a fait une Grande Cause Nationale en 2011. Les nouvelles technologies généreraient aussi une certaine forme d'addiction. Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social ?

Selon des chercheurs américains, les usagers d'Internet, de réseaux comme Facebook, et de téléphones portables ont des contacts sociaux plus nombreux, plus ouverts et plus diversifiés que ceux qui ignorent les nouvelles technologies. Aux Etats-Unis, 82 % de la population adulte possèdent un téléphone mobile et 77 % utilisent régulièrement Internet. Les internautes américains passent, en moyenne, plus de douze heures par semaine devant leurs ordinateurs, selon un récent sondage du cabinet Forrester. Ces heures passées à faire usage des nouvelles technologies de communication compromettent-elles les relations sociales ? "On a toujours tendance à blâmer d'abord la technologie lorsque l'on assiste à des changements sociaux", lance le professeur Keith Hampton, coauteur d'une étude intitulée "Isolation sociale et nouvelle technologie", parue mercredi 4 novembre.

Ces résultats contredisent une autre étude de juin 2006, sur le même sujet, et qui faisait autorité.