background preloader

Attentats en France 2015

Facebook Twitter

Raphaël Glucksmann - Le Petit Journal du 08/12. Attentats à Paris : Marc Trevidic dit ses 4 vérités. Zep (Titeuf) se moque des attentats et c’est sublime. Vendredi, Zep nous offrait sa vision de la société et d’Internet et c’était déjà bien révélateur de certains maux de notre société.

Zep (Titeuf) se moque des attentats et c’est sublime

Mais avec les tragiques événements de ce week-end, l’auteur et créateur de la bande dessinée Titeuf a décidé de repasser à l’action et de nous offrir une nouvelle planche, pleine de sens mais surtout pleine de vie. Le tout pour nous faire rendre compte d’une seule et unique chose : le terrorisme tente de nous faire peur, de nous affaiblir et de rendre la vie terrible à des millions de personnes mais au final, il nous sert de tremplin pour nous accrocher à ce qui fait notre force principale : notre sens de l’humanité.

Merci Zep ! Source Vous souhaitez rester alerté par #art ? Abonnez-vous à notre système d'alerte simple, rapide et efficace ! Le jdg vous recommande Titeuf, le film - Blu-ray 3D active + Blu-ray 2D + DVD [Blu-ray] [Combo Blu-ray + DVD]Meilleur prix : 24.9 €Chez Amazon.fr djix Lecteur Blu-Ray portable D-Jix PVS 1007Meilleur prix : 190 €Chez Fnac. Etat islamique et géopolitique : cinq cartes pour comprendre. Les réactions internationales à l'expansion de l'Etat islamique Carte mise à jour le 02/12/2015 L’"assemblage hétéroclite d'Etats" qu’est la coalition selon la politologue Myriam Benraad ne résiste pas depuis sa création en septembre 2014 à la pression des intérêts individuels de chacun, focalisé sur son partenaire privilégié : gouvernement irakien pour les Etats-Unis, milices chiites pour l'Iran, front Al-Nosra pour la Turquie ou l'Arabie saoudite, Kurdes, tribus sunnites...

Etat islamique et géopolitique : cinq cartes pour comprendre

Ces ambitions stratégiques frontalement opposées compromettent tout projet politique alternatif en Syrie et en Irak, qui, seul, permettrait d’affaiblir durablement l’"Etat Islamique". Suite aux attentats de Paris le 13 novembre, l'intensification de la mobilisation militaire et diplomatique (France, Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Allemagne...) pourrait néanmoins modifier le jeu stratégique des alliances. LPJ : génération Bataclan - Une émission exceptionnelle et bouleversante. Comment le Qatar s'est "offert" Nicolas Sarkozy. Le 14 juillet 2008, à la veille d’un sommet de l’Union pour la Méditerranée, Nicolas Sarkozy invite à sa tribune pour le défilé militaire, le carré des dictateurs de la Méditerranée : Bachar al-Assad, le Tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, l’Egyptien Hosni Moubarak et l’émir al-Thani du Qatar.

Comment le Qatar s'est "offert" Nicolas Sarkozy

A l’époque, Bachar est traité en paria par la communauté internationale pour l’implication présumée de son régime dans l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri. Ce milliardaire a été en 2005 la cible d’un attentat-suicide commis par une camionnette contenant une charge explosive de 1 800 kilos. Les services de renseignement syriens sont vite montrés du doigt. Deux ans plus tard, lors de la passation du pouvoir entre Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, c’est la question du Liban qui domine les échanges en matière de politique étrangère, expliquent Vanessa et Ratignier et Pierre Péan dans leur livre, Une France sous influence*.

Sarkozy fera la sourde oreille. Pid5411-le-grand-journal. Daech : la fabrique d'un monstre. Lettre à ma génération : moi je n'irai pas qu'en terrasse. Note de la lettre : "Je ne suis qu'une lettre d'opinion, pas un essai.

Lettre à ma génération : moi je n'irai pas qu'en terrasse

Je suis juste une petite lampe de poche qui a essayé d'éclairer ce qui était trop souvent laissé dans l'ombre. Alors oui, mon étroit faisceau lumineux laissera bien d'autres choses dans l'ombre. Cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas importantes. Simplement que parfois pour ramener la corde à un juste milieu, il faut tirer très fort d'un côté. " Salut, On se connaît pas mais je voulais quand même t’écrire.

J’ai grandi au milieu de gens de beaucoup de nationalités, cultures et religions différentes. J’ai toujours adoré les terrasses. Pourtant aujourd’hui, ce n’est pas en terrasse que j’ai envie d’aller. C’est pas moi c’est lui… Le jeu dangereux de la presse française. Edito Un commentaire de Francis Van de Woestyne, rédacteur en chef.

C’est pas moi c’est lui… Le jeu dangereux de la presse française

La presse française, plus précisément parisienne, se déchaîne ces derniers jours, sur la Belgique. À lire les reportages et éditoriaux, à entendre les émissions matinales, notre pays serait devenu “le berceau du terrorisme européen”, “une fabrique djihadiste”, une “Nation sans État”, “un Belgikistan”… “Le Monde”, une référence, d’ordinaire nuancée dans ses analyses, fige la Belgique dans un portrait au vitriol. “ Au cœur de l’Europe, la sympathique Belgique est devenue une plaque tournante du djihadisme. Le pays”, écrit l’éditorialiste “doit se ressaisir”. Nous n’avons évidemment pas attendu qu’une partie de la rédaction du “Monde” débarque à Bruxelles pour dénoncer les failles des services belges dans la lutte contre le terrorisme ( voir ici), le laxisme coupable dont avait fait preuve l’ancien bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux, le manque de coordination entre les pays européens dans la traque aux djihadistes.