background preloader

3- La déconnexion

Facebook Twitter

Applis detox numérique

Votre détox numérique en 6 étapes - Psycho & Sexo. Pendant que vous lisez cet article, vous avez certainement votre GSM à portée de main (peut-être même l'utilisez-vous en même temps). Et la dernière fois que vous avez été sur Facebook, ça doit dater d'il y a à peine 5 minutes. Vous ne pourriez plus faire fonctionner un réveil traditionnel et vous n'avez pas d'agenda papier. C'est juste? Alors il est grand temps de faire un break! Le bon vieux téléphone qui ne servait qu'à passer des coups de fil a fait du chemin, et aujourd'hui il nous sert à un million de choses. On ne passe pas une heure sans envoyer un SMS, avoir une conversation, lire ses mails, ou recevoir des notifications.

Heureusement, pas besoin d'entrer en cure de désintoxication. Il se passe quelque chose de grave quelque part dans le monde? L'époque où les réveils se contentaient d'émettre une sonnerie irritante est bel et bien révolue. Pendant votre jogging hebdomadaire ou votre fitness en salle, vous aimez écouter de la musique. Digital detox, le jeûne des hyperconnectés. Pour répondre au malaise généré par une connexion permanente, centres de thalasso et hôtels spa ont ajouté le sevrage numérique à leur menu. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Catherine Rollot Avant de plonger dans l’inconnu, son réflexe a été de lire un dernier mail. Un geste dérisoire puisqu’il ne pourrait pas y répondre. Puis, il a déposé ses armes numériques dans un délicat pochon orné d’un ruban bleu. A l’accueil du très chic Vichy Spa Hôtel Les Célestins, dans l’Allier, le personnel a consigné le précieux paquet dans le coffre-fort de l’établissement.

A côté des bijoux, montres de luxe et liquidités entreposés par la clientèle fortunée, le trésor d’Eric Chesnel – un ordinateur portable et un smartphone somme toute banal –, 48 ans, n’avait rien d’extravagant. Prendre du recul par rapport à une « addiction » aux mails qui brouille les frontières entre sa vie professionnelle et sa vie privée, c’est l’objectif d’Eric Chesnel. Se ménager des mises à distance.

Quitter Facebook

Festina Lente, ou la déconnexion des cerveaux. Lamberto Maffei « président de l’Académie des Lyncéens -la plus ancienne académie scientifique d’Europe- et professeur émérite de neurobiologie à l’École normale supérieure de Pise »1 présente un ouvrage qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie en 2016 et qui a connu un succès littéraire tout à fait honorable. Dans ce livre, monsieur Maffei explique que le fonctionnement de notre cerveau peut emprunter deux cadences : une plutôt automatique, rapide, de l'ordre du réflexe et la seconde plus lente, qui caractérise la réflexion, un rythme « propre aux animaux supérieurs et particulièrement développée chez l’homme »2.

Alors que les technologies numériques nous enjoignent d’accélérer le pas, d'être réactifs et efficaces, le neurobiologiste nous met en garde contre une forme d'asservissement au premier rythme qui serait imposé par ces technologies : celui du réflexe et de la pensée rapide dans lequel « L’action immédiate l’emporte sur la réflexion »3. La parole à l'auteur, page 15 : 4 - Ibid.

Les absents (3/5) : L’impossible déconnexion ? Avec Cindy Felio, psychologue du travail, chercheuse pour le Laboratoire Missioneo et enseignante à l'Université (Paris 13 et Bordeaux Montaigne), auteure d’une thèse sur les risques psychosociaux des nouvelles technologies ; (en duplex de Nantes) Marie Le Douaran, journaliste, elle travaille depuis un an à sa déconnexion de nombreux sites web ; (par tel) Sylvie et Pierre Massot, membres du Château de La Gravière en Aquitaine, un lieu qui propose des cures de déconnexion à leurs hôtes.

Nous parlons du difficile chantier de la déconnexion notamment au travail, à l’heure où le droit à la déconnexion est en passe d’être voté. Programmation musicale : Macklemore and Ryan Lewis, Starting OverClement Janequin, Le Chant des Oyseaulx Intervenants Cindy Félio : psychologue du travail, doctorante en sciences de l'information et de la communication (laboratoire MICA, Bordeaux 3) Marie Le Douaran : journaliste indépendante Sylvie & Pierre Massot : hôtes du Château La Gravière (Vertheuil, Aquitaine) Déconnexion(s) par Xavier de La Porte – Graphisme & interactivité. Plus de temps, moins de stress du 04-12-2016 à 20:55 en replay. Comment l’hyper-connexion m’a presque tué ! du 29 juillet 2015. Suivez nous sur et avec le hashtag : C’est l’histoire d’un homme qui a pris un grand toboggan vers la dépression… Un homme pressé, fasciné par le pouvoir éphémère de ses tweets .

De ses tirs de missiles numériques. Enivré par la reconnaissance illusoire de ses saillies. Un homme fatigué de ne plus être lui-même. Une dépression personnelle, métaphore de l’état de notre beau pays. "Je me sens en insécurité sans mon téléphone" Les technologies numériques nous rendent toujours plus connectés et sont la cause de nouveaux maux : nomophobie (peur d'être séparé de son mobile, de l'anglais "no mobile-phone phobia"), fomo (peur de manquer, de l'anglais "fear of missing out"). Témoignages recueillis par Maxime Tellier. Depuis l'arrivée du premier iPhone en 2007, les smartphones ont envahi nos poches et nos vies jusqu'à inventer de nouvelles pathologies. Edmée, 25 ans, "je me sens en insécurité sans mon téléphone" Edmée appartient à une génération connectée en permanence, "j'ai toujours mon portable dans ma poche ou à proximité".

"Accro", la jeune femme l'était déjà en 2013 ; alors étudiante à l'école de journalisme de Toulouse, elle s'est lancée un défi : écrire un blog pour raconter sa semaine sans portable et deviser sur les travers de l'époque. Trois ans après, Edmée arrive à se passer de son téléphone lorsqu'elle est en vacances ou que la batterie est à plat.

Sur son compte Twitter, Etienne a retweeté ceci : Écouter. En 2017, on arrête de faire les con(necté.e)s ! – Savoir en actes – Association. L’article 55 de la loi Travail est entré en vigueur au 1er janvier. Il institue un nouveau « droit à la déconnexion » pour les employés des entreprises de plus de 50 salariés. Ainsi l’employeur doit mettre en place des « dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ». Cela peut conduire à élaborer une charte, précisant « les modalités de l’exercice du droit à la déconnexion » et à prévoir des « actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques ». Certains trouvent cela stupide, irréaliste, inapplicable, … D’autres soulignent qu’il peut être pratique quelquefois de travailler depuis chez soi pour mieux concilier obligations professionnelles et contraintes horaires avec de jeunes enfants.

Des études scientifiques récentes menées aux États-Unis ont montré que : 1- [L. 2- [K. Déconnexion en vacances : six mois après la loi, un bilan mitigé. Adolescents : l’addiction aux écrans remplacera-t-elle bientôt le trio « alcool-tabac-cannabis » ? | Journalisme et Santé Publique. Bonjour Une somme considérable 1. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) vient de mettre en ligne un nouvel ouvrage de synthèse sur les pratiques addictives des jeunes. Intitulé Jeunes et addictions il analyse (208 pages) les parcours et les incidences de consommation (en France) des douze millions de « 11-25 ans ». Il traite des « produits » (licites, illicites) addictifs mais aussi et des « addictions sans produits » (jeux vidéo, écrans, jeux d’argent et de hasard). Un somme, donc, et une question déjà essentielle : comment Internet modifie-t-il les comportements et les usages addictifs ? L’impact d’Internet et des écrans ont d’ores et déjà transformé le quotidien de toute la population.

Mais, c’est une banalité que de le dire, ils concernent plus encore les générations montantes. Rétine et récompense Qu’apprend-on dans cette somme collective ? Plus de quatre heures par semaine Eviter de «pathologiser» A demain 1 Beck F. J'aime : J'aime chargement… Détox numérique: halte à l'intox! Hyperconnectés : le cerveau en surcharge.

Chaque jour, cent cinquante milliards d'e-mails sont échangés dans le monde. Les SMS, les fils d'actualité et les réseaux sociaux font également partie intégrante de notre quotidien connecté, tant au bureau qu'à l'extérieur. Nous disposons ainsi de tout un attirail technologique qui permet de rester en contact avec nos amis, nos collègues, et qui sollicite sans cesse notre attention. Comment notre cerveau réagit-il face à cette avalanche permanente de données ? Existe-t-il une limite au-delà de laquelle nous ne parvenons plus à traiter les informations ?

Perte de concentration, stress, épuisement mental, voire dépression... : si les outils connectés augmentent la productivité au travail, des études montrent aussi que le trop-plein numérique qui envahit nos existences tend à diminuer les capacités cognitives. Court-circuit.