background preloader

Vikings

Facebook Twitter

Le monde nordique....

Histoire de Normandie.... 28 / 4 / [Orderic Vital] ; [trad. par Louis-François du Bois] Titre : Histoire de Normandie.... 28 / 4 / [Orderic Vital] ; [trad. par Louis-François du Bois] Auteur : Orderic Vital (1075-1142?) Éditeur : J. -L. -J. Brière (Paris) Date d'édition : 1825-1827 Contributeur : Du Bois, Louis-François (1773-1855). Sujet : Normandie (France) -- Histoire Type : monographie imprimée Langue : Français Format : 4 vol. ; in-8 Format : application/pdf Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/bpt6k946202 Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-L45-9 (28) Relation : Notice d'ensemble : Relation : Description : Titre original : Historia ecclesiastica Description : Collection : Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France ; XXV-XXVIII Description : Appartient à l’ensemble documentaire : BNormand1 Description : Appartient à l’ensemble documentaire : HNormand1 Provenance : bnf.fr.

Le Temple de Freyja, Vikings. IDAVOLL. Le tablut, le hnefatafl et autres jeux nordiques. A partir du 4ème siècle après JC, se sont répandus au Nord de l’Europe plusieurs jeux aux principes similaires et originaux, redécouverts aujourd’hui. Regroupés dans la famille des « Tafl » (« table » en vieux norvégien), ces jeux ont pour caractéristiques communes : un plateau de jeu carré, avec certaines cases marquées symétriquement ; des forces inégales (un joueur possédant le double de pièces que son adversaire) ; principe de prise des pièces par encadrement ; des objectifs de jeu différents et une pièce particulière, le roi.

On tend aujourd’hui à penser que ces jeux sont l’adaptation d’un jeu romain, le Latrunculi, lui-même descendant du jeu grec Pettia. En effet, le principe commun de l’encadrement pour la prise et la découverte de quelques tracés de Latrunculli dans la Rome « britannique » accréditent cette hypothèse. Alors, jeux vikings ? Ils représentent aujourd’hui, de manière simpliste, le symbole ludique des vikings. Une grande variété de jeux Les principes de jeu Variantes. La médecine des Vikings. La médecine viking est un mélange de pratiques magiques et d’actes rationnels. Par exemple, on soigne les dents douloureuses en piquant la gencive avec un éclat de bois qui est ensuite replacé sous l’écorce d’un arbre (à gauche), afin que la maladie y soit transférée.

Marie-Noëlle Dumaz Per holck est professeur à l'Institut d'anatomie de l'Université d'Oslo. Le mot Viking évoque le plus souvent des hordes de guerriers barbus, brutaux et coiffés de casques à cornes qui mettent à feu et à sang les côtes européennes au cours de raids meurtriers à la fin du ie millénaire. Toutefois, nous devons relativiser ces descriptions, issues de chroniques rédigées par les peuples d'Europe occidentale, qui, du viiie au xiie siècle, ont subi les assauts de ces peuples venus du Nord.

À la fin du viiie siècle, les peuples du Nord font une expédition remarquée vers le Sud. Les Vikings se rendent maîtres de l'Irlande et de vastes provinces en Angleterre et en Écosse, où ils fondent notamment Dublin et York. Révolte normande de 996. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La révolte normande de 996 est un soulèvement paysan qui se produisit sous le principat de Richard II de Normandie. Déroulement[modifier | modifier le code] Guillaume de Jumièges raconte : « tandis qu'il [le duc Richard II] était ainsi infiniment riche de tant de bonnes qualités, au commencement de son jeune âge, il s'éleva dans l'intérieur du duché de Normandie un certain germe empoisonné de troubles civils. Dans les divers comtés du pays de Normandie, les paysans formèrent d'un commun accord un grand nombre d'assemblées séditieuses dans lesquelles ils résolurent de vivre selon leur fantaisie, et de se gouverner d'après leurs propres lois, tant dans les profondeurs des forêts que dans le voisinage des eaux, sans se laisser arrêter par aucun droit antérieurement établi.

Wace reprend l'événement (qu'il place en 997) dans son Roman de Rou écrit vers 1160-1170. Interprétations[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Paysans et seigneurs dans le duché de Normandie : quelques témoignages des chroniqueurs (Xe-XIIe siècles) 68 Mathieu ARNOUX s'établit dans la vallée de la Seine, les terres de son futur duché sont dites, contre toute vraisemblance, « abandonnées de la charrue, presque totalement désertées par le bétail, privées de toute présence humaine »3. Une telle présentation est sans doute nécessaire pour mettre en scène la genèse du duché gouverné par RoUon, nouvel Adam mené par la grâce divine à la conquête du paradis normand. D'autres textes admettent une présence paysanne, mais éphémère, et comme à l 'arrière-plan. Très caractéristique est à cet égard le récit d'un énigmatique soulèvement paysan, peut-être un lointain écho de la conjuratio des paysans d'entre Seine et Loire de 859, s'attaquant à l'armée de Rollon lors d'une expédition vers la Bourgogne : On ne saurait mieux résumer le destin des paysans chez les chroniqueurs normands : à peine viennent-ils se placer sous notre regard qu'ils sont exterminés, pour la satisfaction non dissimulée de l'auteur et, sans doute, de son auditoire. 3.

Le pays normand. Paysages et peuplement (IXe-XIIIe siècles) Le pays normand. Paysages et peuplement (IXe-XIIIe siècles) The Norman region. Landscapes and Population (9th-13th centuries) Mathieu ARNOUX Université Paris-7, Denis Diderot/EHESS Arnoux@ccr.jussieu.fr et Christophe MANEUVRIER Crahm-UMR 6577, Université de Caen Basse-Normandie ch.maneuvrier@wanadoo.fr Résumé: La dévastation et le dépeuplement des campagnes normandes au moment où Rollon s’installe à Rouen relève vraisemblablement d’un mythe historiographique créé par Dudon de Saint-Quentin pour servir l’histoire de la jeune dynastie normande.

Mots-clés: Campagnes, structures agraires, agriculture, élevage, paysage, sociétés rurales, peuplement, réseau urbain, villes. Abstract: The devastation and depopulation of the Norman countryside taking place when Rollo settled in Rouen probably originate from a historiographic myth created by Dudo of Saint-Quentin to servethe history of the recent Norman dynasty. La documentation disponible pour étudier ces phénomènes est abondante mais d’usage difficile. Les toponymes des Xe et Xle siècles relatifs aux défrichements sur le territoire de l'actuelle Seine-Maritime.

Ann. Normandie, 47, 1997, 1 37 L'adjectif bleikr se trouve en Angleterre associé à Thveit — l'équivalent norrois d'essart — dans Blaithwaite, Cu, attesté en 1278 sous la forme Blaykwhayt14 et nous serions tentés de l'évoquer ici, si Blucquessart était attesté à une date plus ancienne. 2.4.3 - Déterminants obscurs • Les Estruissarts, l.d., St-Aubin-le-Cauf, et. d'Envermeu Estruissart, 1505 A l'extrême rigueur peut-être pourrait-on envisager ici le vieux norrois Austr, est • Voutressart, Gouy et de Boos Voutresart, 1291 L'étymologie de Voutre est totalement obscure.

Le tableau ci-après donne la répartition géographique des topo- nymes relevés en fonction de la nature des éléments qui les composent, dans le cadre d'une division du territoire étudiée en quatre zones, à savoir : • Une zone occidentale (I) comprenant les cantons de : a. . • Une zone centre Nord (II) comprenant les cantons de : a. . • Une zone centre Sud (III) comprenant les cantons de : a. 14 Op. cit., note 2. La formation du Duché de Normandie. Malgré de difficiles périodes de minorité, les longs règnes de Richard I (942-996) et de Richard II (996-1026) ont permis à la Normandie de connaître le plus souvent la paix et la prospérité.

Le pouvoir ducal s'est renforcé dans le cadre d'institutions largement reprises de la période carolingienne. Dans le même temps les populations d'origine scandinave se sont fondues dans la masse. La Normandie appartient totalement au monde franc et à la civilisation chrétienne sans nier des apports originaux de tradition nordique. Au début du XIe siècle le duc de Normandie tient fermement son duché, s'appuie sur l'Eglise qu'il protège et contrôle et sur une haute aristocratie issue de sa famille. Les frontières de la Normandie la mettent en contact avec la Bretagne à l'Ouest, le Maine et au delà l'Anjou au Sud, le comté de Blois et les domaines du roi de France, au Centre, et le comté de Flandre à l'Est. Hasting, le Viking pervers selon Dudon de Saint-Quentin. Notes Maître de conférences honoraire en latin médiéval, ancien directeur de l’OUEN, université de Caen Basse-Normandie.

Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Jules Lair (éd.), Caen, Le Blanc-Hardel, 1865 (abrégé désormais en Dudon avec les numéros du livre, du chapitre et de la ligne), p. 129-138. Les manuscrits de Dudon offrent plusieurs graphies du nom latinisé : Hanstigno, Astigno, Astino, Anstigno, Anstumo. Guillaume de Jumièges, Gesta Normannnorum ducum, E. H. H. Dudon, I, 5, ligne 13. Ibid., I, 7, ligne 23 : Quod mandat taeter, gaudet parare minister ; voir I, 6, lignes 25-26 : Fit dicto citius quod mandarat funestus.

Ibid., I, 6, ligne 8 ; I, 5, ligne 1. Ibid., I, 5, lignes 11-12: Misit itaque nuntium ad comitem et ad episcopum, subsequentia verba illis dicturum. Ibid., I, 3, lignes 18-19 : Galliae potestatis invasit dominium, Franciscum usurpavit regnum. Ibid., I, 4, lignes 10-15 : Grassante malo, desolatur Francia, penitus evacuata. La colonisation de la Normandie par les Vikings. Mais, comme nous l’avions signalé, chaque secteur de la Normandie a eu son histoire de la colonisation. Ainsi, en Cotentin, et dans l’ouest du Bessin, une immigration partielle a lieu vers 890. Par ailleurs, deux vagues scandinaves arrivent dans la Presqu’île du Cotentin. Tout d’abord, l’armée qui vient de l’est pour prendre Saint-Lô et ravager la région mais aussi d’autres colons venus par le nord-ouest, passés généralement par l’Irlande. Les noms de lieux scandinaves sont très nombreux en Cotentin, et dans les îles, et très peu de noms de lieux gallo-romains en akon (voir carte) subsistent, balayés en grande partie.

Pour conclure, la toponymie, enrichie par les travaux du Professeur Renaud, l’étude des tempéraments, après les travaux du Professeur Quellien, restant à approfondir, sont les plus importants marqueurs de l’implantation scandinave en Normandie. Le futur territoire normand, à peu près dans les limites que nous lui connaissons de nos jours, naît au début du IVe siècle des réformes successives de deux empereurs romains, Dioclétien et Constantin. Elle porte alors le nom de « Lyonnaise Seconde » et a pour capitale Rotomagus : Rouen. L’Église naissante calque sa carte sur celle de l’administration romaine. Après l’effondrement de l’Empire et l’installation des Francs aux Ve et VIe siècles, elle conserve cette organisation. L’archevêché de Rouen comprend alors les diocèses d’Évreux, Lisieux, Bayeux, Avranches, Coutances et Sées. À partir de 841, les envahisseurs « Nortmanni » déferlent depuis la Scandinavie.

L’année 911 Au cours de l’année 911, le roi Charles III le Simple n’a d’autre solution que de concéder au chef viking, Rollon, les terres situées « depuis l’Epte jusqu’à la mer ». En 924, un nouvel accord octroie à Rollon « Le Mans et Bayeux », ce qui correspondrait aujourd’hui aux départements de l’Orne et du Calvados. 911 - Rollon le Dace ou Hrólfr le Marcheur ? Depuis près de deux cents ans, historiens danois et norvégiens s'écharpent à coups de pamphlets ou de gros volumes, pour estampiller le nom de leur nation sur «l'acte de naissance» du premier maître de la Normandie, le Viking Rollon ou Hrólfr.

Rollon le Danois... Pour étayer leurs affirmations, les Danois s'appuient essentiellement sur la tradition normande, qui présente dès le XIe siècle Rollon comme le fils d'un vénérable noble dace, terme commodément traduit par Danois. À sa mort, Rollon et son frère, Gurim, se retrouvent en butte à l'animosité de l'irascible roi du Danemark. Ce dernier n'a de cesse de les persécuter. À force d'expéditions militaires et de traîtrises, il parvient finalement à avoir la tête de Gurim et pousse Rollon à prendre la fuite. L'infortuné exilé entame alors un long périple par delà les mers, qui le mène d'abord en Angleterre où il conclut un traité avec le roi Alstemus.

Il reprend la mer mais est rejeté par une violente tempête sur les côtes de la Hollande. Les ducs de Normandie (1) : Rollon, le fondateur. Le 25 décembre 1066 dans l'abbaye de Westminster, Guillaume, septième duc de Normandie, est couronné roi d'Angleterre. L'année 2016 marque le 950e anniversaire de cet événement, c'est l'occasion de plusieurs événements commémoratifs dont notamment la sortie d'un film sur la jeunesse de Guillaume (la jeunesse de Guillaume le Conquérant, film de Fabien Drugeon) et des fêtes se déroulant les 7, 8 et 9 août à Dives pour célébrer le départ du duc vers l'Angleterre.

A cette occasion, nous proposons de retracer dans une série d'articles l'histoire de ces ducs normands, en commençant ici par le premier d'entre eux, Rollon. Qui est Rollon ? Le personnage de Rollon Rollo, latinisation du nom Hrólfr, est un chef scandinave, danois ou norvégien, qui a pris part aux raids menés par les siens en Angleterre et dans le royaume franc depuis les années 841. L'origine exacte de ce guerrier est difficile à définir. La tradition norroise fait de Rollon un Norvégien. Poppa Le traité de Saint Clair sur Epte. Rouen, son histoire, ses monuments, ses environs.... .. par Éd. Frère... : guide nécessaire pour bien connaître cette capitale de la Normandie et les localités voisines les plus intéressantes (6e édition, revue et annotée par Ed. Frère) / par Th. Licquet. Histoire de la Normandie. Archives de France. Détails de la Tapisserie de Bayeux, XIe siècle - Musée de Bayeux© Collection Ville de Bayeux Avec autorisation spéciale de la Ville de Bayeux Le corps d'Edouard porté à l'Eglise Saint-Pierre - Edouard exprime ses dernières volontés Le duc Guillaume et quatre cavaliers se présentent à l'embarquement - La flotte fait voile vers l'Angleterre Né près de Shrewsbury en Angleterre, il fut doté du nom saxon d’Orderic auquel les moines de Saint-Évroult accolèrent celui de Vital, un des compagnons de saint Maurice dont on fêtait l’anniversaire le lendemain du jour où il fut tonsuré.

Orderic Vital est issu d’une famille mixte, son père étant venu d’Orléans dans les troupes de Roger II de Montgomery dont il était le chapelain, quelque temps après la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, sa mère étant anglaise. Véronique Gazeau professeur d’histoire médiévale université de Caen Basse-Normandie. Les Hommes du Nord. La médecine des Vikings. Le tablut, le hnefatafl et autres jeux nordiques. Le Temple de Freyja, Vikings. Les vikings : des explorateurs conquérants. En plus d'avoir été de terrifiants conquérants, les vikings étaient de fabuleux aventuriers et explorateurs : leurs découvertes en témoignent. (En savoir plus sur les vikings). Islande Les vikings découvrent l’Islande en 860 et s’y établissent par la suite. Groenland : Le chef viking Erik le Rouge, banni d'Islande durant 3 ans suite à un meurtre, s'installe avec sa famille au Groenland en 982 : l'existence de l'île lui avait été indiquée par un marin qui s'était égaré à l'ouest en voulant rejoindre l'Islande.

Il donne ainsi naissance à "Brattahlid" (pente raide), petit village au sud de l'île. Vestiges de l'église de Brattahild, proche de la ferme d'Erik-le-rouge Deux implantations sont ainsi créées, représentant un total d'environ 4000 personnes : Brattahlid au sud qui comptera 12 églises, une cathédrale, un monastère et un couvent, Un site plus modeste à l'ouest à quelques centaines de kilomètres du cercle polaire comportant seulement une église.

Amérique : Terre-Neuve. Le Temple de Freyja, Vikings. Les navires vikings. Viking. Histoire des vikings. Art viking. Viking Art: Metalwork, Crafts: History, Types of Norse Art: Borre, Jellinge, Mammen, Ringerike, Urnes Styles. Art Vikings.