background preloader

Cloud

Facebook Twitter

Une start-up Scaledome by Outscale à l'honneur ! Un cloud de proximité et écoresponsable au service des entreprises innovantes avec Defab...

Une start-up Scaledome by Outscale à l'honneur !

Scaledome, l’accélérateur des start-ups innovantes d’Outscale, premier opérateur de Cloud français, présente Defab, une des quatre jeunes sociétés lauréates de la première promotion 2015. Un Cloud de haute performance à proximité des entreprises. The power of the clean cloud. Cloud computing (Iaas) Numergy, solutions de Cloud en France. Cloud : Bull apporte à Atos ses datacenters et sa part dans Numergy.

01net. le 26/05/14 à 12h25 Bull avait inauguré mi-2013 un datacenter de nouvelle génération, modulaire et économe, sur son site situé aux Clayes-sous-Bois (78) En rachetant Bull, Atos va hériter d'une force de frappe importante, en matière d'infrastructure, dans le cloud souverain en France.

Cloud : Bull apporte à Atos ses datacenters et sa part dans Numergy

Alors que la SSII s'est développée à l'international, elle récupèrera les actifs de l'industriel en matière de datacenters, tous implantés en France. La filiale de Bull, Agarik, dispose de 5 datacenters en propre situés à Saint-Ouen (93), aux Clayes-sous-Bois (78) près de Paris, ainsi qu'à Trélazé (49), près d'Angers et à Grenoble (38), en région. Bull les exploite dans le cadre de prestations d'infogérance et de services Cloud (offre MyCloudmaker) sous forme de serveurs "virtuels" mis à disposition de ses clients. Bull exploite le centre opérationnel de sécurité de Numergy. Les 5 questions que pose le rachat de Bull par Atos via. 01Business le 26/05/14 à 17h41 Est-ce que ce rapprochement fait sens ?

Les 5 questions que pose le rachat de Bull par Atos via

Avec son OPA amicale sur Bull, Atos entend se renforcer sur tous les marchés « buzzwords » du moment : le cloud, le big data et la cybersécurité. « Des activités qui affichent des croissances à deux chiffres et une marge à deux chiffres également », s’enthousiasme Thierry Breton, PDG d’Atos. Bien loin du petit 1,1 % de croissance annoncé pour 2014 par Syntec Numérique pour l’ensemble du marché français des services informatiques et du logiciel. Etudié depuis un peu plus d’un an, le rapprochement entre Bull et Atos donnerait naissance au numéro un du cloud professionnel en Europe (Amazon Web Services se positionnant avant tout sur le cloud public), avec près de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

France. Cloud Computing - Informatique en Nuages - Cloudwatt. Cloudwatt : Bercy demande un audit sur un possible fiasco. Paris, capitale du cloud OpenStack. Paris se transforme en capitale mondiale des logiciels open source pour le cloud en accueillant, du 3 au 7 novembre 2014, le sommet OpenStack.

Paris, capitale du cloud OpenStack

L’événement rencontre un vif succès à l’image de l’intérêt grandissant que cette technologie suscite auprès des développeurs, supporters et entreprises utilisatrices. Quelque 4600 personnes sont inscrites. C’est plus que les 4400 participants à l’édition précédente à Atlanta aux États-Unis, du 11 au 16 mai 2014. Open source : le français eNovance passe sous pavilon Red Hat.

Une pépite français passe sous pavillon américain...

Open source : le français eNovance passe sous pavilon Red Hat

Red Hat, annonce en effet la signature d’un contrat de rachat d’eNovance pour 50 millions d’euros environ au comptant et 20 millions d’euros en actions ordinaires de Red Hat. "L’association du leadership OpenStack de Red Hat avec les capacités d’intégration système et d'ingénierie d’eNovance vont rencontrer la demande croissante des entreprises pour des services de conseil, de conception et de déploiement de la technologie OpenStack", commente l'éditeur.

Créé en 2008 par Raphaël Ferreira, Nicolas Marchal et Pierre Molin, eNovance aide les fournisseurs de services et les grands groupes privés à bâtir et déployer des infrastructures Cloud. Cloudwatt. Online va concurrencer les serveurs virtuels avec de l’ARM. Traditionnellement, l’hébergement de sites web se découpaient en deux grandes catégories.

Online va concurrencer les serveurs virtuels avec de l’ARM

Il y avait d’un côté les hébergeurs mutualisés, où un même serveur était partagé entre un grand nombre d’utilisateurs avec des accès limités aux ressources matérielles. L’autre solution, beaucoup plus coûteuse, consistait à utiliser un serveur dédié, c'est-à-dire une seule machine avec un accès complet aux ressources matérielles. Depuis quelques années, une troisième voie est apparue et elle est vite devenue très populaire : le « cloud hosting ». Derrière ce nom très à la mode, une idée au fond assez simple : ce type d’hébergement ne dépend pas directement d’un matériel, mais vous utilisez des ressources en fonction de vos besoins. D’un clic, on peut augmenter les ressources de son site et ainsi répondre à une demande plus élevée, sans pour autant payer un serveur supplémentaire. Online Labs announces Scaleway. Scaleway : Online lance son « cloud » à base d'instances dédiées, dès 0,02 € par heure. Après plusieurs mois de tests via une bêta, Online lance officiellement son service de « Cloud Computing » IaaS (Infrastructure as a Service) : Scaleway.

Scaleway : Online lance son « cloud » à base d'instances dédiées, dès 0,02 € par heure

Contrairement à des offres comme Amazon Web Services, il s'agit d'instances reposant sur des serveurs dédiés, et non des machines virtualisées. Online passe ses serveurs Scaleway en ARMv8. La filiale d’Iliad, spécialisée dans l’hébergement, est toujours très discrète.

Online passe ses serveurs Scaleway en ARMv8

Mais elle trace son chemin avec des offres innovantes comme par exemple les serveurs Scaleway qui ont la particularité de fonctionner sur ARM. Une offre lancée il y a 2 ans à un tarif d’accès très agressif à 2,99 euros HT. A ce tarif, l’hébergeur proposait à l’époque un serveur pourvu d’une puce Marvell Armada 370/XP (4 cœurs ARM 32 bits à 1,3 GHz), épaulée par 2 Go de RAM et 50 Go de SSD. Le français Online dévoile le premier Cloud animé par des puces ARM. Armada XP : processeur ARM Marvell quadri-core 1,6 GHz. L'architecture ARM souhaite s'inviter dans le monde des serveurs pour répondre à des besoins spécifiques, en termes de faible consommation comme en profils d'usage de type cloud computing.

Armada XP : processeur ARM Marvell quadri-core 1,6 GHz

Un don de Marvell accélère la construction des paquets ARM de Debian. 8 janvier 2015 À partir d'avril, plusieurs machines de construction du portage ARM de Debian ont été mises à niveau vers des serveurs substantiellement plus rapides basés sur l'Armada XP de Marvell.

Un don de Marvell accélère la construction des paquets ARM de Debian

Marvell a donné huit cartes de développement Marvell MV78460 SoC ( system on a chip ) utilisant des processeurs Armada 370/XP de Marvell à 1.6GHz. Une grappe de construction distribuée de Debian réclame une haute performance et une grande fiabilité des machines utilisées. explique Riku Voipio, le responsable du portage ARM de Debian. Nous sommes certains que les nouvelles machines nous serons aussi utiles que les constructeurs basés sur Discovery Innovation de Marvell qui fonctionnent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 depuis 2009 . Marvell se lance dans l'aventure des puces ARM pour serveurs. Marvell a annoncé lundi une puce quad-core conçus pour être utilisés dans des serveurs. Reposant sur la technologie ARM, le fondeur souhaite bousculer le marché des serveurs dominé actuellement par Intel et Advanced Micro Devices. La puce Armada XP est le « plus rapide » processeur ARM disponible sur le marché aujourd'hui, a déclaré Marvell dans un communiqué.

Le processeur est cadencé à 1,6 GHz et comprend de la mémoire (2 Mo sur deux niveaux de cache), des interfaces réseau et stockage autour de laquelle un serveur peut être construit. Stimergy - Data center délocalisé production d'eau chaude dans copropriété. Stimergy invente le data center chaudière numérique. Article réalisé en partenariat avec KIC InnoEnergy, société européenne de soutien à l’innovation, la création d’entreprise et la formation dans les énergies durables. Saviez-vous que la moitié de l’énergie consommée par un centre de données est engloutie dans son refroidissement ? Lassé par ce double gaspillage d’électricité et de chaleur, Christophe Perron, jeune ingénieur Lyonnais, a décidé de réinventer les data centers pour les intégrer dans l’écosystème de la ville intelligente.

Son idée : produire de l’eau chaude sanitaire à partir de mini data centers. Outscale, l'anti-Amazon Web Services français. Dans l'ombre des clouds souverains français, Outscale tisse sa toile. Soutenu par Dassault Systèmes, la start-up défie les géants du cloud avec un modèle de développement différent.Avril 2012, l'annonce fait la une de la presse économique : Dassault Systèmes quitte le projet de cloud souverain Andromède. Les divergences avec SFR, l'autre grand industriel derrière ce projet sont trop fortes. Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes, claque la porte. En fait, très discrètement, Dassault Systèmes mène son propre projet de cloud en parallèle, Outscale. Outscale : le cloud de Dassault Systèmes lance son incubateur. L'incubateur d'Outscale va accueillir une dizaine de start-up dès 2015. Durant trois mois, elles seront hébergées et accompagnées pour lancer des projets basés sur le cloud de Dassault Systèmes.

A l'instar des grands clouds comme celui de Microsoft, le cloud de Dassault Systèmes, Outscale, se dote d'un incubateur. Objectif : soutenir les start-up qui souhaitent développer leurs services en s'adossant à ce cloud d'infrastructure français. Baptisé Scaledome, cet incubateur va accueillir quatre start-up dans le cadre de sa première promotion, puis une dizaine seront sélectionnées d'ici la fin de l'année 2015. Outscale IaaS - Excellence as a Service. FPGA : l'arme secrète d'OVH pour parer les attaques DDoS. Infinit surprend avec sa solution de stockage distribuée. Infinit.sh repose sur une couche de virtualisation réseau pour assurer le lien entre les différents volumes de stockage disponibles.

(crédit : D.R.) Infinit Storage Platform.