background preloader

5 – Data mining appliqué à la ville

Facebook Twitter

1 – Big Data : des villes plus intelligentes. Smart Data >> (vidéo) Les chercheurs aident les gens de métier à mieux définir leurs besoins et à voir ce que permettent leurs données, explique Olivier Verscheure (IBM centre de recherche – projet Smarter Cities) .

1 – Big Data : des villes plus intelligentes

Olivier Verscheure travaille au laboratoire de recherche d’IBM depuis 1999, au centre de recherche Watson à New York puis à Dublin en Irlande. Il dirige une équipe d’une quarantaine de chercheurs dans des domaines très variés, allant du data mining à la recherche opérationnelle, des statistiques à l’analyse sémantique. Ces recherches ont un thème commun, le Big Data, appliqué en particulier aux « smarter cities », les « villes plus intelligentes » chères à IBM, dans le domaine de l’énergie, du transport ou de l’eau. Entre autres points abordés dans cet entretien: - Les systèmes de traitement d’information à la volée, hardware et middleware, ont fait de grands progrès ces cinq dernières années. 2 – L'Institute for Data Science and Engineering se concentrera sur les villes intelligentes.

Smart Data >> L’Institute for Data Science and Engineering se concentrera sur les villes intelligentes, les nouveaux médias, le traitement analytique médical, le traitement analytique financier et la cybersécurité. par Reena Jana Soutenue par une subvention de 15 millions de dollars récemment accordée par la ville de New York, l’université Columbia développe l’Institute for Data Science and Engineering (IDSE) afin d’approfondir le domaine de l’analyse des Big Data, les grandes quantités de données.

2 – L'Institute for Data Science and Engineering se concentrera sur les villes intelligentes

Annoncé cet été, ce nouvel institut est supervisé par l’école d’ingénieurs de Columbia. 3 – Comment les données reconfigurent la ville. L’incidence des données et de leur explosion est en train de franchir un cap.

3 – Comment les données reconfigurent la ville

4 – Se chauffer grâce à l'énergie des serveurs informatiques. 5 – Villes intelligentes : les 70 villes européennes les mieux notées. 6 – 33 villes décrochent la subvention du défi « Smarter cities » Smart Data >> C’est une bonne nouvelle pour 33 villes dans le monde, lauréates du concours d’IBM, avec cette année pour thème commun la volonté d’échanger des idées et des données librement.

6 – 33 villes décrochent la subvention du défi « Smarter cities »

IBM a annoncé récemment les lauréats de son dernier lot de subventions pour son défi « Smarter Cities » (ou « Villes plus intelligentes »), distribuant des millions dans le cadre de son programme de 50 millions de dollars sur trois ans. Le fonctionnement est le suivant: les villes s’affrontent pour décrocher les ressources humaines et technologiques d’IBM en proposant les projets qui méritent le plus cet argent selon elles.

Big Blue choisit alors quelles zones urbaines sont les plus méritantes, envoyant ses experts sur le terrain pour qu’ils y exercent leur savoir-faire. 7 – Toulouse analyse les sentiments des citoyens pour évaluer leurs préoccupations. La communauté urbaine de Toulouse analyse les sentiments des citoyens sur les réseaux sociaux pour évaluer leurs préoccupations sur la vie locale.

7 – Toulouse analyse les sentiments des citoyens pour évaluer leurs préoccupations

Une manière de prédire les sujets qui feront débat, et peut-être aussi une manière de démocratie participative… Comment mesurer et comprendre les préoccupations de ses citoyens telles qu’elles s’expriment sur les réseaux sociaux ? En utilisant l’analyse prédictive. C’est l’objectif d’un projet initié par la communauté urbaine de Toulouse (750,000 habitants) qui souhaite ainsi « entretenir avec les citoyens un dialogue en temps réel et prendre les bonnes décisions pour répondre à leurs attentes.»

8 – Des puces sur les murs : réalités et fictions. David Simplot-Ryl : « La notion de mur intelligent et par extension de ville intelligente, c’est encore de la science-fiction aujourd’hui.

8 – Des puces sur les murs : réalités et fictions

Ce qu’on envisage c’est que les puces vont être de plus en plus miniaturisées et vont pouvoir « embarquer » des sources d’énergie, voire même, dans le cas d’une utilisation dans un bâtiment, récupérer de l’énergie à partir de vibrations. Un bâtiment est soumis en permanence à des vibrations (dues au passage des véhicules, d’un camion ou d’un convoi sur la route, etc.)... Par conséquent, la miniaturisation des puces et leur autonomie en énergie pourront générer des systèmes ou des microsystèmes - on pourrait parler de micro-organismes ou de matériaux intelligents - qui seront capables de communiquer entre eux.

A partir de là, très clairement, on peut imaginer créer de la poussière intelligente qu’il sera possible de dissoudre dans de la peinture, par exemple. 9 – Mobilité durable optimisée à Lyon. 10 – La donnée, facteur d’évolution des services. 11 – Mobilité et données publiques, entretien avec Jean Coldefy. Auteur : Jean COLDEFY, coordinateur des programmes gestion de trafic et transports publics au service Mobilité urbaine du Grand Lyon Entretien réalisé par Anne-Caroline Jambaud en Novembre 2012 Quelle place occupe la production de données au sein du service mobilités ?

11 – Mobilité et données publiques, entretien avec Jean Coldefy