background preloader

Fredok28

Facebook Twitter

Pc3a9dagogie-andragogie-heutagogie1.png (PNG Image, 915 × 946 pixels) Echec scolaire : quel mécanisme cérébral ? (Voir la 2ème partie du dossier pratique) Prenons l’exemple d’un élève qui, depuis longtemps, est en échec scolaire. Il a le sentiment qu’il ne sait rien et qu’il n’a aucune qualité. Le jour de l’examen, il est certain qu’il ne pourra jamais réussir. Il est battu d’avance. Il est dans un grand stress. Tous les organes de ses sens (la vue, l’odorat, l’ouïe, le toucher) informe le cerveau limbique du danger de cette situation : l’examen. Ces informations déclenchent une hyperexcitation cérébrale qui provoque à son tour l’inhibition des lobes frontaux. ;;;;;• Le cerveau reptilien prend le pouvoir sur l’enfant L’enfant agit par rapport aux trois comportements instinctifs dictés par le cerveau reptilien. - Le comportement instinctif de lutte induit chez cet enfant des réactions de colères et de révolte contre la difficulté du sujet d’examen.

. - Le comportement instinctif de fuite incite l’enfant à ne plus travailler et à quitter la salle d’examen ; A-t-il souvent mal à la tête ? Dossier SS4 SEPT OCT2011 (3) Olivier HOUDE SORBONNE ESPE RENTREE 2015. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene.

L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale.

Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre. Cette plasticité, on doit la comprendre comme une remarquable capacité à recycler des circuits présents dès l’origine. Elle est, et c’est un point très important, mobilisable tout au long de la vie. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. Différentes zones du cerveau 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene.