background preloader

Psychiatrie

Facebook Twitter

Double-Contrainte (injonction paradoxale) : Ecole de Palo Alto. Double-Contrainte (injonction paradoxale) : Ecole de Palo Alto - école de Palo-Alto, double contrainte et pathologies mentales des paysans 1) École de Palo-Alto.

Double-Contrainte (injonction paradoxale) : Ecole de Palo Alto

Sortir de l’emprise d’un Pervers Narcissique - Cabinet de Kinésiologie à Marseille. Le Pervers Narcissique fait souffrir l’autre pour annuler sa propre souffrance.

Sortir de l’emprise d’un Pervers Narcissique - Cabinet de Kinésiologie à Marseille

Si vous souffrez, il se sent bien, si vous ne souffrez pas, lui souffre ! L’Origine de ce comportement se situe dans l’enfance, où cette personne a subit un choc émotionnel lourd, qui a interrompu le fonctionnement normal de ses émotions. Dites-vous bien que c’est un problème médical, il ne peut PAS faire autrement. Avant vous il a eu d’autres « victimes » et après il en aura d’autres. Il ne peut pas fonctionner autrement, c’est son problème, et certainement pas le votre. . – Un PN (Pervers Narcissique) a pour mode de fonctionnement de rabaisser sa victime, pour soulager son complexe d’infériorité dû à son blocage infantile, ce qui peut être destructeur si on ne comprend pas la raison profonde de ce comportement, et si on laisse faire. Le moi, l'égo et le soi. Si vous faites disparaître le moi ou l'ego, il n'y a plus personne pour vivre l'expérience ni pour la goûter.

Le moi, l'égo et le soi

Les thérapies comportementales et cognitives. À 35 ans, Marion, directrice de marketing, ne sait plus où elle en est : grignotages, excès d’alcool et liaisons sans lendemain suivent des périodes de régimes drastiques et de pratiques sportives forcenées.

Les thérapies comportementales et cognitives

Elle décide d’entamer une thérapie comportementale et cognitive. Erik Pigani Sommaire « Les thérapies comportementales et cognitives, ou TCC, sont réputées pour leur efficacité à résoudre des problèmes spécifiques, tels une phobie ou un comportement obsessionnel, explique Jean-Christophe Seznec, auteur de J'arrête de lutter avec mon corps, votre thérapie par l'action (PUF 2011). Compétence du patient. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Compétence du patient

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) « s’entend comme un processus de renforcement des capacités du malade et/ou de son entourage à prendre en charge l’affection qui le touche, sur la base d’actions intégrées au projet de soins. Elle vise à rendre le malade plus autonome par l’appropriation de savoirs et de compétences afin qu’il devienne l’acteur de son changement de comportement, à l’occasion d’évènements majeurs de la prise en charge (initiation du traitement, modification du traitement, événement intercurrents,…) mais aussi plus généralement tout au long du projet de soins, avec l’objectif de disposer d’une qualité de vie acceptable par lui[1]. » L'éducation thérapeutique du patient s'intègre dans un processus continu de soins et de prise en charge. Elle répond à une demande de prévention tertiaire. Maison SOTERIA.

Le Dr Loren Mosher dirige SOTERIA Associates à San Diego, en Californie.

Maison SOTERIA

C’est un professeur clinique de psychiatrie de l’école de médecine de l’Université de Californie à San Diego. C’est aussi l’ancien directeur du centre d’études de la schizophrénie de l’Institut national de la santé mentale des Etats-Unis, où il fonda et fut le premier rédacteur en chef d’une importante publication médicale, le Schizophrenia Bulletin.

Il écrit : Le DSM. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le DSM

Pour les articles homonymes, voir DSM. Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (également désigné par le sigle DSM, abréviation de l'anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), publié par la Société américaine de psychiatrie (APA), est un ouvrage de référence qui classifie et catégorise des critères diagnostiques et des recherches statistiques de troubles mentaux spécifiques. Le manuel évolue à partir des statistiques collectées depuis des hôpitaux psychiatriques et depuis un manuel diffusé par l'Armée de terre des États-Unis, qui a radicalement été révisé en 1980. La quatrième révision (DSM-IV) est publiée en 1994, bien qu'un texte révisé ait été commercialisé en 2000. La cinquième édition (DSM-5) a été publié au mois de mai 2013[1]. Utilisation[modifier | modifier le code] Expérience de Rosenhan.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Expérience de Rosenhan

L'étude de Rosenhan est composée de deux parties. La première implique la participation d'associés en bonne santé mentale, les « pseudo-patients », qui simulent des hallucinations auditives brèves dans le but d'être admis dans douze hôpitaux psychiatriques des États-Unis, répartis dans cinq États différents du pays. Ils ont tous été admis et reconnus souffrants de désordres psychiatriques. Après leur admission, ils agissent normalement et déclarent au personnel soignant qu'ils se sentent bien, et n'ont plus d'hallucination du tout. Le personnel de l'hôpital échoue dans chaque cas à détecter la supercherie, et reste au contraire persuadé que tous les pseudo-patients montrent les symptômes d'une maladie mentale. La seconde partie consiste à demander au personnel d'un hôpital psychiatrique d'identifier de faux patients dans un groupe qui n'en comporte pas.

Le complexe d'Électre, qu'est-ce que c'est ? - Psycho. Ce concept est lancé par le médecin psychiatre Carl Gustav Jung, dans les années 1860, en référence à l'héroïne grecque qui vengea son père Agamemnon, en assassinant sa propre mère Clytemnestre.

Le complexe d'Électre, qu'est-ce que c'est ? - Psycho

Pour Freud, la mère est le premier objet de l'amour chez le petit garçon comme chez la petite fille. Vers l'âge de trois ans, l'enfant découvre que ses parents ont des rapports sexuels et il se sent alors exclu de cette relation : la fille comme le garçon cherchent à se mêler à la relation du couple. Lors d'une première phase dite « phallique », le garçon peut s'interposer avec le père en exposant son pénis.