background preloader

Dérives

Facebook Twitter

Japon

S’installer dans les déserts médicaux? En marge du grand débat national organisé par le gouvernement en réponse au mouvement des Gilets jaunes, Le Parisien invite ses lecteurs à lui envoyer les propositions de loi citoyennes qu'ils souhaiteraient voir émerger.

S’installer dans les déserts médicaux?

Chaque jour, une partie d'entre elles sont passées au banc d'essai par la rédaction. Ce mardi, nous nous penchons sur les déserts médicaux et l'idée, récurrente, de contraindre les jeunes médecins généralistes à s'y installer. De quoi parle-t-on ? Pour 5,4 millions de Français, prendre rendez-vous chez le médecin généraliste représente une vraie galère. Ces citoyens habitent une zone « sous-dense » en cabinets médicaux. Concrètement, le ministère de la Santé considère qu'un territoire rentre dans la catégorie du « désert médical » quand la densité de médecins par rapport à la population est de 30 % inférieure à la moyenne nationale. Recrutement à l'aveugle. Un candidat de 24 ans avait séduit des professionnels de l'intérim en mars, sans croiser leurs regards.

Recrutement à l'aveugle

La Mission locale de Vichy envisage de reconduire l’action, cet automne. Aurélien Martin a eu trois minutes pour se présenter à des professionnels de l’intérim qui lui tournaient le dos le 20 mars, dans les locaux de la Mission locale de Vichy. Et, malgré les circonstances atypiques de cette rencontre, il leur a tapé dans l’œil. « Plusieurs personnes se sont retournées », se souvient le jeune homme de 24 ans, qui aimerait travailler durablement dans le secteur de la logistique. « J’étais content.

Un ou deux jours après, une agence m’a contacté pour me proposer une mission en tant que manutentionnaire à Agripharm-FLC, à Varennes-sur-Allier. Onze candidats ont obtenu une mission Quatre mois après ce « Voice de l’emploi », Aurélien Martin enchaîne les contrats et il n’est pas le seul dans ce cas. . « Cela m’a permis de plus me lâcher, explique Aurélien Martin.

Source : www.lamontagne.fr. Travailleurs du clic. Nettoyer des bases de données, modérer des contenus Facebook, évaluer des applications en ligne, cliquer sur des liens, classer des mots-clés, associer un texte à une image… tel est le quotidien de millions de nouveaux travailleurs dénommés « ouvriers du clic ».

Travailleurs du clic

Ils sont aujourd’hui quelques millions payés une misère par les grands groupes du web pour effectuer des tâches simples mais souvent ingrates, rébarbatives, répétitives depuis leur ordinateur. Immersion dans le quotidien de ces clickworkers. La révolution numérique Bienvenue dans l’ère des plateformes Le numérique a bousculé le monde du travail. L’émergence du digital labour Pour soutenir la croissance des géants du web, de multiples plateformes de micro-tâches ont vu le jour telles que Clickworker, CrowdFlower ou encore Amazon Mechanical Turk qui emploie des millions de “Turkers” ou ouvriers du clic.

Le brown-out. Qu’est-ce que le Bore-Out ? Traiter de l’ennui au travail peut paraître absurde au vu de la conjoncture actuelle et du nombre de personnes souffrant d’épuisement professionnel.

Qu’est-ce que le Bore-Out ?

Or, ce syndrome tout aussi grave toucherait 10% des salariés en Suisse. Le syndrome du bore-out a été décrit pour la première fois en 2007 par deux auteurs suisses, Peter Werder et Philippe Rothlin, dans leur étude « Diagnose Bore-out ». A Conforama, des salariés sur catalogue. Quand Conforama est pris en flagrant délit de fichage de ses salariés.

A Conforama, des salariés sur catalogue

"Bon soldat - laborieux", "Pas réactif", "Bon vendeur - à actionner", "Ne fait rien - CGT-RF [ndlr: "Rouge foncé", selon les syndicats]"... En découvrant, par hasard, ces appréciations laissées par le directeur régional du n° 2 du meuble en France, lors d'une visite dans le magasin de Leers (Nord), le 6 septembre dernier, Jean-Marc (1), un des salariés, est tombé des nues. Non-recours aux aides sociales, l’envers de la fraude. Le 5 février dernier, le conseil général du Haut-Rhin décidait que la perception du revenu de solidarité active (RSA) serait désormais conditionnée à l’accomplissement de sept heures de bénévolat hebdomadaire.

Non-recours aux aides sociales, l’envers de la fraude

Cette annonce relance le débat sur les méfaits de l’assistance. Autrement dit : sur le fait que la perception d’une aide sociale encouragerait l’inactivité. Comme en Alsace, l’attention se concentre généralement sur les effets pervers de l’accès aux aides et droits sociaux, masquant ce que l’Observatoire des non-recours aux droits et services, l’Odenore, nomme l’envers de la fraude sociale. Selon cet observatoire, plus de 5 milliards d’euros de RSA ne sont pas versés chaque année à ceux qui pourraient en bénéficier. Ce phénonème peu connu a un nom – le non-recours aux droits et aux services – et il concerne tous ceux qui, loin de profiter des aides sociales, ne demandent rien. A lire aussi : Des mesures qui augmentent toujours plus l’exclusion sociale. Cancer@work brise les tabous sur la maladie au travail. Le cancer est aujourd’hui encore la première cause de mortalité en France, il est responsable de 30% des décès par an.

Cancer@work brise les tabous sur la maladie au travail

Autre réalité, la maladie n’existe pas dans l’entreprise et en parler reste encore très tabou. Or concilier maladie et travail est un sujet sociétal majeur auquel il est nécessaire que les entreprises s’intéressent. « Transformer l’expérience de vie de la maladie en expérience valorisable professionnellement pour réintégrer de la meilleure manière qui soit les personnes anciennement souffrantes au sein de la société civile » est l’objectif premier que se donne Anne Sophie, Fondatrice de Cancer @ Work. Souvent fragilisés par la maladie, les job-dating Cancer @ Work permettent aux candidats de faire le point sur leur projet professionnel et de retrouver confiance en eux. Manon, ancienne candidate d’un des jobs-dating est présente aujourd’hui pour parler de son parcours. Cancer @ Work a besoin de l’aide de la Fondation Webhelp SHARED pour réaliser ses actions.