background preloader

Le souvenir en art

Facebook Twitter

Outils baccalauréat, identifiez-vous. N 7234 8569. ComBoost SlideShow - Free slideshows - Diaporama - Diaporamas gratuits - blog widgets. Bill Viola, Expérience de l'infini, en VOD. Réalisateur : Jean-Paul Fargier Le film de l’exposition Bill Viola au Grand Palais.

Bill Viola, Expérience de l'infini, en VOD

L'artiste américain contemporain ne cesse de pousser toujours plus loin les limites du réel et de nos perceptions. Ce film nous permet de comprendre le cheminement spirituel de l’artiste que Jean-Paul Fargier a interrogé dans son atelier de Los Angeles, auprès de sa compagne de vie et "d’art", Kira Perov.Leurs paroles s’entrelacent avec les analyses éclairées de sept grands connaisseurs de Viola ; Raymond Bellour, Nadeije Dagen, Anne-Marie Duguet, Alain Fleischer, Jean de Loisy, Valentina Valentini, ainsi que Jérôme Neutres, le commissaire de l’exposition Viola au Grand Palais ; Ils nous donnent avec brio les clés d’un univers unique et sidérant.

Bill Viola est notamment reconnu comme un pionnier de l’art vidéo. Bill Viola - Reflecting Pool. Immersion.

Né en 1951 à New York, Bill Viola étudie la vidéo en 1971 à l’université de Syracuse aux Etats-Unis, où il s’inscrit dans le nouveau département « Studios expérimentaux » créé par Jack Nelson. Il dit volontiers « être né avec la vidéo ». Exposé au Moma de New York dès 1979, il représente deux fois les Etats Unis à la Biennale de Venise : en 1995 avec Burried secrets, inspirée d'une peinture italienne maniériste, et en 2007 avec Ocean without shore, installation conçue pour une église.Il raconte souvent cet épisode décisif de sa vie d’enfant, où il manque se noyer, comme une source essentielle de son inspiration. « J’avais découvert sous l’eau le monde le plus beau que j’ai jamais pu contempler.

Création. L'œuvre du vidéaste Bill Viola en quatre extraits. Rien n'est figé, tout évolue dans les œuvres sensorielles du vidéaste américain, à qui le Grand Palais consacre une rétrospective.

L'œuvre du vidéaste Bill Viola en quatre extraits

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Emmanuelle Jardonnet « Une rétrospective vue de l'intérieur. » C'est ainsi que décrit Bill Viola lui-même l'exposition que lui consacre le Grand Palais jusq'au 21 juillet, la première en France, et la première également consacrée à l'art vidéo dans les Galeries nationales. Au total, vingt pièces du vidéaste américain ponctuent un parcours élaboré sur mesure pour l'espace d'exposition, tirant parti des contraintes architecturales du bâtiment pour une immersion optimale des spectateurs. Lire la critique de l'exposition (édition abonnés) : Bill Viola, des mirages en images Voici un aperçu de ce voyage introspectif à travers quatre extraits parmi ces œuvres monumentales représentatives des différents dispositifs de l'artiste et des thématiques qu'il explore depuis la fin des années 1970 :

Bill Viola : zoom sur quatre œuvres du vidéaste. Claudio Parmiggiani au collège des Bernardins: après le fracas, le silence. Du verre brisé, des traces de fumée sur le mur, des cloches muettes: tout parle de bruit et de fureur, de destruction après le passage des barbares.

Claudio Parmiggiani au collège des Bernardins: après le fracas, le silence

Mais de quels barbares s'agit-il? Le Collège des Bernardins, du XIII ème siècle à aujourd'hui, a connu bien des bouleversements. Les trois installations de Claudio Parmiggiani ne se réfèrent pas une histoire précise mais à l'esprit du lieu. Descriptif « Et d'ailleurs la signification propre d'une œuvre n'est-elle pas, non celle qu'on croit lui donner, mais celle qu'elle est susceptible de prendre par rapport à ce qui l'entoure 1 ?

Les œuvres de Louise Bourgeois n’ont pas leur pareil pour créer des atmosphères absolument uniques.

Dans une muséographie surprenante et quelque peu angoissante, le Musée Guggenheim de Bilbao présente jusqu’au 4 septembre prochain l’exposition « Louise Bourgeois : Structures de l’existence », qui se concentre sur 28 de ses fameuses « cellules », tout en décryptant par l’accrochage de dessins et peintures le processus de création de ces impressionnantes sculptures. Cellules : au Guggenheim Bilbao, voyage dans la psyché de Louise Bourgeois… Christian Boltanski. Petite mémoire de l’oubli. 1 Friedrich Nietzsche, Considérations inactuelles, II, trad.

Christian Boltanski. Petite mémoire de l’oubli

Pierre Rusch, Folio Essais, Gallimard, P (...) 2 Ibid., p.97-98. 3 Ibid., p.99. 1Penser l’oubli sans y voir le négatif de la mémoire relève de la gageure. L’oubli oblitère, occulte la lumière comme la conscience du passé. La question peut pourtant se poser de savoir si, dans sa relativité à la mémoire, l’oubli peut occuper une autre place que celle du retrait, de la défaillance, de la lacune. Il revient à Nietzsche d’avoir montré dans la seconde Considération Inactuelle que la mémoire peut faire obstacle à la vie lorsque l’être historique rumine le passé au point d’en faire « le fossoyeur du présent »1. 2En effet, le parcours de cet artiste témoigne d’un effort toujours réitéré d’activer la mémoire, que ses installations évoquent l’enfant qu’il n’est plus ou qu’elles réveillent chez le spectateur une conscience historique de plus grande ampleur.

Christian Boltanski. Petite mémoire de l’oubli. Roman Opałka - Site Officiel - Autoportraits. En 2002, à 93 ans, Louise Bourgeois s’interroge sur l’importance des textiles dans sa vie et dans son œuvre.

Elle trouve dans sa garde-robe des vêtements remontant aux années 1920 et décide d'en faire un livre textile intitulé Ode à l’oubli.